En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Fidelity croit au relèvement prochain des taux au Royaume-Uni

| AOF | 234 | Aucun vote sur cette news
Fidelity croit au relèvement prochain des taux au Royaume-Uni
Credits  ShutterStock.com


Au fil des mois, la fragilité de la Grande-Bretagne est de plus en plus manifeste. Le nouvel épisode qui s'est joué la semaine passée à Bruxelles en est un nouveau témoignage, confirmant davantage l'indubitable déroute du Brexit. Jeudi dernier, la Première ministre britannique est venue exhorter les dirigeants européens à l'aider à trouver un accord plaidable devant ses concitoyens.

Une main tendue et implorante qui se veut en réalité être un aveu d'impuissance. Comment pouvait-il en être autrement après le revers législatif de juin à l'issue duquel Theresa May a perdu sa majorité absolue et l'occasion de mener le " hard Brexit " dans un fauteuil ? Certes, l'avantage acquis dans un scénario inverse reste discutable. Mais force est de constater que ce scrutin a affaibli la position du pays qui est parallèlement engagé dans une course contre la montre.

Car à mesure que les négociations s'enlisent, la situation économique du Royaume se détériore. Les derniers chiffres de l'inflation renforcent malheureusement ce constat. L'indice des prix à la consommation est ressorti la semaine passée en hausse de 3 % tandis que l'évolution des salaires (+2,2 % sur un an) ne suit pas.

Ce contexte conforte la perspective d'un prochain relèvement de taux par la BoE. Un durcissement des conditions financières outre-Manche qui ralentirait de plus belle une croissance déjà en décélération à 1,5 % au deuxième trimestre. Avant cette échéance – le 2 novembre prochain ? – c'est bien évidemment la BCE qui sera dans la ligne de mire des marchés.

Comme elle s'y est engagée en septembre, l'instance devrait en effet annoncer, jeudi, le calibrage de sa politique à moyen terme. La nouvelle posologie monétaire de Francfort est d'autant plus difficile à évaluer que la reprise européenne est aussi robuste que l'inflation anémique. Un casse-tête dont la complexité gagne en épaisseur avec la lutte que mènent, en arrière plan, les tenants d'une orthodoxie pour un retour à une politique plus conventionnelle.

Loin de vouloir jouer un quelconque effet de surprise aux effets indésirables sur les marchés, Mario Draghi a jusqu'ici pris soin de baliser le terrain en semant derrière lui des indices explicites. De sorte qu'avant même la réunion de jeudi, le marché semble acquis à un scénario central. D'une part, une réduction conséquente du programme de rachats d'actifs. D'autre part, un allongement de la durée effective du QE. Reste à savoir, d'un côté, le montant de la coupe et, de l'autre, la durée des prolongations.

source : AOF

 ■

2017 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…