En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 054.00 PTS
+0.57 %
5 044.5
+0.71 %
SBF 120 PTS
4 039.83
+0.66 %
DAX PTS
11 407.78
+0.59 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
+0.00 %
1.141
-0.01 %

Yémen: la coalition demande la fin des ravitaillements en vol américains

| AFP | 373 | Aucun vote sur cette news
Un Boeing KC-135 ravitailleur durant des manoeuvres de l'Otan à la base de Starokostyantyniv, Ukraine, le 12 octobre 2018
The large-scale air force exercises with the United States and other NATO countries
Un Boeing KC-135 ravitailleur durant des manoeuvres de l'Otan à la base de Starokostyantyniv, Ukraine, le 12 octobre 2018 The large-scale air force exercises with the United States and other NATO countries "Clear Sky 2018", which will run until October 19, are being held in western Ukraine. Some 700 troops are taking part, half of them from NATO member countries including the United States, Britain, the Netherlands, Poland and Romania. US aircraft including F-15C Eagle fighter planes, Boeing KC-135 air refueling tanker, C-130J Super Hercules military transport planes and drones will train with about 30 Ukrainian aircraft. ( Genya SAVILOV / AFP/Archives )

La coalition sous direction saoudienne qui combat les rebelles Houthis au Yémen a annoncé samedi qu'elle avait demandé aux Etats-Unis de cesser leurs opérations de ravitaillement en vol de ses avions et qu'elle était désormais en mesure d'assurer elle-même ce ravitaillement.

Le Pentagone a aussitôt approuvé cette annonce, qui intervient alors que des parlementaires américains, aussi bien républicains que démocrates, réclamaient avec insistance que les Etats-Unis mettent immédiatement fin à leurs opérations de ravitaillement des avions de la coalition saoudienne opérant au Yémen.

C'est l'agence de presse officielle saoudienne SPA qui a annoncé ce développement. "Récemment, le Royaume et la Coalition ont accru leur capacité de mener indépendamment le ravitaillement en vol au Yémen", a indiqué SPA.

"En conséquence, en consultation avec les Etats-Unis, la Coalition a demandé la cessation du soutien au ravitaillement en vol pour ses opérations au Yémen", a annoncé l'agence.

L'Arabie saoudite et l'ensemble de la coalition qui soutient les forces loyales au président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi "cherchent continuellement à améliorer leur professionnalisme militaire et leur autosuffisance", a expliqué SPA.

Les Etats-Unis ont rapidement réagi.

"Nous soutenons la décision du Royaume d'Arabie saoudite, après des consultations avec le gouvernement américain, d'utiliser les capacités militaires propres de la Coalition pour effectuer les ravitaillements en vol en soutien de ses opérations au Yémen", a déclaré dans un communiqué le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis.

Le Washington Post, citant des sources proches du dossier, avait affirmé quelques heures plus tôt que la décision de cesser les ravitaillements en vol américains de la coalition avait d'ores et déjà été prise par les Etats-Unis, qui mettaient ainsi fin à leur soutien le plus concret à la coalition saoudienne en trois ans de conflit

- Une aide controversée -

Cette aide, déjà critiquée à Washington, était devenue encore plus controversée depuis le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, imputé à de hauts responsables du royaume et qui a terni l'image de Ryad.

Des parlementaires américains, démocrates comme républicains, ont exigé que Washington prenne des mesures "immédiates", "y compris en mettant fin au ravitaillement des avions de la coalition saoudienne", faute de quoi ils menaçaient de faire adopter des mesures au Sénat.

Les sénateurs Jeanne Shaheen et Todd Young avaient publié un communiqué en ce sens vendredi peu avant la parution de l'article du Washington Post. "Nous attendons que Ryad s'engage de bonne foi et avec urgence dans des négociations pour mettre fin à la guerre civile", écrivaient ces élus des deux bords politiques.

Le Pentagone et la coalition se sont exprimés sur la perspective de négociations en vue d'un règlement du conflit.

"Le commandement de la Coalition exprime l'espoir que les prochaines négociations sous l'égide de l'ONU dans un pays tiers conduiront à un règlement négocié", a indiqué SPA.

- Pourparlers éventuels -

Après l'échec en septembre d'une médiation de l'ONU, la coalition a annoncé la reprise de l'assaut sur le port stratégique de Hodeida, dans l'ouest du Yémen, qui s'est intensifié à partir du 1er novembre.

La bataille pour reprendre Hodeida aux rebelles qui contrôlent la ville menace les efforts de paix des Etats-Unis et de l'ONU qui espère pouvoir convoquer des pourparlers d'ici la fin de l'année.

La coalition, indique l'agence SPA, "espère voir la fin de l'agression des milices Houthis soutenues par l'Iran contre le peuple yéménite et contre des pays de la région, notamment la menace des missiles balistiques et des drones".

Le Pentagone a lui aussi évoqué de prochaines négociations. "Nous sommes tous concentrés sur le soutien à une résolution du conflit, menée par l'envoyé spécial de l'ONU Martin Griffith", a déclaré Jim Mattis dans son communiqué.

"Les Etats-Unis et la coalition prévoient de collaborer au renforcement des forces yéménites légitimes pour défendre le peuple yéménites, sécuriser les frontières de leur pays, et contribuer à contrer les efforts d'Al-Qaïda et de l'ISIS au Yémen et dans la région", a ajouté le secrétaire américain à la Défense, utilisant l'acronyme anglais pour l'organisation jihadiste Etat islamique (EI).

Les combats pour le contrôle de Hodeida ont été particulièrement meurtriers vendredi, avec une forte résistance des rebelles Houthis qui tentent par tous les moyens de ralentir la progression des forces progouvernementales soutenues par la coalition.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/11/2018

'Red Dead Redemption 2' de Take-Two Interactive sur PS4 reste en tête...

Publié le 19/11/2018

Renault chute de 5,71% à 60,82 euros, en début de séance, accusant le plus lourd repli du CAC 40. Selon le quotidien Asahi, Carlos Ghosn aurait été arrêté pour violations présumées de la loi…

Publié le 19/11/2018

Genfit grimpe de 2,4% ce lundi à 20,66 euros, alors que la société biopharmaceutique a annoncé aujourd'hui son intention de procéder à une offre au...

Publié le 19/11/2018

Dans une actualité plus porteuse, Nexans s'adjuge 3% à 25,5 euros à l'ouverture...

Publié le 19/11/2018

Medasys a annoncé le lancement d'une augmentation du capital avec maintien du droit préférentiel de souscription d'un montant de 11,5 millions d'euros. Dedalus, actionnaire majoritaire de Medasys,…