5 407.89 PTS
+0.39 %
5 411.5
+0.46 %
SBF 120 PTS
4 312.42
+0.40 %
DAX PTS
13 134.06
+0.08 %
Dowjones PTS
24 386.03
+0.00 %
6 393.89
+0.78 %
Nikkei PTS
22 866.17
-0.32 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Ferroviaire : le mariage Alstom-Siemens est officialisé !

| Boursier | 67 | Aucun vote sur cette news

C'est désormais officiel. Alstom et l'allemand Siemens ont publié mardi soir un communiqué commun pour annoncer la création d'un champion européen dans les transports ferroviaires.

Ferroviaire : le mariage Alstom-Siemens est officialisé !
Credits Alstom

Confirmant les rumeurs de ces derniers jours, Alstom et Siemens ont annoncé mardi soir la signature d'un protocole d'accord en vue de la fusion de leurs activités ferroviaires. L'opération donne naissance à un groupe de plus de 15 milliards d'euros de chiffre d'affaires, employant plus de 62.000 salariés et dont l'ambition sera de lutter contre la concurrence du géant chinois CRRC. Baptisé Siemens Alstom, la nouvelle entité sera le numéro deux mondial des matériels roulants et le leader dans le domaine de la signalisation.

Annoncée comme une "fusion entre égaux", l'opération créera un ensemble dont Siemens détiendra 50%, selon le communiqué commun qui stipule que Siemens "recevra des actions nouvellement émises dans l'entreprise combinée représentant 50% du capital d'Alstom sur une base entièrement diluée".

Des garanties sur l'emploi et la pérennité des sites en France et en Allemagne

Le siège du nouveau groupe, qui sera dirigé par le patron d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, sera situé en France, en région parisienne, et la nouvelle entité restera cotée à la Bourse de Paris. Le siège des activités de Mobility Solutions sera basé en Allemagne et celui du Matériel Roulant en France, précisent les deux groupes, qui soulignent que leurs activités sont "largement complémentaires en termes d'activités et de présence géographique".

Le Conseil d'administration de l'entreprise combinée sera composé de 11 membres, et comprendra six administrateurs désignés par Siemens, dont le Président, quatre administrateurs indépendants et le CEO. Henri Poupart-Lafarge sera donc membre de ce conseil.

Des engagements sur quatre ans ont été pris, qui prévoient des garanties sur l'emploi et la pérennité des sites en France et en Allemagne, ainsi qu'un plafonnement à 50,5% du capital de la part de Siemens et un vote aux deux tiers du conseil pour certaines décisions stratégiques (siège, dirigeant...) précisent les deux groupes.

En France, Alstom et Siemens vont lancer la procédure de consultation et d'information de leurs comités d'entreprise selon la loi française avant la signature des documents contractuels. Si Alstom décidait de ne pas poursuivre l'opération, elle devrait payer une indemnité de rupture de 140 millions d'euros.

Des synergies de 470 ME par an à horizon de 4 ans

La nouvelle entité bénéficiera d'un carnet de commandes de 61,2 MdsE, un chiffre d'affaires de 15,3 MdsE, un résultat d'exploitation ajusté de 1,2 MdE et une marge d'exploitation ajustée de 8,0%, sur la base d'informations extraites des derniers états financiers d'Alstom et de Siemens. Alstom et Siemens attendent des synergies annuelles de 470 millions d'euros au plus tard quatre ans après la réalisation de l'opération. Au total, la nouvelle entité regroupera 62.300 salariés dans plus de 60 pays.

"Nous mettons l'Europe en oeuvre et ensemble avec nos amis d'Alstom, nous créons un nouveau champion européen dans l'industrie ferroviaire pour le long terme", a déclaré Joe Kaeser, PDG de Siemens AG, cité par le communiqué commun. "Ceci permettra d'offrir à nos clients dans le monde entier un portefeuille de produits plus innovants et plus compétitifs".

De son côté, Henri Poupart-Lafarge, PDG d'Alstom a affirmé qu'"en combinant les équipes expérimentées, la présence géographique complémentaire et l'expertise innovante de Siemens avec les nôtres, la nouvelle entité créera de la valeur pour les clients, les salariés et les actionnaires. Je suis particulièrement fier de diriger la création d'un tel groupe qui façonnera sans aucun doute l'avenir de la mobilité", a-t-il ajouté.

Dans le cadre de la fusion, les actionnaires existants d'Alstom à la clôture du jour précédant la date du "closing" recevront deux dividendes spéciaux : une prime de contrôle de 4 euros par action (soit un total de 0,9 milliard d'euros) payée rapidement après la réalisation de l'opération et un dividende extraordinaire d'un montant maximum de 4 euros par action (soit un total de 0,9 milliard d'euros) payé par les produits des options de vente d'Alstom dans les co-entreprises avec General Electric qui représentent un montant d'environ 2,5 milliards d'euros, sous réserve de la situation de trésorerie d'Alstom. Siemens recevra des bons de souscription d'actions lui permettant d'acquérir des actions d'Alstom représentant 2% de son capital et qui pourront être exercés au plus tôt quatre ans après la clôture de la transaction.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

Thierry Breton s'adressait aux journalistes suite au projet d'OPA amicale sur Gemalto

Publié le 12/12/2017

MC DONALD'S CORP constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Call 9542S émis…

Publié le 12/12/2017

Blackstone, un fonds d'investissement américain devrait acquérir 10% du capital de Logicor, un spécialiste des parcs logistiques, pourtant cédé au fonds souverain chinois le 2 juin dernier selon…

Publié le 12/12/2017

Thales a remporté un contrat de 37 millions de dollars pour équiper l’armée américaine de nouveaux terminaux radios tactiques. Thales livrera des radios IMBITR 2 canaux (pour « Improved MBITR…

Publié le 12/12/2017

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a déclaré conforme le projet d'OPA de Schneider Electric sur IGE+XAO tel qu'il a été annoncé le 8 novembre. Schneider Electric, qui ne détient pour…

CONTENUS SPONSORISÉS