En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 488.68 PTS
+0.68 %
5 491.0
+0.72 %
SBF 120 PTS
4 395.66
+0.68 %
DAX PTS
12 396.12
+0.56 %
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+0.00 %
1.178
+0.04 %

Wimbledon: Djokovic-Nadal suspendu, Anderson en finale mais à quel prix...

| AFP | 397 | Aucun vote sur cette news
L'Espagnol Rafael Nadal quitte le court après la suspension par le couvre-feu de la demi-finale de Wimbledon face au Serbe Novak Djokovic le 13 juillet 2018
L'Espagnol Rafael Nadal quitte le court après la suspension par le couvre-feu de la demi-finale de Wimbledon face au Serbe Novak Djokovic le 13 juillet 2018 ( Glyn KIRK / AFP )

Kevin Anderson est devenu le premier Sud-Africain en près d'un siècle à accéder à la finale de Wimbledon mais à quel prix... Il lui a fallu batailler pendant 6h36 pour venir à bout de l'Américain John Isner vendredi.

Les protagonistes de la seconde demi-finale, le N.1 mondial Rafael Nadal et Novak Djokovic ont dû prendre leur mal en patience pendant de longues heures, avant de pénétrer sur le "Centre court". Et ils devront revenir samedi à 13h00 locales (12h00 GMT, 14h00 continentale) pour poursuivre le 52e épisode de leur rivalité (26-25 pour le Serbe). La finale dames opposant l'Américaine Serena Williams à l'Allemande Angelique Kerber débutera après.

Si le toit du Central permet de prolonger les débats dans la soirée, il y a quand même une fin à tout à Londres. Le couvre-feu imposé par les résidents du quartier ne permet pas de jouer au-delà de 23h00 locales (22h00 GMT, minuit en heure continentale).

Et à 23h02, Djokovic venait tout juste de remporter le troisième set pour mener 2 manches à 1 (6-4, 3-6, 7-6 (11/9)) après 2h54 de jeu dans un match d'un très haut niveau.

- Pluie de coups gagnants -

Le Sud-Africain Kevin Anderson salue les supporters après sa victoire face à l'Américain John Isner en demi-finales à Wimbledon, le 13 juillet 2018
Le Sud-Africain Kevin Anderson salue les supporters après sa victoire face à l'Américain John Isner en demi-finales à Wimbledon, le 13 juillet 2018 ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP )

C'est au bout d'un ultime set de 2h55 qu'Anderson a lui eu la peau du géant Isner: 7-6 (8/6), 6-7 (5/7), 6-7 (9/11), 6-4, 26-24, bouclant ainsi le deuxième plus long simple de l'histoire en Grand Chelem. Il est devenu le premier joueur de son pays à rallier la finale à Londres depuis Brian Norton en 1921.

Isner est décidément un habitué des matches à rallonge. C'est lui qui avait remporté le plus long de l'histoire, déjà sur le gazon anglais face au Français Nicolas Mahut, en 2010 au premier tour... après 11h05 de jeu étalé sur trois jours, 70-68 au cinquième set.

Sur le court central, vendredi les coups gagnants ont plu: 247 coups gagnants au total (118 pour le Sud-Africain, 129 pour l'Américain). Et les aces aussi comme prévu: 103 aces au total, 49 pour Anderson et 53 pour Isner.

Avec 214 cumulés au total en six matches, l'Américain est devenu le nouveau recordman sur une édition de Wimbledon, dépassant l'artificier croate Goran Ivanisevic, qui en avait lui empilé 212 à l'issue de son parcours vers le titre en 2001.

Une maigre consolation pour le lauréat du Masters 1000 de Miami (en avril) qui avait attendu son 41e tournoi pour enfin accéder au dernier carré d'un tournoi du Grand Chelem.

"Je me sens horriblement mal", a dit en conférence de presse, l'Américain de 33 ans, soigné plusieurs fois pour des ampoules pendant la partie et souffrant visiblement aussi d'un pied.

- Anderson pour un changement de règle -

Le Sud-Africain Kevin Anderson (g), qualifié pour la finale de Wimbledon, serre la main de son adversaire, l'Américain John Isner, à la fin d'une rencontre marathon, le 13 juillet 2018
Le Sud-Africain Kevin Anderson (g), qualifié pour la finale de Wimbledon, serre la main de son adversaire, l'Américain John Isner, à la fin d'une rencontre marathon, le 13 juillet 2018 ( Glyn KIRK / POOL/AFP )

Dans le set décisif, la victoire a souri à celui qui aura été le plus résistant, mais après des efforts à en perdre la raison. "C'est juste une peine cruelle et inutile infligée à ces deux mecs", a estimé l'ancien champion américain John McEnroe, trois fois lauréat à Londres (1981, 1984, 1985) en commentant le match pour la BBC.

Les deux géants - 2,08 m pour Isner, 2,03 m pour Anderson - se sont donné une chaleureuse accolade à l'issue de la partie.

Harassé, le Sud-Africain de 32 ans avait bien du mal à jouir de sa victoire et préconisait surtout un changement des règles, avec pourquoi pas l'application du tie-break au cinquième set, comme à l'US Open. "J'espère vraiment que les choses vont changer en Grand Chelem, parce qu'après autant de temps passé sur le court, on ne sent pas super", a dit Anderson, juste après la rencontre.

Le Sud-Africain Kevin Anderson face à l'Américain John Isner en demi-finales à Wimbledon, le 13 juillet 2018
Le Sud-Africain Kevin Anderson face à l'Américain John Isner en demi-finales à Wimbledon, le 13 juillet 2018 ( Oli SCARFF / AFP )

Le finaliste de l'US Open avait déjà joué pendant près de 4h15 en quarts pour faire chuter le tenant du titre, le Suisse Roger Federer. "Il va falloir que je récupère du mieux possible avant la finale dimanche", a-t-il souligné.

Bénéficiera-t-il d'assez de temps pour être compétitif face au défi qui l'attend? Au moins, lui, ne rejouera pas samedi, au contraire de Nadal et Djokovic...

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Virbac : Mise à disposition du rapport financier semestriel au 30 juin 2018 _ Erratum       Communiqué diffusé le 21 septembre 2018       Le tableau de répartition du chiffre…

Publié le 21/09/2018

Altran s'envole de 8,3% désormais ce matin à 7,86 euros dans un volume particulièrement fourni (0,6% du tour de table)...

Publié le 21/09/2018

Dans des volumes très limités, Pizzorno Environnement cède 2,1% à 18,9 euros en fin de matinée...

Publié le 21/09/2018

Comme annoncé le 5 septembre dernier, une nouvelle transaction a été signée par Apax Partners SAS : l'acquisition auprès de SK Capital de la société italienne AEB Group, leader mondial des…

Publié le 21/09/2018

Un broker relève pourtant sa cible