En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 109.71 PTS
+0.49 %
5 105.50
+0.47 %
SBF 120 PTS
4 094.50
+0.44 %
DAX PTS
11 633.76
+0.69 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
+0.00 %
1.149
-0.18 %

XV de France: pour Novès, "ni abattement, ni inquiétude"

| AFP | 250 | Aucun vote sur cette news
Le sélectionneur du XV de France Guy Novès se dit
Le sélectionneur du XV de France Guy Novès se dit "optimiste" malgré la série des six test-matches sans victoire ( FRANCK FIFE / AFP )

"Ni abattement, ni inquiétude": malgré six test-matches sans victoire, dont cinq défaites et un nul contre le Japon samedi (23-23), le sélectionneur du XV de France Guy Novès s'est montré auprès de l'AFP dimanche "optimiste" quant à sa capacité à redresser la barre et a de nouveau exclu de démissionner.

Il a également dénoncé un "harcèlement permanent" des médias qui inhiberait les joueurs et assuré que le président de la Fédération française de rugby (FFR), Bernard Laporte, ne lui avait pas encore proposé d'injecter du sang frais au sein de l'encadrement.

QUESTION: Etes-vous abattu ou inquiet?

REPONSE: "Il n'y a ni abattement ni inquiétude. Je suis bien conscient de la période qu'on traverse. J'en connais quelques raisons."

Q: Lesquelles?

R: "Je n'ai pas trop envie de les dire car sinon on dit que je me plains."

Q: Quels sont les ressorts sur lesquels vous pouvez agir pour redresser la barre?

R: "Là, aucun, car les joueurs sont retournés dans leurs clubs. On va suivre leur évolution pendant deux mois, et on prendra pour le Tournoi (début février) les joueurs en forme. Certains, qui n'étaient pas là puisqu'on a quasiment une vingtaine de blessés, vont nous rejoindre. Et on va se poser des questions sur notre projet de jeu, par la force des choses. Se remettre au travail pour donner un peu de confiance à ce groupe qui en a perdu pas mal."

Q: Comment l'expliquez-vous?

R: "Il y a une pression très importante mise sur le dos de l'équipe de France à l'heure actuelle. Elle porte ses fruits petit à petit. Ce harcèlement permanent fait que les joueurs qui se lâchaient n'en ont plus le loisir aujourd'hui."

Q: Cette pression supérieure en sélection vous dérange-t-elle donc?

R: "Non. Et je sais très bien que si demain l'équipe de France regagne quelques matches, on peut retrouver le soutien des médias. Je n'ai pas de problème par rapport à ça, c'est tout à fait cohérent. Mais c'est sûr que cette approche n'est pas toujours positive pour faire venir les gens au stade, et pour les joueurs."

Q: Allez-vous proposer un plan de jeu plus simple, moins ambitieux?

R: "Je ne raisonne pas comme ça. Quand on tombe un ballon, qu'on manque un deux contre un, vous croyez que c'est lié au nombre de combinaisons? (Samedi) quelques situations se sont présentées, on ne les a pas jouées à la perfection. A ce niveau, c'est à ne pas faire. Par exemple le deux contre un manqué en début match (par Teddy Thomas à la 6e minute, NDLR) a eu son importance."

Q: La régression est flagrante par rapport à novembre dernier...

R: "Evidemment, par rapport au Tournoi aussi. Ce qui me gêne, c'est qu'on pouvait penser, à partir de la deuxième période contre les Blacks (18-38 le 11 novembre), que la machine allait se mettre en route. Et derrière on passe à côté contre l'Afrique du Sud, même si on ne perd que d'un point (17-18). Et la copie rendue hier soir est très très loin de ce qu'on veut faire."

Q: Pensez-vous devoir changer votre mode de management?

R: "J'ai une façon de manager les joueurs qui m'est propre, tout le monde le sait. J'ai la sensation que jusqu'à présent (à Toulouse) elle n'a pas été trop mal. Mais là, en équipe de France, on n'a les joueurs qu'épisodiquement, donc quand on ne voit pas les joueurs, c'est compliqué de les manager. Si je suis sévère ou pas, les joueurs le savent. Mais bien sûr qu'après hier, on ne peut pas être heureux, jovial. Il y a eu des mots très durs, notamment à la mi-temps."

Q: Pensez-vous avoir encore l'adhésion du groupe? Vous sentez-vous capable de redresser la barre?

R: "Bien sûr, je suis optimiste. Si je n'avais pas ce comportement, on ne m'aurait jamais proposé ce poste-là, et je n'aurais rien à y faire. Si vous pensez que dans ce métier il n'y que les gens qui réussissent... Tout le monde connaît des échecs. L'Argentine, par exemple, dont on m'a seriné pendant des mois qu'elle était l'exemple à suivre: après sept défaites de suite contre les meilleures nations mondiales (avant sa victoire en Italie le 18 novembre, NDLR), vous pensez que son entraîneur pense à démissionner? Ou bien plutôt à comment faire progresser son équipe? Ce n'est pas parce qu'on a une série négative... Et encore, ça dépend contre qui: hormis hier, où on a été loin du standing international, on a joué quatre fois contre l'Afrique du Sud et deux fois contre la Nouvelle-Zélande."

Q: Vous excluez de démissionner. Etes-vous ouvert à l'apport de sang neuf dans votre staff, comme évoqué par Bernard Laporte?

R: "Ca ne regarde que Bernard Laporte et moi. S'il a quelque chose à me proposer, il me le proposera. Pour l'instant, ce n'est pas le cas."

Propos recueillis par Nicolas KIENAST

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 18/10/2018

Le président américain Donald Trump, le 17 octobre 2018 à la Maison Blanche, à Washington ( SAUL LOEB / AFP )Le président Donald Trump a nié mercredi chercher à couvrir les alliés…

Publié le 17/10/2018

Le pilier Demba Bamba lors du Tournoi des Six nations U20, face à l'Ecosse, le 9 février 2018 à Cumbernauld ( ANDY BUCHANAN / AFP )Le jeune pilier droit de Brive (Pro D2)…

Publié le 17/10/2018

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains (LR) au Sénat, le 27 janvier 2018 à Paris ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives )Bruno Retailleau, le président du groupe Les…

Publié le 15/10/2018

Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, le 10 octobre 2018 à Paris. ( Eric FEFERBERG / AFP/Archives )Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a défendu lundi le…

Publié le 05/10/2018

Sous les fenêtres du tribunal, une trentaine de personnes, anonymes et proches de Sophie Le Tan, ont pris part dans la matinée à un "rassemblement citoyen" à Strasbourg ( FREDERICK FLORIN /…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2018

Korian conclut un partenariat avec CAREIT et Primonial REIM dans le cadre du programmede reconfiguration de son parc immobilier, destiné à accélérer...

Publié le 22/10/2018

L'événement économique de la semaine en Europe est programmé jeudi avec la réunion du conseil des gouverneurs de la BCE

Publié le 22/10/2018

Philips chute de 5,21% à 32,93 euros en raison d’une performance opérationnelle décevante au troisième trimestre. Les divisions "Soins personnels" (rasoirs, brosses à dents…) et Soins…

Publié le 22/10/2018

Après s’être effondrée de 25,66% vendredi, l’action Sopra Steria continue de subir les foudres des investisseurs : -4,61% à 85,80 euros. Trois mois après l’annonce de résultats semestriels…

Publié le 22/10/2018

    Information relative au nombre total…