Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 598.61 PTS
-0.33 %
5 609.00
-0.05 %
SBF 120 PTS
4 447.23
-0.29 %
DAX PTS
13 815.06
-0.24 %
Dow Jones PTS
30 930.52
+0.38 %
12 996.54
+1.5 %
1.214
+0.13 %

EDF : la Cour des comptes livre un rapport sans concession

| AOF | 602 | Aucun vote sur cette news
EDF : la Cour des comptes livre un rapport sans concession
Credits Kiev victor  ShutterStock.com


Le rapport de la Cour des comptes sur la filière EPR (European Pressurized Water Reactor, baptisé ensuite Evolutionary Power Reactor) n'épargne personne. L'Etat, EDF et Areva, aujourd'hui disparu, apparaissent responsables de la débâcle. Le projet né en 1989 a été conçu dans des conditions défavorables, introduit la Cour. Il devait être le fruit d'une collaboration franco-allemande, mais la France se retrouve seule en 1998 après la décision de l'Allemagne de se retirer.

"Cependant, les grandes options de conception définies conjointement entre les ingénieries des deux pays, bien que sources de complexité, ne furent pas remises en cause", regrette la Cour des Comptes.

A partir de 2001, Areva et EDF se lancent dans une course à l'EPR. L'un vend du "clé en main" au finlandais TVO tandis que l'autre, "chef de file du nouveau nucléaire français" se lance dans la construction du premier EPR en France, à Flamanville.

"Cette course entre les deux entreprises françaises a conduit au lancement précipité des chantiers de construction de ces deux premiers EPR, sur la base de références techniques erronées et d'études détaillées insuffisantes. Cette impréparation a également conduit à sous-estimer les difficultés de construction des EPR. La filière nucléaire a fait preuve d'une trop grande confiance en elle, inspirée par la construction et l'exploitation réussies d'un parc de 58 réacteurs", juge la Cour des comptes.

"Aujourd'hui, la multiplication par 3,3 du coût de construction (12,4 milliards d'euros) et par au moins 3,5 du délai de mise en service de l'EPR de Flamanville (à mi-2023) par rapport aux prévisions initiales constitue une dérive considérable", souligne-t-elle.

Le rapport égrène les multiples causes de l'échec opérationnel de l'EPR de Flamaville qui résultent globalement "d'une estimation initiale irréaliste de la durée et du coût de construction" et "d'un défaut d'organisation du suivi du projet par EDF et d'un manque de vigilance des autorités de tutelle".

Aujourd'hui rappelle la Cour des comptes, EDF envisage la construction d'un nouveau modèle d'EPR, dit " EPR2 " présenté comme plus simple et moins cher à construire.

Un projet qui semble, à l'aune de ce rapport, bien téméraire malgré le "succès" des réacteurs chinois de Taishan. Ils furent livrés avec "seulement" cinq ans de retard et un surcoût de 60% par rapport au budget prévisionnel. De plus, des doutes demeurent sur la rentabilité du projet.

Selon la Cour des comptes, "on ne peut pas établir avec un degré raisonnable de certitude que les économies de construction de futurs EPR2 par rapport au coût de construction d'EPR de type Flamanville se matérialiseront".

Or souligne l'institution, "l'enjeu financier est majeur : le coût de construction de trois paires d'EPR2 est estimé à 46 milliards d'euros. La décision de construire ou non de futurs EPR aura des conséquences jusqu'au 22ème siècle".

Dès lors ajoute-t-elle, "EDF ne peut financer seul la construction de nouveaux réacteurs, et ne pourra plus s'engager sans garanties sur le revenu que lui procurera l'exploitation de ces réacteurs".

Alors qu'aucun nouveau projet nucléaire ne saurait donc être lancé sans une forme de garantie publique, son coût devra être étudié en fonction de sa compétitivité par rapport à d'autres modes de production d’électricité, renouvelables en particulier, prévient la Cour.

Cette dernière recommande donc la conduite d'une analyse complète du mix électrique à l'horizon 2050 avant de s'engager dans la construction de nouveaux EPR en France.






source : AOF

 ■

2020 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2021

Virbac reste vigilant à l'évolution de la pandémie dans les prochains mois et aux impacts sur l'activité....

Publié le 19/01/2021

Par courrier reçu le 13 janvier à l'AMF, Norges Bank indique avoir franchi en baisse, le 8 janvier, par suite de la restitution d'actions CGG détenues...

Publié le 19/01/2021

Préserver la santé et la sécurité des employés reste la priorité absolue du groupe Teleperformance...

Publié le 19/01/2021

La société a recours au dispositif de chômage partiel depuis le 19 mars 2020...

Publié le 19/01/2021

Précisions sur le capital et les Droits de vote....

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne