En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 379.66 PTS
-0.35 %
5 367.50
-0.53 %
SBF 120 PTS
4 297.89
-0.52 %
DAX PTS
12 536.44
-0.20 %
Dowjones PTS
25 029.54
-0.11 %
7 312.82
-0.51 %
1.170
-0.16 %

Violences au TGI de Paris: le policier suspendu et placé en garde à vue

| AFP | 217 | Aucun vote sur cette news
Un policier stagiaire a été suspendu par Gérard Collomb et placé en garde à vue
Un policier stagiaire a été suspendu par Gérard Collomb et placé en garde à vue ( DENIS CHARLET / AFP/Archives )

Un policier stagiaire a été suspendu par Gérard Collomb et placé en garde à vue jeudi, quelques heures après la révélation d'une vidéo le montrant en train de frapper un détenu dans l'enceinte du tribunal de grande instance de Paris.

Des images de vidéosurveillance, d'une durée de près de six minutes, montrant ce gardien de la paix menottant puis frappant au sol un homme qui devait être jugé en comparution immédiate pour vol avaient été révélées sur internet par le site La-bas.org.

Le parquet de Paris avait dans la foulée ouvert deux enquêtes: une première pour "violences par personne dépositaire de l'autorité publique" et "faux", et une seconde pour "introduction frauduleuse dans un système automatisé de données" en raison de l'extraction et de la diffusion des images de vidéosurveillance.

Ces deux enquêtes ont été confiées à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la "police des polices".

En début de soirée, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé la suspension du policier mis en cause.

"Le ministre d’État a pris connaissance ce jour de l'existence d'une vidéo présentant un comportement violent et inadmissible d'un gardien de la paix stagiaire dans l'enceinte du Tribunal de grande instance de Paris. Le ministre d’État condamne avec la plus grande fermeté ce comportement inadmissible qui vient nuire à l'image de l'ensemble des forces de sécurité", a fait savoir le ministère de l'Intérieur.

"Par conséquent, il a immédiatement décidé de la suspension, à titre conservatoire, du fonctionnaire en cause, dans l'attente des conclusions des enquêtes judiciaires et administratives", a-t-il ajouté.

Les faits se sont déroulés le 9 juin selon le site La-bas.org, ce qu'a confirmé à l'AFP une source proche de l'enquête.

- Augmentation des violences imputées à des policiers -

La vidéo montre un homme qui semble refuser de retourner dans sa cellule. Après environ 45 secondes de lutte au corps à corps, le gardien de la paix qui l'escorte l'immobilise au sol et le menotte.

Il le ramène violemment jusque dans sa cellule, avant de lui asséner des coups de pied alors qu'il est au sol et menotté, sous le regard de deux de ses collègues arrivés en renfort et qui éloignent ensuite le policier.

Selon le site, créé en 2015 après l'arrêt de "Là-bas si j'y suis", célèbre émission engagée de Daniel Mermet diffusée sur France Inter entre 1989 et 2014, c'est un policier qui leur a transmis la vidéo pour dénoncer ces agissements.

Selon le bilan de l'IGPN pour 2017 publié récemment, les enquêtes sur des violences volontaires imputées à des policiers ont augmenté de 6% par rapport à 2016.

Dans le cadre professionnel, ces violences relèvent pour 19% de faits commis dans les locaux de police, notamment lors du déroulement d'une garde à vue ou d'une rétention (10%).

Ouvert au public depuis le 16 avril, le TGI de Paris se trouve dans le quartier des Batignolles (XVIIe arrondissement) après avoir déménagé de son site historique sur l'Ile de la Cité qu'il occupait depuis plusieurs siècles.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2018

Remboursement anticipé d'une partie des OCA en circulation, avec Yorkville qui accepte de convertir le solde de ses OCA en actions (,5 E/action) et TxCell qui pourra acheter l'ensemble des bons et…

Publié le 23/07/2018

Dans des volumes limités, Vente-unique...

Publié le 23/07/2018

C’est désormais officiel. Alfredo Altavilla, le patron de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) pour les régions Europe, Proche-Orient, Afrique va quitter le groupe fin août afin de « poursuivre…

Publié le 23/07/2018

Atos a dévoilé son projet d'acquisition de Syntel pour 3,4 milliards de dollars, soit 41 dollars par action, entièrement payables en numéraire. Ce prix représente une prime d'environ 14% sur…

Publié le 23/07/2018

Lundi 23 juillet 2018APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du…