En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 785.23 PTS
+0.66 %
4 771.0
+0.37 %
SBF 120 PTS
3 789.55
+0.35 %
DAX PTS
10 758.28
+0.16 %
Dowjones PTS
23 824.23
+0.63 %
6 528.23
+0.57 %
1.142
+0.50 %

Vinci pousse ses pions pour la privatisation de Groupe ADP

| Boursier | 613 | Aucun vote sur cette news

Le géants des concessions et du BTP aurait d'ores et déjà contacté des investisseurs en vue de la privatisation d'ADP, selon des sources citées par l'agence 'Reuters'.

 Vinci pousse ses pions pour la privatisation de Groupe ADP
Credits Reuters

Le groupe Vinci, qui possède déjà 8% du capital de Groupe ADP, fourbit déjà ses armes en vue de la privatisation de l'exploitant aéroportuaire, dont le principe a été confirmé cette semaine par le gouvernement.

Ainsi, selon des sources financières concordantes citées vendredi par 'Reuters', Vinci a déjà contacté des investisseurs en vue de lancer une offre sur les parts que l'Etat devrait céder dans le capital de Groupe ADP (ex-Aéroports de Paris).

Le géant du BTP et des concessions (qui a déjà exprimé son désir de se renforcer dans ADP) aurait proposé à des fonds de pension, dont Canada Pension Plan Investment Board (CPPIB), Ontario Municipal Employees Retirement System (OMERS) et Ontario Teachers' Pension Plan (OTPP), de s'associer à une éventuelle offre, ont précisé ces sources.

La privatisation de Groupe ADP pourrait intervenir au 1er trimestre 2019

Le gouvernement a fait savoir cette semaine que la loi "Pacte", qui sera présentée lundi prochain en Conseil des ministres, comprendra l'autorisation pour l'Etat de passer sous le seuil des 50% au capital de Groupe ADP (50,6% actuellement). La loi autorisera aussi l'Etat à privatiser la Française des Jeux (FDJ) et à passer sous le seuil du tiers des droits de vote dans Engie.

Le projet de loi Pacte sera soumis au Parlement fin 2018 ou début 2019, selon le gouvernement qui n'a pas donné à ce stade de calendrier plus précis. Selon une source citée par Reuters, la cession de parts de l'Etat dans ADP pourrait être lancée officiellement au premier trimestre 2019.

En attendant, l'annonce du projet de privatisation a fait bondi cette semaine le cours d'ADP de près de 10%, portant sa capitalisation boursière à plus de 19 milliards d'euros.

Groupe ADP gère directement ou indirectement 26 aéroports dans le monde (dont ceux de Roissy-CDG et Orly), qui ont accueilli en 2017 228 millions de passagers (+7,4%) et ont dégagé un chiffre d'affaires de 3,6 milliards d'euros. De son côté, Vinci Airports exploite actuellement 36 aéroports dans le monde, dont 12 en France, pour un chiffre d'affaire de 1,4 MdE en 2017 (+33,5%) et 149 millions de passagers transportés.

Concession de 70 ans pour Orly et Roissy, droit de veto pour l'Etat

Groupe ADP, qui gère notamment les deux aéroports parisiens, devrait susciter de nombreuses convoitises. Des fonds américains et du Moyen-Orient prépareraient aussi des offres, éventuellement en constituant des consortiums. Il est possible que l'Etat décide de céder des titres ADP en plusieurs tranches vendues séparément plutôt qu'à un seul opérateur.

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a aussi promis cette semaine que les cessions d'actions prévues par l'Etat comporteraient des tranches réservées aux actionnaires individuels et aux salariés des groupes concernés.

Pour ce qui est de Groupe ADP, le ministre a précisé que le projet de loi "Pacte" prévoira un changement de statut du groupe, afin de limiter à 70 ans la concession de détention et l'exploitation des aéroports parisiens de Roissy et d'Orly. En outre, l'Etat français disposera d'un droit de veto sur les cessions d'actifs du groupe.

Il négociera également avec ADP un contrat de régulation économique fixant tous les cinq ans le montant des investissements, le niveau et l'évolution des redevances aéroportuaires, sous le contrôle d'une autorité indépendante.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

Foncière INEA a annoncé l’acquisition du Presqu’Ile, un immeuble de bureaux situé dans le quartier innovant de la presqu’île Bouchayer-Viallet à Grenoble. Il s’agit de son premier…

Publié le 19/12/2018

Rien ne va plus pour DIA (Distribuidora de Alimentacion) ...

Publié le 19/12/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/12/2018

GSEZ Airport, filiale de Gabon Special Economic Zone (GSEZ), fruit d'un partenariat public-privé entre Olam International, la République gabonaise et...

Publié le 19/12/2018

La Commission européenne a délivré une autorisation de mise sur le marché de Dengvaxia, le vaccin de Sanofi contre la dengue. L'autorisation suit la recommandation émise le 18 octobre 2018 par le…