En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 195.95 PTS
+0.00 %
5 192.00
-0.03 %
SBF 120 PTS
4 120.48
-
DAX PTS
11 401.97
-
Dowjones PTS
25 954.44
+0.24 %
7 062.34
+0.00 %
1.133
-0.11 %

Viol présumé d'une Canadienne: sept ans ferme requis contre les policiers

| AFP | 482 | 4 par 1 internautes
Une peine de sept ans d'emprisonnement a été requise mercredi contre les deux policiers jugés aux assises à Paris pour le viol d'une touriste canadienne en avril 2014 au 36 Quai des orfèvres. 
Une peine de sept ans d'emprisonnement a été requise mercredi contre les deux policiers jugés aux assises à Paris pour le viol d'une touriste canadienne en avril 2014 au 36 Quai des orfèvres.  ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

Ils se sont comportés "comme ceux qu'ils pourchassent": l'accusation a requis mercredi sept ans d'emprisonnement ferme contre deux policiers, jugés aux assises à Paris pour le viol d'une touriste canadienne au siège de la police judiciaire, en avril 2014.

"Ce soir-là, ils n'étaient pas la police mais des usurpateurs indignes de brassards et ils se sont comportés comme ceux qu'ils pourchassent. Ce soir-là, ils avaient basculé du mauvais côté", a déclaré l'avocat général Philippe Courroye.

Nicolas R. et Antoine Q, deux ex-policiers de la prestigieuse BRI (Brigade de recherche et d'intervention), jugés pour le "viol en réunion" d'Emily Spanton, continuent de clamer leur innocence. Ils risquent jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle.

De leur côté, les avocats des deux policiers ont demandé mercredi à la cour d'assises de Paris de ne pas condamner des "innocents", en évoquant un dossier rempli d'incertitudes et qui repose sur des "dénonciations mensongères".

Après deux semaines et demi de procès, les versions des accusés et de leur accusatrice sont "totalement opposées", a souligné l'avocat général.

"Mon intime conviction, c'est qu'au cours de cette nuit du 22 au 23 avril, dans les locaux de la BRI, Emily Spanton a bien été une victime non consentante d'actes sexuels", a ajouté M. Courroye. Il y a eu selon lui "des actes de pénétration par surprise et contrainte", constitutifs d'un viol.

La jeune femme et les accusés s'étaient rencontrés le 22 avril 2014 dans un pub parisien lors d'une soirée très arrosée.

Les images de vidéosurveillance ont été diffusées lors du procès. M. Courroye en a retenu "une impression de drague collective, de mâles dominants en période de rut".

Ils s'étaient ensuite rendus ensemble au "36, quai des Orfèvres", alors siège de la police judiciaire, situé en face du pub.

Nicolas R., un des policiers accusés de viol au 36 quai des Orfèvres, le 14 janvier 2019 lors de son arrivée au Palais de justice de Paris
Nicolas R., un des policiers accusés de viol au 36 quai des Orfèvres, le 14 janvier 2019 lors de son arrivée au Palais de justice de Paris ( Eric FEFERBERG / AFP )

Selon des témoins, quand Emily Spanton est entrée dans les locaux à 00H40 (23H40 GMT), en titubant, elle était joyeuse, alors qu'à 02H00 (01H00 GMT), la touriste canadienne était en état de choc, effondrée. Elle affirme avoir été violée par les deux accusés et par un troisième homme qui n'a jamais été identifié.

"Une proie"

Dans les locaux de la police, "le non, c'est une question qui ne s'est même pas posée. Ils ont voulu, ils se sont servis", accuse Philippe Courroye qui estime que la version de la plaignante a été "constante".

De plus, "la dénonciation du viol a été immédiate", rappelle-t-il, en admettant cependant que la plaignante a pu être "imprécise sur le rôle de chacun" dans le viol collectif qu'elle dénonce.

La version des policiers "recèle des dissimulations évidentes et des incohérences manifestes", enfonce l'avocat général.

Ainsi Nicolas R. n'a pas parlé de ce SMS qu'il a envoyé à un collègue - "Ça est une touseuse (partouzeuse, ndlr), dépêche!" -, jusqu'à ce que tombe l'analyse de la téléphonie. "Ce n'est pas un détail dans une affaire de viol en réunion", relève l'avocat général.

Antoine Q., un des policiers accusés de viol au 36 quai des Orfèvres, le 14 janvier 2019 lors de son arrivée au Palais de justice de Paris
Antoine Q., un des policiers accusés de viol au 36 quai des Orfèvres, le 14 janvier 2019 lors de son arrivée au Palais de justice de Paris ( Eric FEFERBERG / AFP )

De même, Antoine Q. qui niait toute relation avec l'accusatrice n'a admis une pénétration digitale consentie qu'en octobre 2014. "Impossible" selon l'avocat général: l'ADN du suspect avait été retrouvé à 10 cm au fond du vagin d'Emily Spanton.

De plus, les policiers "ont forcément vu qu'Emily Spanton était très alcoolisée". Pourquoi alors la faire monter au "36"? "Parce qu'ils avaient l'intention, l'un et l'autre, de profiter en toute impunité de sa vulnérabilité".

Emily Spanton, dont l'addiction pendant plusieurs années à la cocaïne et la consommation d'alcool ont été maintes fois évoquées au procès, "n'a pas exactement le vécu d'une jeune fille rangée", a concédé l'avocat général. "Mais il n'y a pas de bonne ou mauvaise victime, il n'y a pas que les jeunes filles en fleurs qui mériteraient d'être reconnues comme victimes. Il y a aussi celles qui par leur personnalité fragile constituent une proie".

Pour conclure les cinq heures de plaidoiries de la défense, l'avocate d'Antoine Q., Anne-Laure Compoint, a affirmé que "des certitudes dans ce dossier, il n'y en a pas".

"Ne commettez pas l'erreur judiciaire de condamner un innocent!", a dit de son côté l'avocate de Nicolas R., Marion Grégoire, aux six jurés et aux trois magistrats.

Le verdict est attendu jeudi.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2019

Forte accélération dans le Cloud hybride orchestré   Intégration de Syntel et de SIX Payment Services   Chiffre d'affaires : 12 258 milliards d'euros +4,2% à taux de…

Publié le 21/02/2019

  Valneva publie de très bons résultats 2018, prévoit une poursuite de la croissance et des avancées R&D importantes en 2019   Avancées R&D majeures et…

Publié le 21/02/2019

En 2018, le chiffre d'affaires global de TechnipFMC atteint 12,553 Mds$...

Publié le 21/02/2019

Le résultat net d'Axway s'élève à 11 ME sur 2018, en hausse de 6,6 ME. Il porte le résultat par action à 0,52 euro...

Publié le 21/02/2019

              COMMUNIQUE DE PRESSE - 20.02.2019      Wendel annonce la cession d'une part significative de sa participation dans Allied Universal   Wendel…