5 379.54 PTS
+0.50 %
5 372.50
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 281.93
+0.49 %
DAX PTS
13 008.55
-0.05 %
Dowjones PTS
23 526.18
-0.27 %
6 386.12
+0.12 %
Nikkei PTS
22 523.15
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Washington réclame du gouvernement d'unité palestinien un désarmement du Hamas

| AFP | 97 | Aucun vote sur cette news
Combattants des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, lors d'une parade le 20 juillet 2017 à Khan Younès, dans la bande de Gaza
Combattants des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, lors d'une parade le 20 juillet 2017 à Khan Younès, dans la bande de Gaza ( SAID KHATIB / AFP/Archives )

L'administration américaine a énoncé jeudi ses conditions pour accepter de traiter avec un gouvernement palestinien qui serait issu de la réconciliation avec le Hamas, dont celles qu'il reconnaisse Israël et désarme le mouvement islamiste.

Le Hamas a immédiatement rejeté ces conditions - conformes à celles du "Quartette" impliqué dans l'effort de résolution du conflit israélo-palestinien (ONU, Etats-Unis, UE, Russie) - comme un alignement américain sur les positions israéliennes.

Un accord censé mettre fin à dix ans de divisions délétères entre le Fatah, laïc et modéré, et le Hamas, a été conclu le 12 octobre au Caire.

Les deux principales formations palestiniennes se sont entendues pour que l'Autorité palestinienne, entité internationalement reconnue et censée préfigurer un Etat palestinien indépendant, assume à nouveau d'ici au 1er décembre toutes les responsabilités dans la bande de Gaza dont elle avait été évincée par le Hamas en 2007.

Depuis, l'Autorité, dominée par le Fatah, n'exerce plus qu'un contrôle, limité, sur la Cisjordanie, distante de quelques dizaines de kilomètres et occupée par Israël.

Les responsables palestiniens ont dit vouloir à présent négocier la formation d'un gouvernement d'unité.

Cette énième tentative de réconciliation est suivie attentivement en Israël et à l'étranger.

- 'Le puzzle de la paix' -

Le scepticisme reste largement répandu. Mais, pour la communauté internationale, une réconciliation peut éclaircir l'horizon du conflit israélo-palestinien, avec des retombées régionales potentiellement significatives, alors que les efforts de paix sont au point mort depuis plus de trois ans.

Le retour de l'Autorité à Gaza est une "pièce centrale du puzzle de la paix", a dit mercredi le sous-secrétaire général aux Affaires politiques de l'ONU, Miroslav Jenca, rappelant que le Quartette considérait les divisions palestiniennes comme "l'un des principaux obstacles" à une solution dite à deux Etats.

Un jeune homme pose devant le drapeau palestinien le 12 octobre 2017 dans la ville de Gaza
Un jeune homme pose devant le drapeau palestinien le 12 octobre 2017 dans la ville de Gaza ( MOHAMMED ABED / AFP/Archives )

Les Etats-Unis, grand allié d'Israël, ont réitéré jeudi "l'importance d'une adhésion aux principes du Quartette: tout gouvernement palestinien doit sans ambiguïté et de manière explicite prendre l'engagement de la non-violence, reconnaître l'Etat d'Israël, accepter les accords et les obligations passés entre les partis – y compris de désarmer les terroristes - et s'engager à des négociations pacifiques".

Les Etats-Unis, comme l'Union européenne ou Israël, considèrent le Hamas comme une organisation terroriste.

"Le Hamas doit accepter ces conditions fondamentales s'il est appelé à jouer un rôle quelconque dans un gouvernement palestinien", a dit dans un communiqué Jason Greenblatt, l'émissaire pour le Proche-Orient du président américain Donald Trump.

Un responsable du Hamas a immédiatement dénoncé "une ingérence flagrante" des Etats-Unis. "Notre peuple a le droit de choisir lui-même son gouvernement", a dit à l'AFP Bassem Naïm.

- Le précédent de 2014 -

L'administration Trump "s'inscrit dans la droite ligne des déclarations (du Premier ministre israélien Benjamin) Netanyahu", a-t-il ajouté.

Azzam al-Ahmad (R) du Fatah et Saleh al-Arouri (L) du Hamas signent un accord de réconciliation au Caire le 12 octobre 2017
Azzam al-Ahmad (R) du Fatah et Saleh al-Arouri (L) du Hamas signent un accord de réconciliation au Caire le 12 octobre 2017 ( KHALED DESOUKI / AFP/Archives )

Israël a dit mardi refuser de parler à un gouvernement palestinien qui comprendrait le Hamas si celui-ci ne rendait pas les armes, ne renonçait pas à la violence et ne reconnaissait pas Israël. Il avait ajouté d'autres conditions, comme la rupture des liens entre le Hamas et l'Iran et une restitution des corps de soldats israéliens tués pendant la guerre de 2014 dans la bande de Gaza.

Israël et le Hamas se sont livré trois guerres depuis 2008. Israël soumet à un vigoureux blocus la bande de Gaza gouvernée par le Hamas.

Pour le Hamas, Israël continue d'être une "entité usurpatrice", le but reste "de libérer la Palestine", et "la résistance et le jihad" demeurent "un droit légitime". Au contraire, l'Autorité palestinienne reconnaît Israël et accepte de négocier avec lui.

L'une des grandes questions laissées en suspens par le rapprochement palestinien est le contrôle de la sécurité à Gaza et le sort de la branche armée du Hamas, forte de 25.000 hommes selon les estimations.

Comme d'autres, l'envoyé américain a salué le retour de l'Autorité à Gaza, pourvu que ses responsabilités soient entières et couvrent la sécurité.

Pour la communauté internationale, la réconciliation pose la question de la place qui serait faite au Hamas dans un gouvernement d'union et comment traiter avec lui. La position des Etats-Unis est d'autant plus importante qu'ils sont un bailleur de fonds primordial de l'Autorité.

En 2014, les Palestiniens avaient contourné l'écueil en constituant un gouvernement d'unité composé de technocrates non-affiliés officiellement aux deux partis. Ce gouvernement avait ensuite périclité.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/11/2017

ABC arbitrage Distribution novembre 2017       Le groupe ABC arbitrage procède à la distribution d'un montant de 0,20EUR par action ordinaire conformément aux décisions…

Publié le 23/11/2017

Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Article 223-16 du Règlement Généralde l'Autorité des Marchés…

Publié le 23/11/2017

Par arrêté du ministre de l'économie et des finances en date du 13 novembre 2017, Auplata, 1er producteur d'or français coté en Bourse, s'est vu octroyer, par l'intermédiaire de sa filiale…

Publié le 23/11/2017

Ce succès confirme la forte capacité d'innovation et d'industrialisation des deux groupes Keopsys et Quantel réunis

Publié le 23/11/2017

Keopsys, un spécialiste de la technologie laser, a annoncé la signature d'un contrat de 6 millions d'euros sur une durée de 12 ans avec un acteur majeur de la Défense Française, pour un système…

CONTENUS SPONSORISÉS