5 402.97 PTS
-0.45 %
5 410.0
-0.32 %
SBF 120 PTS
4 311.40
-0.31 %
DAX PTS
13 169.55
-0.11 %
Dowjones PTS
24 576.09
+0.29 %
6 415.78
+0.50 %
Nikkei PTS
22 758.07
-0.47 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

ESSILOR : le projet de rapprochement avec LUXOTTICA se poursuit malgré Bruxelles

| AOF | 139 | Aucun vote sur cette news
ESSILOR :  le projet de rapprochement avec LUXOTTICA se poursuit malgré Bruxelles
Credits Pierre-Olivier /  CAPA Pictures


Essilor et Luxottica ont confirmé mardi soir que la Commission européenne avait ouvert une phase 2 dans le cadre de la procédure d'examen de leur projet de rapprochement, comme attendu compte tenu de la taille des entreprises. Les deux groupes sont confiants dans le fait que cette phase 2 sera conclue en temps opportun et coopéreront étroitement avec la Commission européenne pour expliquer en détail les raisons du projet de rapprochement ainsi que les avantages qu'il apportera aux clients, aux consommateurs et à l'ensemble des acteurs de l'industrie.

Les deux groupes réaffirment leur objectif de finaliser la transaction autour de la fin de l'année, en coopération avec les autorités compétentes. A ce jour, l'opération a été autorisée sans condition en Russie, Inde, Colombie, Japon, Maroc, Nouvelle Zélande, Afrique du Sud et Corée du Sud.

Plus tôt dans la journée, la Commission européenne avait annoncé l'ouverture d'une enquête approfondie afin d'apprécier la proposition de concentration entre Essilor et Luxottica au regard du règlement de l'Union européenne sur les concentrations. L'enquête initiale menée sur le marché par la Commission a soulevé plusieurs questions concernant en particulier la conjugaison entre la forte implantation d'Essilor sur le marché des verres et la forte implantation de Luxottica sur le marché des articles de lunetterie.

À ce stade, la Commission craint qu'au terme de l'opération, l'entité issue de la concentration utilise les marques puissantes de Luxottica pour convaincre les opticiens d'acheter les verres d'Essilor et évincer les autres fournisseurs de verres, en recourant à des pratiques telles que les ventes groupées ou liées. La Commission examinera si un tel comportement pourrait avoir des effets négatifs sur la concurrence, comme limiter les choix d'achat ou augmenter les prix.

En outre, la Commission examinera si l'entité issue de la concentration utiliserait la puissance d'Essilor sur le marché des verres de lunette pour évincer les fournisseurs rivaux d'articles de lunetterie; et si la concentration supprimerait une concurrence émergente importante pour Luxottica dans le secteur des verres et pour Essilor dans le secteur des articles de lunetterie.

L'opération a été notifiée à la Commission le 22 août 2017. Cette dernière dispose à présent d'un délai de 90 jours ouvrables (jusqu'au 12 février 2018) pour arrêter une décision. L'ouverture d'une enquête approfondie ne préjuge pas de l'issue de la procédure.

source : AOF

 ■

2017 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2017

Modèle toujours valable

Publié le 13/12/2017

Le lanceur Ariane 5 vient de réussir son 82ème lancement consécutif, mettant en orbite quatre nouveaux satellites européens de navigation Galileo...

Publié le 13/12/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 13/12/2017

La prise de participation du Groupe Renault se fera en partie via une augmentation de capital...

Publié le 13/12/2017

Orange a été désigné "opérateur du service universel des communications électroniques" pour une période de trois ans, a annoncé le ministère de l'Economie et des finances. Le service…

CONTENUS SPONSORISÉS