En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 417.07 PTS
-
5 418.00
+0.03 %
SBF 120 PTS
4 335.14
-
DAX PTS
12 686.29
-
Dowjones PTS
25 064.50
-0.53 %
7 352.36
+0.00 %
1.166
+0.14 %

Voiture de police incendiée en France: ouverture du procès sous haute tension

| AFP | 375 | Aucun vote sur cette news
Une voiture de police incendiée lors d'une contre-manifestation non autorisée le 18 mai 2016 à Paris
Une voiture de police incendiée lors d'une contre-manifestation non autorisée le 18 mai 2016 à Paris ( CYRIELLE SICARD / AFP/Archives )

Les images du véhicule en flammes avaient fait le tour d'internet: le procès de l'attaque d'une voiture de police en plein Paris en mai 2016, en marge d'une manifestation, s'ouvre mardi, sous haute tension.

Ce 18 mai 2016, le syndicat de policiers Alliance avait appelé à manifester contre la "haine anti-flics". Un collectif dénonçant les violences policières avait alors organisé un contre-rassemblement. Ce sont certains de ces contre-manifestants qui sont impliqués dans l'attaque de la voiture.

Sur un petit film visionné à des centaines de milliers de reprises sur Youtube, on voit un groupe de personnes vêtues de noir, visage le plus souvent dissimulé, entourer un véhicule de police coincé dans la circulation, au coeur de la capitale française.

Des projectiles volent, des vitres du véhicule sont brisées à coups de pied ou de plot métallique, une fusée de détresse est lancée dans l'habitacle et la voiture s'embrase.

Un colosse en uniforme sort et pare à mains nues des coups de barre de fer, avec un aplomb qui lui vaudra le surnom de "policier kung fu".

Des personnes se rassemblent devant la salle d'audience du tribunal de Paris le 19 septembre 2017
Des personnes se rassemblent devant la salle d'audience du tribunal de Paris le 19 septembre 2017 ( JACQUES DEMARTHON / AFP )

Ce fonctionnaire, Kevin Philippy, et sa collègue Allison Barthélémy sont parties civiles au procès, tout comme le syndicat Alliance.

Neuf personnes au total ont été renvoyées devant le tribunal correctionnel de Paris. Trois sont détenues et cinq sont sous contrôle judiciaire, tandis qu'un neuvième homme, résidant en Suisse et auquel est attribué le jet de la fusée de détresse, est sous le coup d'un mandat d'arrêt.

Si certains prévenus ont reconnu les faits qui leur sont reprochés, d'autres nient toute violence, et l'un est resté muet face aux enquêteurs.

L'enquête a suscité son lot de critiques, de part et d'autre. Les trois premiers suspects, arrêtés au bout de quelques heures, l'ont été sur la base d'un témoignage anonyme dont il est apparu qu'il émanait d'un policier. Un protagoniste a été pendant un certain temps accusé à tort d'avoir frappé un policier.

La détention provisoire pendant dix mois de celui qui sera le prévenu le plus en vue, Antonin Bernanos (29 ans), étudiant en sociologie, a par ailleurs indigné ses professeurs et suscité une mobilisation qui durera aussi le temps du procès.

Des groupes de gauche radicale ont notamment appelé à un rassemblement mardi, à 17H00 GMT, devant les grilles du Palais de justice.

Jean-Claude Delage, patron du syndicat Alliance, a lui réclamé "un signal fort" de la part de la justice alors que certains policiers n'ont pas digéré que les suspects ne soient finalement pas jugés pour tentative de meurtres.

Six prévenus sont poursuivis pour "violences aggravées sur policiers en réunion", et risquent à ce titre jusqu'à dix ans de prison.

Le procès se tient jusqu'à vendredi.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2018

Les actions nouvelles seront admises aux négociations sur le marché Euronext sur la même ligne de cotation que les actions SQLI existantes...

Publié le 19/07/2018

ALTUR Investissement publie son Actif Net Réévalué (ANR) au 30 juin...

Publié le 19/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/07/2018

"Avec cette opération, Spie conforte sa position parmi les groupes européens qui ont le plus fort pourcentage de salariés actionnaires"...

Publié le 19/07/2018

Neopost intègre le palmarès Truffle 100 directement à la 7e place...