En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Washington va appeler le monde à maintenir la pression sur Pyongyang

| AFP | 191 | Aucun vote sur cette news
Le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo à l'ONU à New York le 26 septembre 2018
Le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo à l'ONU à New York le 26 septembre 2018 ( Don EMMERT / AFP )

Les Etats-Unis réunissent jeudi le Conseil de sécurité de l'ONU pour défendre leur rapprochement spectaculaire avec la Corée du Nord, tout en réclamant au monde le respect des sanctions internationales tant que la dénucléarisation n'aura pas abouti.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, qui présidera cette réunion en marge de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies, arrivera avec des annonces concrètes.

Il a rencontré mercredi à New York son homologue nord-coréen Ri Yong Ho et a annoncé qu'il se rendrait en octobre à Pyongyang, pour la quatrième fois depuis le printemps.

Objectif: "faire de nouveaux progrès" vers le désarmement atomique du régime reclus et préparer le deuxième sommet entre Donald Trump et Kim Jong Un, prévu dans un avenir proche.

Désormais "impatient" de retrouver le dirigeant nord-coréen, le président des Etats-Unis a affiché un optimisme à toute épreuve lors de l'Assemblée générale de l'ONU, où il avait l'an dernier atteint l'apogée de son discours musclé en menaçant de "détruire totalement" la Corée du Nord.

"Si je n'avais pas été élu, ce serait la guerre" et "des millions de personnes auraient été tuées", a-t-il martelé, saluant "le président Kim", "un homme que j'ai appris à connaître et apprécier".

Devant le Conseil de sécurité, Mike Pompeo devrait vanter ces avancées, malgré le scepticisme de nombre d'observateurs qui jugent très limités les progrès concrets.

- Pas de calendrier -

Mais, en présence de la Chine et de la Russie, accusés par Washington de relâcher la pression maintenant que les négociations sont engagées, voire carrément de "tricher" pour contourner les sanctions, le secrétaire d'Etat américain devrait aussi réclamer le soutien de la communauté internationale.

Il faut appliquer les sanctions "jusqu'à ce que la dénucléarisation intervienne", "pour faire en sorte que ces progrès se poursuivent", a plaidé mercredi Donald Trump.

Le chef de la diplomatie nord-coréenne, qui peut théoriquement assister à la réunion et prendre la parole, pourrait alors être tenté de dénoncer l'attitude américaine, comme Pyongyang l'a fait à plusieurs reprises ces derniers mois quand les Américains ont durci le ton sur les sanctions.

Lors du premier sommet historique Trump-Kim en juin à Singapour, l'homme fort de Pyongyang avait promis d'oeuvrer à la "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne".

Mike Pompeo a ensuite engagé des négociations pour transformer cet engagement vague et ancien en un accord sur la "dénucléarisation définitive et entièrement vérifiée".

Mais ces discussions ont vite stagné: le secrétaire d'Etat est rentré bredouille d'une visite dans la capitale nord-coréenne en juillet, accusé qui plus est d'employer des méthodes de "gangster". Et son déplacement suivant, prévu fin août, avait été annulé par Donald Trump, contraint de reconnaître, pour la première fois, l'insuffisance de progrès concrets.

Depuis, une lettre de Kim à Trump et un troisième sommet intercoréen Kim-Moon ont permis de confirmer le spectaculaire réchauffement en cours après les menaces de guerre atomique de 2017.

De nombreux observateurs estiment que le numéro un de Pyongyang préfère une relation directe avec l'iconoclaste milliardaire républicain, persuadé qu'il peut obtenir davantage de concessions de sa part. La Corée du Nord réclame des contreparties en échange de premiers gestes vers la dénucléarisation, notamment une déclaration mettant formellement fin à la guerre de Corée, qui ne s'est achevée en 1953 que par un simple armistice.

"Nous travaillons ardemment pour faire en sorte que les conditions soient réunies pour avancer autant que possible durant le sommet", a expliqué Mike Pompeo, sans exclure une déclaration de paix à cette occasion.

Mais alors que le ministre a fixé l'échéance de janvier 2021 --la fin du premier mandat de Donald Trump-- pour la dénucléarisation, le président a assuré ne pas vouloir "rentrer dans ce jeu-là". "Si ça prend deux ans, trois ans ou cinq ans, ça n'a pas d'importance", a-t-il lancé devant la presse.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…