En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 795.50 PTS
-0.09 %
4 792.5
+0.00 %
SBF 120 PTS
3 805.59
-0.17 %
DAX PTS
10 818.18
+0.43 %
Dowjones PTS
23 592.98
-2.11 %
6 448.39
+0.00 %
1.138
+0.34 %

Yémen: 1.000 jours d'une guerre "oubliée", les ONG appellent au sursaut

| AFP | 807 | 5 par 3 internautes
Un nourrisson souffrant de malnutrition dans un hôpital de la ville portuaire de Hodeidah au Yémen, le 3 décembre 2017
Un nourrisson souffrant de malnutrition dans un hôpital de la ville portuaire de Hodeidah au Yémen, le 3 décembre 2017 ( ABDO HYDER / AFP/Archives )

Un million de cas de choléra, six enfants morts par heure, 80% des habitants démunis: la guerre au Yémen, qui dure depuis 1.000 jours, est la pire crise humanitaire au monde, mais elle est largement oubliée, regrettent les ONG, qui appellent au sursaut.

"Il faut que cela cesse": pour Liny Suharlim, en charge du Yémen pour l'ONG Acted, "il est temps d'agir" tant la situation "empire".

"Le nombre de personnes dans le besoin a augmenté de plus d'un million ces six derniers mois, pour atteindre les 22 millions. C'est donc plus ou moins 80% de la population qui dépend de l'aide humanitaire pour les soins médicaux, l'eau, la nourriture", souligne-t-elle dans un entretien à l'AFP.

Le 26 mars 2015, neuf pays dirigés par l'Arabie saoudite lancent dans ce pays, déjà le plus pauvre du Moyen-Orient, l'opération "Tempête décisive" pour contrer la rébellion des Houthis.

Depuis, la guerre n'a fait que redoubler, attisée par Al-Qaïda et le groupe Etat islamique (EI), et un conflit par procuration entre l'Iran, allié des Houthis, et l'Arabie saoudite. Plus de 8.750 morts sont à déplorer mais le pire est à venir, soulignent les ONG.

"Une famine se profile", avertit Olivier De Schutter, ancien rapporteur spécial de l'ONU sur le droit à l'alimentation.

Déjà, 4,5 millions d'enfants et de femmes enceintes sont sévèrement malnutris, soit 148% de plus qu'avant la guerre, selon l'ONU. Au rythme actuel, 50.000 enfants devraient être morts pour la seule année 2017.

"Et cela n'a rien d'une catastrophe naturelle ou d'une conséquence des changements climatiques", souligne M. De Schutter, cosignataire d'un appel mondial à "agir d'urgence" lancé par 350 personnalités, dont l'actrice française Juliette Binoche, le chanteur britannique Peter Gabriel, la prix Nobel de la paix iranienne Shirin Ebadi...

"C'est entièrement imputable à des causes politiques — des gouvernements irresponsables et des grandes puissances dont l'inaction les renforce dans leur sentiment d'impunité. Tandis que toute une population est prise en otage, la diplomatie semble avoir laissé tomber ses efforts", accuse l'ancien responsable onusien.

- 'Ca ne fait pas le buzz' -

Le Yémen "n'a pas suscité l'attention qu'on aurait pu attendre vu l'ampleur de la crise humanitaire", renchérit Caroline Anning, en charge du Yémen pour l'ONG Save the Children, qui lance également un appel au sursaut des dirigeants de la planète.

La crise humanitaire reste largement confinée au Yémen, donc invisible, en particulier parce que les Yéménites, coincés entre l'océan, le désert et des voisins peu accueillants, n'ont pas formé des cohortes de réfugiés, comme celles des Syriens qui ont sensibilisé le monde.

"C'est un conflit invisible, que le monde a oublié. Le Yémen, ce n'est pas la Syrie, ça ne fait pas le buzz", confirme Liny Suharlim, qui a bien conscience que "certains ont du mal à situer le Yémen sur la carte".

"Il faut mettre un terme à tout ça", assène la responsable d'Acted, ONG française, soulignant que "l'aide humanitaire seule" ne suffira pas.

"La solution politique est la seule valable", juge-t-elle, appelant en particulier à une levée du blocus total imposé depuis début novembre par l'Arabie saoudite.

Caroline Anning, tout récemment rentrée du Yémen, témoigne de "combats si violents qu'ils nous empêchent d'atteindre les enfants que nous aidons".

"La coalition saoudienne doit cesser ses bombardements et un accord de paix doit être signé. Cela peut arriver demain et sauver la vie d'enfants", lance-t-elle.

"Notre message est simple", écrivent les 350 personnalités signataires de "L'appel des 1.000 jours pour le Yémen", publié dans le quotidien français Le Monde de mardi.

"Si vous ne voulez pas avoir d'autres milliers de vies d'enfants sur la conscience, il est temps d'agir", ajoutent-ils, soulignant "la responsabilité particulière de la France, des Etats-Unis et du Royaume-Uni, en tant que membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies et principaux fournisseurs d'armes à l'Arabie saoudite et aux Emirats Arabes Unis".

kjl-vl-pag-lv/lp/glr

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Euro Repar Car Service, enseigne PSA, s'est implanté dans 6 nouveaux pays cette année, à savoir la Russie, la Bulgarie, le Maroc, la Grèce, l'Arabie...

Publié le 18/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre a stoppé sa correction sur le niveau de support majeur des 30.3 euros, soit la borne basse du trou de cotation haussier ouvert le 13 septembre. Du côté des…

Publié le 18/12/2018

GTT a reçu une commande d'un chantier coréen portant sur la conception des cuves GNL de deux nouveaux méthaniers, d'une capacité de 174 000 m3, pour le compte d'un armateur asiatique. Les…

Publié le 18/12/2018

Engie et le portugais EDPR s’allient avec Sumitomo Corporation pour développer leurs projets éoliens en mer de Yeu-Noirmoutier et de Dieppe-Le Tréport. Dans le cadre de cette alliance, Sumitomo…

Publié le 18/12/2018

Atos inaugure ce jour, avec le Conseil départemental des Yvelines, son nouveau Data Center mondial à haute performance énergétique implanté aux...