En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 367.62 PTS
-0.15 %
5 367.0
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 237.09
-0.23 %
DAX PTS
12 096.40
-0.60 %
Dowjones PTS
26 089.61
-0.07 %
7 479.11
-0.42 %
1.120
-0.03 %

Renault : Nissan plutôt favorable au projet de mariage avec Fiat Chrysler

| Boursier | 272 | 3 par 1 internautes

Le DG de Nissan Hiroto Saikawa ne voit pas d'aspects négatifs au projet de rapprochement Renault-FCA .

Renault : Nissan plutôt favorable au projet de mariage avec Fiat Chrysler
Credits Reuters

L'avis du groupe japonais Nissan, l'allié de longue date de Renault, était très attendu depuis la proposition de mariage faite lundi au constructeur français par le groupe italo-américain Fiat Chrysler Automobile.

Hiroto Saikawa, le directeur général de Nissan, est ainsi sorti du silence mercredi, déclarant qu'il ne voyait pas voir d'aspects négatifs particuliers dans ce projet de fusion. Il a ajouté qu'il revenait aux deux groupes européens de décider de fusionner ou non.

S'exprimant devant la presse à l'issue d'une rencontre entre le constructeur japonais et ses deux partenaires d'alliance, Renault et Mitsubishi, Hiroto Saikawa a ajouté voir des opportunités dans ce projet."Mais, si possible, nous voudrions voir un résultat qui aille également dans le sens de nos intérêts", a-t-il néanmoins souligné.

De son côté, Osamu Masuko, le président de Mitsubishi, a assuré que les partenaires japonais de Renault n'avaient pas été tenus à l'écart par le groupe français de ses discussions avec FCA.

Vers une recomposition de l'actionnariat

Renault (qui détient plus de 43% du capital de Nissan), a annoncé lundi qu'il allait étudier avec intérêt l'ambitieux projet de fusion que lui a présenté Fiat Chrysler Automobile et qui donnerait naissance au troisième constructeur automobile mondial.

L'Etat français, qui détient une participation de 15% dans le groupe Renault, a accueilli l'offre italienne de manière assez favorable. Mais Bercy a posé des conditions sur le maintien d'emplois en France et sur la participation de ce futur géant au projet de consortium européen dans les batteries, a indiqué le ministre de l'Economie Bruno le Maire.

Si l'opération se concrétise, l'Etat français verrait sa part ramenée à environ 7,5% dans le nouvel ensemble, tandis que Nissan (qui possède aussi 15% de Renault mais sans droits de vote) serait lui aussi dilué à 7,5%, tandis que la famille Agnelli, premier actionnaire de Fiat, se situerait autour de 15%. En outre, le vice-président du Conseil italien, Matteo Salvini, a déclaré lundi que l'Etat italien pourrait lui aussi prendre une participation dans le futur ensemble automobile.

Selon des sources citées par l'agence 'Reuters', Nissan (qui a repoussé des ouvertures de Renault en vue d'une fusion), a été pris au dépourvu par les discussions entre le groupe français et FCA, ce qui a fait naître chez le constructeur japonais la crainte d'une marginalisation dans l'alliance.

Le projet intervient alors que Hiroto Saikawa est fragilisé par des mauvaises performances financières de Nissan et que les relations avec Renault se sont tendues depuis la mise à l'écart de Carlos Ghosn, l'architecte de l'alliance Renault-Nissan en 1999.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/06/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 14/06/2019

Les mandats d'administrateur et de Président du Conseil d'administration exercés par Bruno Fyot ont pris fin à l'issue de l'Assemblée générale...

Publié le 14/06/2019

Manutan annoncé avoir financé cette acquisition essentiellement sur ses fonds propres

Publié le 14/06/2019

Par l'acquisition d'actions auprès d'ABN AMRO et Société Générale

Publié le 14/06/2019

Manutan a annoncé l'acquisition de 100 % des titres de la société Kruizinga, acteur majeur de la distribution en ligne d'équipements de stockage et de transport au Benelux. Basée à Wapenveld (au…