En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.129
-0.09 %

Vols privés et poudre blanche: procès de l'affaire "Air Cocaïne"

| AFP | 503 | 4 par 1 internautes
Des pièces à conviction et les dossiers de l'affaire
Des pièces à conviction et les dossiers de l'affaire "Air Cocaïne" sont présentés avant le début du procès devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône à Aix-en-Provence, le 18 février 2019 ( GERARD JULIEN / AFP )

Des centaines de kilos de cocaïne, d'ex-pilotes de chasse aux commandes d'un jet privé, de multiples rebondissements de la République Dominicaine à Saint-Tropez, et neuf accusés... L'affaire "Air Cocaïne" arrive lundi devant les juges, six ans après une saisie spectaculaire sur un tarmac de Punta Cana.

Le procès, le plus important de l'année devant la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, doit se dérouler du 18 février au 5 avril à Aix-en-Provence. Pour cette affaire de trafic de drogue international "en bande organisée", pas de jurés mais une cour d'assises spéciale, composée de cinq magistrats professionnels.

Ils jugeront neuf hommes dont certains encourent trente ans de réclusion criminelle. Six ans après les premiers signalements puis la saisie de 680 kilos de cocaïne et de multiples rebondissements, ils vont pouvoir s'expliquer sur cette affaire.

Dans la nuit du 19 au 20 mars 2013, sur le tarmac de l'aéroport de la station balnéaire de Punta Cana, la police dominicaine découvre 26 valises de drogue, calées dans les soutes et le "coin salon" d'un Falcon 50. Le jet privé s'apprêtait à décoller pour la France, via les Açores.

Le pilote français Pascal Fauret (g), et le co-pilote Bruno Odos, accusés de trafic de drogue dans l'affaire
Le pilote français Pascal Fauret (g), et le co-pilote Bruno Odos, accusés de trafic de drogue dans l'affaire "Air Cocaïne", arrivent au tribunal de Saint-Domingue, le 8 mai 2014 en République Dominicaine ( ERIKA SANTELICES / AFP/Archives )

Quatre Français, les pilotes Bruno Odos et Pascal Fauret, et les passagers Nicolas Pisapia et Alain Castany, sont immédiatement arrêtés. Malgré leurs dénégations, ils seront condamnés par la justice dominicaine, en 2015, à vingt ans de prison.

Depuis, leurs destins se sont séparés : les pilotes sont parvenus à s'enfuir clandestinement vers la France, au terme d'une opération d'exfiltration aussi mystérieuse que rocambolesque.

Les interrogatoires de ces deux anciens de l'aéronavale et de l'Armée de l'air aux casiers judiciaires vierges sont parmi les plus attendus dans la centaine de témoignages et d'auditions d'experts programmés au long des sept semaines de procès.

Cartels mexicains

L'apporteur d'affaires Alain Castany a pu obtenir son rapatriement par la voie légale, transféré dans l'Hexagone pour raisons de santé. Quant à Nicolas Pisapia, chargé de voyager avec les valises de drogue selon l'accusation, il est le dernier à se trouver encore en République Dominicaine, sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter l'île.

Nicolas Pisapia, accusé de trafic de drogue dans l'affaire
Nicolas Pisapia, accusé de trafic de drogue dans l'affaire "Air Cocaïne", lors de son procès au tribunal de Saint-Domingue, le 28 juin 2016 en République dominicaine ( Erika Santelices / afp/AFP/Archives )

Alain Castany et Nicolas Pisapia dont les dossiers ont été disjoints des cas des neuf autres accusés, seront jugés ultérieurement.

Outre le vol intercepté à Punta Cana, l'enquête-fleuve dans laquelle se sont succédé plusieurs juges d'instruction marseillais, se penche sur deux allers-retours transatlantiques douteux, dans les quatre mois précédents.

Le "comportement suspect" des passagers du Falcon 50 avait intrigué les gendarmes français après l'atterrissage du premier de ces vols à l'aéroport de Saint-Tropez-La Mole. Une dizaine de valises boueuses avaient alors été discrètement déchargées et embarquées dans deux voitures, sous les yeux d'un douanier, François-Xavier Manchet. Celui-ci se retrouve sur le banc des accusés.

Alain Castany, condamné à 20 ans de prison pour trafic de drogue dans l'affaire
Alain Castany, condamné à 20 ans de prison pour trafic de drogue dans l'affaire "Air Cocaïne", quitte la prison de Saint-Domingue pour être transféré en France, le 8 juin 2017 ( Erika SANTELICES / afp/AFP/Archives )

En haut de la pyramide, les enquêteurs pensent être parvenus à retrouver le commanditaire, Ali Bouchareb, 47 ans, un trafiquant d'origine lyonnaise déjà condamné pour trafic de cocaïne, qui aurait versé "des centaines de milliers d'euros" pour organiser ces vols. Bien qu'il nie toute participation, les enquêteurs estiment "parfaitement plausible" qu'il soit à la tête de ce réseau criminel d'importation de cocaïne produite par les cartels mexicains.

Longtemps insaisissable, protégé par le silence des autres mis en cause, il est le seul à se trouver toujours en détention provisoire. Il vivait dans la clandestinité jusqu'à son arrestation par la police espagnole fin 2014.

Ajoutant au caractère hors-norme de cette affaire, plusieurs noms de personnalités sont apparus au fil du feuilleton judiciaire "Air Cocaïne", bien qu'au final aucun d'entre eux n'ait de lien avec le dossier.

C'est le cas de l'opticien Alain Afflelou, propriétaire du Falcon 50, qui était mis en location via une société spécialisée lorsqu'il n'en avait pas l'usage. C'est également celui de l'ancien président Nicolas Sarkozy, dont le nom avait été retrouvé sur des factures lors d'une perquisition dans les locaux de cette société.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Le résultat net part du Groupe Afone s'élève à 11,33 ME...

Publié le 22/03/2019

Sanofi et Lexicon vont coopérer étroitement avec la FDA pour définir les prochaines mesures appropriées...

Publié le 22/03/2019

La FDA publie une lettre de réponse complète au sujet de  Zynquista(TM) (sotagliflozine)     Paris et The Woodlands (Texas) - Le 22 mars 2019 -  La Food and Drug…

Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…