En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.142
+0.00 %

Violence à l'école: les profs critiquent des réponses inadaptées de l'Education nationale

| AFP | 301 | 4.67 par 3 internautes
Capture vidéo de l'entré du lycée Edouard-Branly à Créteil le 22 octobre 2018
Capture vidéo de l'entré du lycée Edouard-Branly à Créteil le 22 octobre 2018 ( Aurore Mesenge, Lise Bollot / AFP )

La violence à l'école est souvent sous-estimée par l'Education nationale et les réponses apportées jusqu'ici n'ont pas été les bonnes, dénoncent des enseignants après l'affaire du lycéen ayant braqué sa professeure, certains s'exprimant sous le hashtag ironique #pasdevague.

Ce week-end, la vidéo d'un élève menaçant sa professeure avec une arme factice dans un lycée de Créteil (Val-de-Marne) a suscité l'indignation jusqu'au sommet de l'Etat et conduit le gouvernement à promettre un "plan d'actions". Cet élève du lycée Édouard-Branly a été mis en examen pour "violences aggravées" et remis en liberté avec des mesures de contraintes provisoires.

Sur la vidéo relayée sur les réseaux sociaux, la professeure apparaît plus lasse que paniquée. Mais elle était en réalité "surprise et très choquée", a expliqué lundi son avocate; elle ne savait pas que l'arme était factice et a essayé de "réagir le plus intelligemment possible", a ajouté Me Hajer Nemri.

Depuis dimanche, des centaines de professeurs ont réagi sur Twitter en partageant leur expérience sous le hashtag #pasdevague, certains ironisant sur la mesure proposée par le ministre de l'Education dans la foulée de l'incident.

Jean-Michel Blanquer "encourage" l'interdiction du téléphone portable dans les lycées, a-t-il dit au Parisien lundi.

"Quel triste aveu d’impuissance (...) que d’annoncer pour toutes actions l'interdiction du téléphone portable dans les lycées", a réagi la FCPE (fédération de parents d'élèves), regrettant "qu’aucune question ne soit posée sur la responsabilité de l’institution scolaire".

Sur Twitter, une professeure de lettres raconte qu'une élève l'a frappée dans un couloir mais que "le conseil de discipline ne l'a pas même exclue". Une autre, qu'un élève ayant agressé sexuellement un de ses camarades a réintégré la classe de sa victime après avoir été pourtant renvoyé définitivement par le conseil de discipline.

Parmi les témoignages, Jenny Lartaud, 28 ans, prof de Français dans un collège en Alsace, raconte à l'AFP avoir été "testée" il y a deux ans par sa classe de quatrième, pendant six mois. "J'ai proposé à mes élèves, pendant une heure de cours, de me dire ce qui ne se passait pas bien, selon eux", explique-t-elle. "Je n'aurais pas dû: ils se sont lâchés et j'ai entendu les pires ignominies".

- "Aveu d'échec" -

Elle écrit alors un rapport à sa hiérarchie: "le principal adjoint m'a convoquée, je n'étais pas seule; mais malgré des courriers faits aux parents, malgré quelques exclusions, les élèves ont continué".

Selon elle, de nombreux profs préfèrent "faire comment si tout allait bien, pour ne pas qu'on dise d'eux qu'ils sont de mauvais enseignants".

Pour Rodrigo Arenas, président de la FCPE de Seine-Saint-Denis (93), "les profs sont seuls face à des situations qui les dépassent. S'ils en font état, c'est comme un aveu d'échec".

Les violences scolaire envers le personnel du secondaire
Les violences scolaire envers le personnel du secondaire ( Selim CHTAYTI / AFP )

Or ce n'est pas "leur métier de se retrouver face à des élèves qui vont mal", estime-t-il. Un isolement amplifié, selon lui, par la "baisse constante des postes de surveillants, conseillers principaux d'éducation (CPE), psychologues, ou encore médecins scolaires".

"Il faut que chacun et chacune puisse donner l’alarme sans craindre le manque de soutien institutionnel et en ayant la certitude que les autorités traiteront dans toute leur complexité les actes signalés", a estimé le syndicat Sgen-CFDT dans un communiqué.

Quand réponses il y a, ce ne sont souvent pas les bonnes, estiment aussi des enseignants: "on a eu systématiquement droit à des mesures sécuritaires", raconte par exemple une prof du lycée Suger de Saint-Denis (93), théâtre régulier de violences.

"On nous a installé des caméras de vidéo-surveillance, pour 55.000 euros, qui ont été tout de suite endommagées". Mais selon cette prof, ce dont le lycée a besoin c'est de "moyens humains".

"La formation des enseignants a énormément régressé au cours des dernières années", juge aussi Agnès Renaud, professeure de lettres au lycée Paul-Eluard à Saint-Denis. Or les jeunes profs sont "jetés dans le bain" des collèges difficiles. Ensuite, "ça passe ou ça casse".

Dans une lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer publiée sur un blog de Mediapart, des enseignants de Seine-Saint-Denis ont dénoncé les conditions "déplorables" dans lesquelles leur rentrée se déroule entre sureffectifs et violences autour de leurs établissements.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 4.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

  Raison sociale de l'émetteur : Société Générale S.A. - SA au capital de 1 009 897 173,75…

Publié le 16/11/2018

TIVOLY Société Anonyme au capital de 11 079 900 euros Siège Social : 266 route Portes de Tarentaise - 73790 Tours-en-Savoie R.C.S. Chambéry : 076 120 021   Communiqué de…