En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 500.72 PTS
-
5 489.50
-0.35 %
SBF 120 PTS
4 331.53
-0.21 %
DAX PTS
12 245.32
+0.14 %
Dowjones PTS
26 536.82
-0.04 %
7 627.05
+0.47 %
1.137
+0.01 %

Washington et Mexico satisfaits de leur accord sur l'immigration

| AFP | 852 | 4.75 par 4 internautes
Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador (c) salue ses sympathisants à Tijuana, près de la frontière avec les Etats-Unis, le 8 juin 2019
Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador (c) salue ses sympathisants à Tijuana, près de la frontière avec les Etats-Unis, le 8 juin 2019 ( Guillermo Arias / AFP )

Le président américain Donald Trump et son homologue mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador, ont exprimé leur satisfaction samedi après l'accord conclu entre leur deux pays sur l'immigration clandestine. A la frontière, le soulagement était palpable.

Vendredi soir, à l'issue de plusieurs jours de négociations ardues, Washington et Mexico ont arraché un accord sur l'immigration comme souhaité par Donald Trump, qui avait une nouvelle fois agité son arme favorite pour parvenir à ses fins: les droits de douane.

"Le Mexique va faire beaucoup d'efforts, et s'ils le font, cet accord sera un grand succès pour les Etats-Unis et le Mexique", a tweeté samedi le président républicain, avant de remercier son homologue mexicain.

Ce dernier, qui s'est rendu samedi soir à Tijuana, ville mexicaine juste de l'autre côté de la frontière de San Diego, en Californie, s'est également félicité dans la soirée de l'accord conclu avec Washington.

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, le 8 juin 2019 à Tijuana, près de la frontière avec les Etats-Unis
Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, le 8 juin 2019 à Tijuana, près de la frontière avec les Etats-Unis ( Guillermo Arias / AFP )

Il a indiqué dans un tweet avoir réaffirmé à Donald Trump, lors d'un entretien téléphonique, sa "disposition à l'amitié, au dialogue et à la collaboration pour le bien de nos deux peuples".

Ce voyage à la frontière avait été prévu par M. Lopez Obrador au plus fort de la crise pour "défendre la dignité" de son pays; il s'est agi cette fois de "célébrer" l'accord.

"Lundi il n'y aura pas de tarifs, pas de taxes, pas de crise économique ou financière dans notre pays", a lancé le président de gauche à des milliers de sympathisants réunis à Tijuana.

Donald Trump a annoncé que Mexico allait prendre "des mesures fortes pour endiguer le flux migratoire" traversant son pays à destination de la frontière avec les Etats-Unis où la police et la douane se disent débordées par le nombre des arrivées. "Cela va permettre de réduire grandement, ou d'éliminer, l'immigration illégale venant du Mexique et entrant aux Etats-Unis", a-t-il assuré.

Des migrants traversent en radeau le fleuve Suchiate, entre  Tecun Uman, au Guatemala et Ciudad Hidalgo, dans le sud du Mexique, le 8 juin 2019
Des migrants traversent en radeau le fleuve Suchiate, entre Tecun Uman, au Guatemala et Ciudad Hidalgo, dans le sud du Mexique, le 8 juin 2019 ( PEDRO PARDO / AFP )

Mais selon le New York Times, la plupart des mesures annoncées par le Mexique dans l'accord avaient déjà été convenues lors de négociations antérieures.

Donald Trump avait promis d'imposer des taxes de 5% à partir de lundi sur tous les produits exportés par le Mexique vers les Etats-Unis, en augmentant ce taux de 5 points par mois pour qu'il atteigne 25% en octobre, faisant fi des mises en garde des milieux économiques américain et mexicain.

Regrets démocrates

Du côté mexicain de la frontière entre Tijuana et San Diego, samedi, les longues files de camions des jours passés s'étaient résorbées. Beaucoup d'entreprises s'étaient préparées ces derniers jours aux droits de douane et avaient rempli leurs entrepôts.

Des camions s'apprêtent à traverser la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis à Tijuana, le 4 avril 2019
Des camions s'apprêtent à traverser la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis à Tijuana, le 4 avril 2019 ( Guillermo Arias / AFP/Archives )

"Si les tarifs avaient augmenté, tous les prix auraient augmenté", a dit à l'AFP depuis le poste frontière californien d'Otay Mesa, à San Diego, Rafael Toledo, 61 ans, qui va tous les jours travailler aux Etats-Unis.

Daniela Clark, une Mexicaine rendant visite à sa famille aux Etats-Unis, se dit rassurée pour l'entreprise familiale d’exportation d'avocats. Si les droits de douane étaient entrés en vigueur, "personne aux Etats-Unis n'aurait voulu les acheter", assure-t-elle.

Mexique-USA : arrestations de migrants
Mexique-USA : arrestations de migrants ( Florian SOENEN / AFP )

Politiquement, l'accord était toutefois critiqué des deux côtés de la frontière par les oppositions et les ONG.

"Dans cet accord, les migrants servent de monnaie d'échange. Le phénomène migratoire est criminalisé", regrette Luis Rey Villagran, qui défend les migrants au Mexique. "La Garde nationale devrait combattre les narcotrafiquants et non pas arrêter des enfants et des femmes", ajoute-t-il.

L'opposition mexicaine, par la voix du dirigeant conservateur du Parti action nationale Marko Cortes, a elle dénoncé un accord ayant joué sur "les peurs des deux peuples": économique pour les Mexicains et migratoire pour les Américains.

La déclaration commune des deux pays mentionne des "mesures sans précédent" prises par le Mexique, notamment le déploiement de sa Garde nationale.

"Le Mexique va aussi prendre des mesures décisives pour démanteler les organisations de passeurs et de trafiquants, ainsi que leurs réseaux illicites de transport et de financement", selon ce texte qui a été lu par le ministre mexicain des Affaires étrangères Marcelo Ebrard.

Dans la semaine, le Mexique avait déjà annoncé plusieurs actions prises pour amadouer son voisin du Nord: le déploiement de 6.000 hommes pour empêcher le transit des clandestins, le gel des comptes bancaires de 26 passeurs présumés de clandestins, le renvoi d'une centaine de Honduriens dans leur pays et l'arrestation de militants des droits des migrants.

L'opposition démocrate aux Etats-Unis restait quant à elle hostile, y voyant une continuation du discours anti-immigrés qui est la marque de fabrique de M. Trump depuis son entrée en politique en 2015. "Les menaces et les accès de colère ne sont pas un moyen de négocier une politique étrangère", a ajouté Nancy Pelosi, la cheffe des démocrates à la Chambre des représentants.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4.75
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/06/2019

Ugo Valensi succède à Andrew Georgiou qui occupait les fonctions de Directeur Général depuis 2016...

Publié le 26/06/2019

Sur proposition du Comité des nominations et des rémunérations, le Conseil d'administration a décidé de créer la fonction d'administrateur référent...

Publié le 26/06/2019

Txcom est un fabricant français spécialisé dans les produits "mécatroniques"..

Publié le 26/06/2019

Forte demande pour la levée inaugurale de plus de 250 ME du Groupe Lagardère par placement privé de droit allemand au format Schuldscheindarlehen...

Publié le 26/06/2019

L'approbation de la FDA a pris appui sur les résultats de deux essais pivots : Sinus et Liberty...