En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 343.57 PTS
-0.53 %
5 346.00
-0.36 %
SBF 120 PTS
4 290.55
-0.45 %
DAX PTS
12 580.68
-0.90 %
Dowjones PTS
24 657.80
-0.17 %
7 280.70
+0.00 %
Nikkei PTS
22 693.04
+0.61 %

Yémen: des tensions entre rebelles dégénèrent en heurts dans la capitale

| AFP | 295 | Aucun vote sur cette news
Des combattants shiites Houthis à Sanaa, le 24 août 2017
Des combattants shiites Houthis à Sanaa, le 24 août 2017 ( STRINGER / AFP )

Un officier proche de l'ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh et deux rebelles Houthis ont été tués dans des affrontements internes sans précédent qui risquent de transformer la capitale Sanaa en champ de bataille entre factions jusqu'alors alliées.

Le colonel Khaled al-Ridha était le chef adjoint des relations extérieures du Congrès populaire général (CPG), le parti de M. Saleh, et il a été tué samedi soir.

Sans nommer directement les Houthis, le CPG a accusé un "groupe qui n'a aucune moralité" d'être responsable de la mort de l'officier, une référence à peine voilée à ces insurgés pro-iraniens.

Des forces loyales à l'ex-président yéménite Ali Abdallah, le 24 août 2017
Des forces loyales à l'ex-président yéménite Ali Abdallah, le 24 août 2017 ( Mohammed HUWAIS / AFP )

La confiance ayant permis à M. Saleh de forger une alliance il y a trois ans avec les Houthis s'effrite de jour en jour. Les deux camps ont pu, grâce à cette alliance, garder le contrôle de Sanaa et empêcher les forces progouvernementales d'avancer vers le nord du Yémen.

L'agence de presse Saba, dirigée par les Houthis, a de son côté fait état de la mort de deux membres des Comités populaires, dominés par les Houthis, dans des accrochages samedi soir à Sanaa.

- Tension vive -

Selon des sources du CPG, des violences ont éclaté après une altercation entre des hommes des deux camps à un point de contrôle situé à proximité des bureaux de la présidence, où siège M. Saleh, dans le secteur de Hadda, au sud de Sanaa.

Un yéménite sur les décombres d'une maison détruite par des frappes aériennes le 26 août 2017, dans un quartier résidentiel de Sanaa
Un yéménite sur les décombres d'une maison détruite par des frappes aériennes le 26 août 2017, dans un quartier résidentiel de Sanaa ( MOHAMMED HUWAIS / AFP )

La tension était vive dimanche dans la capitale qui est d'habitude calme en dépit des raids aériens de la coalition arabe progouvernementale, menée par l'Arabie saoudite, et dont le dernier a fait vendredi avant l'aube 14 morts parmi des civils, dont cinq enfants d'une même famille.

Selon des habitants, les forces loyales à M. Saleh se sont massivement déployées sur le lieu de l'accrochage qui a coûté la vie au colonel Ridha, autour de la résidence de M. Saleh et de la place Sabyine, lieu traditionnel des rassemblements politiques.

C'est sur cette place qu'a eu lieu jeudi une manifestation monstre des partisans de M. Saleh à l'occasion du 35e anniversaire du CPG. Voulue comme une démonstration de force de cette formation politique, la manifestation a rassemblé des centaines de milliers de personnes et s'est déroulée sans incident majeur.

L'ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh (au centre, bras levé), le 24 août 2017 à Sanaa
L'ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh (au centre, bras levé), le 24 août 2017 à Sanaa ( MOHAMMED HUWAIS / AFP )

Y prenant la parole, M. Saleh s'est gardé de s'en prendre directement aux Houthis.

Officiellement, l'alliance avec eux s'était matérialisée en septembre 2014 et la prise de la capitale par les rebelles.

- 'Trahison' -

Une alliance contre nature puisque M. Saleh les a combattus durant ses trois décennies de présidence, avant d'être contraint de céder le pouvoir sous la pression de la rue en 2012.

Les Houthis, issus de l'importante minorité zaïdite (branche du chiisme) bien implantée dans le nord du Yémen, et les pro-Saleh font face depuis 2015 à une intervention d'une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite qui soutient les forces progouvernementales regroupées dans le sud.

Mais des fissures sont récemment apparues au grand jour entre le chef Houthi Abdel Malek al-Houthi (38 ans) et M. Saleh (75 ans) qui ont échangé des accusations de "trahison" dans des discours télévisés.

M. Saleh avait notamment suggéré que ses alliés étaient une "milice" et les rebelles l'avaient prévenu qu'il "assumerait les conséquences" de ses propos.

Des combattants shiites Houthis à Sanaa, le 24 août 2017
Des combattants shiites Houthis à Sanaa, le 24 août 2017 ( STRINGER / AFP )

Les Houthis soupçonnent M. Saleh de négocier, derrière leur dos, avec la coalition arabe. Ce dernier, soutenu par l'Arabie saoudite alors qu'il était président, accuse les Houthis de vouloir concentrer le pouvoir entre leurs mains.

Depuis mars 2015, le conflit yéménite a fait 8.400 morts et 48.000 blessés, dont de nombreux civils, et provoqué une grave crise humanitaire. Une épidémie de choléra a ainsi fait quelque 2.000 morts et plusieurs régions de ce pays pauvre sont au bord de la famine.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Les actifs risqués continuent à subir des dégagements ce jeudi. Les tensions commerciales restent en filigrane même si aucun nouveau rebondissement n'est à signaler depuis deux jours maintenant.…

Publié le 21/06/2018

Appel au marché afin de poursuivre l'exploitation...

Publié le 21/06/2018

Prismaflex bondit de 11,4% à 21,5 euros, un nouveau sommet pour cette année. Le titre de l'imprimeur numérique et fabricant de panneaux d'affichage est désormais à son plus haut niveau depuis…

Publié le 21/06/2018

Par courrier reçu le 21 juin 2018 par l'AMF, la société néerlandaise NN Group N...

Publié le 21/06/2018

Le titre poursuit sa progression au-dessus d'une ligne de tendance haussière qui soutient les cours depuis le 23 mars. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50 séances…