En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
+0.00 %
4 858.5
-0.62 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-
DAX PTS
10 924.70
-
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.00 %
1.135
-0.06 %

Violences faites aux femmes: personnalités et syndicalistes appellent à marcher le 24 novembre

| AFP | 233 | Aucun vote sur cette news
Action organisée par le collectif #Noustoutes, Place de la République à Paris, en septembre 2018
Action organisée par le collectif #Noustoutes, Place de la République à Paris, en septembre 2018 ( Zakaria ABDELKAFI / AFP/Archives )

Deux-cent cinquante personnalités et une quinzaine de responsables syndicaux appellent, dans deux tribunes distinctes lundi, à participer à la marche contre les violences sexistes et sexuelles organisée par le collectif #Noustoutes samedi à Paris.

"Nous ne voulons plus de ces violences", scandent dans une tribune publiée dans Mediapart et sur France Inter les écrivaines Marie Darrieussecq et Annie Ernaux, les comédiens Isabelle Carré, Karin Viard, Philippe Torreton, les chanteurs Catherine Ringer, Jeanne Cherhal et Arthur H ou encore la journaliste Rokhaya Diallo ou l'humoriste Guillaume Meurice.

Ils rappellent que "selon l'Organisation des Nations unies, une femme sur trois subira des violences au cours de sa vie. En France, chaque jour, plus de 250 femmes sont violées. Une femme sur 3 a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail. 16% de la population a été victime de violences sexuelles pendant son enfance".

"Les violences sexistes et sexuelles empêchent plus de la moitié de l'humanité, les femmes et les filles, d'exercer leurs droits fondamentaux. Elles bouleversent leur vie entière", poursuivent les signataires, relevant les difficultés ajoutées par le handicap, la couleur de peau, la précarité ou l'orientation sexuelle.

Réclamant des "politiques publiques ambitieuses de prévention qui pourraient changer les comportements", les signataires demandent qu'un effort soit fait pour une "éducation obligatoire dès le plus jeune âge à la non-violence et à l'égalité filles - garçons", "une formation systématique des professionnel.le.s qui accueillent les victimes" ou "l'augmentation significative des moyens alloués aux associations".

Souhaitant chacun "devenir un maillon de la chaîne pour lutter contre ces violences", notamment "en réagissant lorsqu'un propos sexiste ou relevant du harcèlement sexuel est tenu dans les repas de famille, dans la rue ou au travail", ces personnalités appellent à la marche organisée samedi partout en France par le collectif #Noustoutes à la veille de la journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes.

Dans une tribune publiée dans le Monde, des responsables syndicaux, dont Laurent Berger (CFDT), Philippe Martinez (CGT), François Hommeril (CFE-CGC) ou Pascale Coton (CFTC) appellent également à participer à cette marche "pour dire stop aux violences sexistes et sexuelles que subissent les femmes au travail".

Présentant ces violences au travail comme "un angle mort", ils préviennent que "cette réalité, inadmissible, n'est pas une fatalité: des solutions existent qui nécessitent une réelle volonté politique et des moyens au-delà des déclarations d'intention".

Le collectif citoyen #Noustoutes, initié par des militants féministes a déjà recueilli plus de 125.000 signatures à son appel à marcher samedi.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

LVMH serait proche d'un accord pour acquérir la chaîne d'hôtels de luxe Belmond, selon les informations du Wall Street Journal. Le groupe de luxe français proposerait 25 dollars par action…

Publié le 14/12/2018

Elis poursuit la consolidation du marché allemand avec l'acquisition de Curantex GmbH       Saint Cloud, le 14 décembre 2018 - Elis, un prestataire multi-services…