En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-0.15 %
4 825.00
-0.41 %
SBF 120 PTS
3 859.34
-0.23 %
DAX PTS
11 071.54
-0.17 %
Dowjones PTS
24 401.45
-0.01 %
6 608.68
-0.57 %
1.139
+0.25 %

Yémen, Khashoggi: l'Arabie Saoudite réplique au Sénat américain

| AFP | 307 | Aucun vote sur cette news
Le sénateur démocrate Chris Murphy (c) s'exprime devant la presse le 13 décembre 2018 après le vote du Sénat sur l'Arabie saoudite
Le sénateur démocrate Chris Murphy (c) s'exprime devant la presse le 13 décembre 2018 après le vote du Sénat sur l'Arabie saoudite ( MANDEL NGAN / AFP/Archives )

L'Arabie saoudite a condamné lundi le vote de résolutions du Sénat américain hostiles au régime de Ryad, l'une sur le conflit au Yémen, l'autre sur l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.

"Le royaume d'Arabie saoudite rejette la position exprimée récemment par le Sénat des États-Unis, qui se fondaient sur des affirmations et allégations sans preuve, et contenaient des ingérences flagrantes dans les affaires internes au royaume, sapant son rôle régional et international", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué sur le site internet de l'agence de presse officielle saoudienne, SPA.

"Si le royaume d'Arabie saoudite réaffirme son engagement à continuer à renforcer ses relations avec les États-Unis d'Amérique, il exprime également son inquiétude concernant les positions exprimées par les membres d'une instance législative honorable d'un État allié et ami", a ajouté le ministère dans cette longue déclaration.

Les deux résolutions avaient été approuvées jeudi grâce aux votes essentiellement de sénateurs démocrates, mais aussi de quelques républicains.

La première appelle le président Donald Trump à "retirer les forces armées américaines des hostilités au Yémen ou affectant le Yémen, sauf les forces américaines engagées dans des opérations visant Al-Qaïda ou des forces associées".

Dans la seconde, le Sénat "estime que le prince héritier Mohammed Ben Salmane est responsable du meurtre" du Saoudien Jamal Khashoggi, tué dans le consulat de son pays à Istanbul le 2 octobre.

Ryad affirme que le meurtre a été commis sans l'accord de ses plus hauts dirigeants. Les autorités saoudiennes ont rejeté une demande d'extradition turque des suspects, parmi lesquels deux proches du prince héritier Mohammed ben Salmane.

Ces deux résolutions ont été un camouflet pour la diplomatie de M. Trump, très proche du pouvoir saoudien.

Elles ne devraient garder qu'une portée symbolique, car d'une part elles ne devraient pas être débattues à la Chambre des représentants, au moins jusqu'à l'investiture des nouveaux parlementaires en janvier, et d'autre part le président devrait les ignorer.

"Débats politiques nationaux"

Mais l'Arabie saoudite a montré son agacement quant à l'opposition à laquelle est confronté Donald Trump au Congrès.

Le prince saoudien Mohammed ben  Salman, à Algers le 2 décembre  2018
Le prince saoudien Mohammed ben Salman, à Algers le 2 décembre 2018 ( RYAD KRAMDI / AFP/Archives )

"Le royaume espère ne pas être pris dans des débats politiques nationaux aux États-Unis, afin d'éviter toute retombée sur les liens entre les deux pays, qui pourrait avoir une incidence significative sur cette relation stratégique importante", a écrit le ministère des Affaires étrangères.

L'assassinat de Jamal Khashoggi a terni la réputation de l'Arabie saoudite, et de nombreux pays internationaux ont pris des sanctions individuelles contre des responsables du régime, dont les États-Unis, le Canada ou la France.

"Le prince Mohammed et l'Arabie saoudite, dès avant le dépôt de la résolution au Sénat, étaient en train de se rendre compte que l'exécution de Khashoggi avait affaibli le royaume sur la scène internationale et l'avait rendu plus vulnérable aux pressions", a expliqué à l'AFP un expert de la géopolitique du Moyen-Orient, James Dorsey, de l'université RSIS à Singapour.

Évoquant cette affaire dimanche depuis Doha, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a répété un appel à "une enquête crédible et une punition pour ceux qui en sont coupables".

Le rôle de l'Arabie saoudite dans le conflit sanglant qui déchire le Yémen est également de plus en plus remis en question. Ryad est à la tête d'une coalition internationale qui soutient les forces progouvernementales contre les rebelles Houthis.

Depuis 2014, cette guerre a fait au moins 10.000 morts. Des millions de personnes sont par ailleurs menacées de famine dans ce pays où sévit "la pire crise humanitaire du monde", selon l'ONU.

Après la conclusion en Suède vendredi d'un accord de trêve entre belligérants, le roi Salmane et le prince héritier avaient souligné dans une déclaration officielle avoir "apporté leur soutien à une solution politique au conflit".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…