En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 794.37 PTS
-
4 812.00
+0.37 %
SBF 120 PTS
3 821.84
-
DAX PTS
10 918.62
-
Dowjones PTS
24 370.10
+0.67 %
6 718.45
-
1.139
+0.02 %

Venezuela: Maduro débute un deuxième mandat dans un pays en crise

| AFP | 155 | Aucun vote sur cette news
Le président vénézuélien Nicolas Maduro lors d'une conférence de presse, le 9 janvier 2019 à Caracas
Le président vénézuélien Nicolas Maduro lors d'une conférence de presse, le 9 janvier 2019 à Caracas ( YURI CORTEZ / AFP )

Le président Nicolas Maduro entame jeudi un deuxième mandat de six ans au Venezuela, considéré comme illégitime par une partie de la communauté internationale, dans un pays rongé par une crise profonde et toujours plus isolé.

"J'assume avec la plus grande responsabilité et engagement ce nouveau mandat présidentiel 2019-2025. Nous vaincrons !", a écrit Nicolas Maduro sur Twitter quelques heures avant son investiture.

Le chef de l’État, 56 ans, doit prêter serment à 14H00 GMT devant le Tribunal suprême électoral (TSJ) et non devant le Parlement, seule institution aux mains de l'opposition.

Deux heures plus tard, à Washington, l'Organisation des États américains (OEA) tiendra une session extraordinaire sur la situation dans le pays sud-américain.

L'Union européenne (UE) et les pays du Groupe de Lima --qui rassemble depuis 2017 des pays d'Amérique latine et le Canada-- ont annoncé qu'ils ne reconnaîtraient pas le deuxième mandat du président vénézuélien, réélu le 20 mai lors d'un scrutin boycotté par l'opposition.

Ni l'UE, ni les pays du Groupe de Lima, à l'exception du Mexique, n'ont envoyé de représentants pour assister à la cérémonie, à laquelle participent les présidents de la Bolivie, de Cuba, du Salvador, du Nicaragua et des représentants de pays alliés comme la Chine, la Russie et la Turquie.

Héritier politique de l'ex-président Hugo Chávez (1999-2013), l'ancien chauffeur de bus et ancien syndicaliste gouverne d'une main de fer, appuyé par une Assemblée constituante composé de fidèles du régime et soutenu par les militaires, auxquels il a donné un énorme pouvoir économique.

"Agonie" et "prospérité"

Dans les rues de Caracas, la désespérance et la résignation sont palpables, alors que de nombreux Vénézuéliens sont asphyxiés par la plus grave crise économique de l'histoire moderne du pays, pourtant doté des plus grandes réserves de pétrole au monde.

Nicolas Maduro
Nicolas Maduro ( Anella RETA / AFP )

"Cela va prolonger encore davantage l'agonie que nous vivons ces dernières années. Tout s'est profondément dégradé, les biens et les services de base sont chaque jour plus inaccessibles", se lamente Mabel Castillo, une infirmière de 38 ans.

La débâcle économique devrait encore s'aggraver, selon plusieurs experts. Outre les pénuries d'aliments et de médicaments, les Vénézuéliens doivent faire face à une hyperinflation qui, selon le FMI, atteindra 10 millions de % en 2019.

Et l'exode le plus massif de l'histoire récente d'Amérique latine devrait se poursuivre: l'ONU estime que 2,3 millions de Vénézuéliens ont déjà fui leur pays depuis 2015, et prévoit que ce chiffre grimpe à 5,3 millions en 2019.

L'économie du Venezuela sous Maduro
L'économie du Venezuela sous Maduro ( Gabriela VAZ / AFP )

Sous le mandat de Nicolas Maduro, l'économie s'est réduite de moitié et le pays devrait encore connaître un repli de 5% en 2019 selon le FMI.

La production de pétrole, qui représente 96% des revenus, a chuté à 1,4 million de barils/jour, niveau le plus bas depuis 30 ans.

Mais le président a promis la prospérité : "Je m'engage à réaliser tous les changements nécessaires au Venezuela pour (...) la prospérité économique", a-t-il déclaré mercredi.

Opposition divisée

La réélection de Nicolas Maduro a donné lieu à une succession de sanctions des États-Unis et de l'UE contre le chef de l’État et le premier cercle du pouvoir.

Parallèlement, les analystes prévoient une plus grande pression sur son gouvernement alors que les pouvoirs conservateurs se multiplient en Amérique latine.

Mercredi, M. Maduro a menacé les pays du Groupe de Lima de représailles diplomatiques s'ils ne revenaient pas dans les 48 heures sur leur position.

Avec l'appui de Washington, et à l'exception du Mexique, le Groupe de Lima : le Groupe a exhorté le 4 janvier Nicolas Maduro à renoncer à son deuxième mandat et à transférer les pouvoir au Parlement. Un encouragement à mener un coup d’État, a dénoncé Caracas.

Samedi, le Parlement, qui a salué la déclaration du Groupe de Lima, s'est déclaré seul pouvoir légitime, annonçant qu'il allait former un "gouvernement de transition".

Pour les analystes, aucun changement n'est cependant à attendre, avec une opposition diminuée et fracturée, une population qui a peur de se mobiliser et préfère quitter le pays.

"Si le début du nouveau mandat accentuera légèrement l'isolement (du gouvernement), il est peu probable que cela modifie significativement la dynamique de la politique interne", estime le cabinet Eurasia Group.

Face à la menace d'un isolement plus grand et d'une poursuite des sanctions, Nicolas Maduro s'est aussi rapproché davantage de ses alliés, parmi lesquels l'Iran et la Corée du Nord.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

5 prix lors des European Contact Center & Customer Service Awards (ECCCSA) dans 4 pays européens...

Publié le 17/01/2019

Martha Bejar, experte américaine dans le domaine des logiciels, est nommée en tant qu'administratrice indépendante de Neopost Paris, le 17 janvier 2019 Neopost, leader…

Publié le 17/01/2019

Fee et Covage ont signé le 17 janvier 2019 un partenariat qui permettra à Free de proposer son offre de Fibre optique sur les Réseaux d’Initiative Publique (RIP) dans les territoires couverts par…

Publié le 17/01/2019

Fnac Darty annonce être en négociations exclusives avec le Groupe Lagardère, en vue de l’acquisition de Billetreduc.com par sa filiale France Billet, spécialiste de la billetterie culturelle et…

Publié le 17/01/2019

Compagnie des Alpes vient de réaliser son point d’activité au titre de son premier trimestre de l’exercice 2018-2019. Ainsi, l’exploitant de domaines skiables et de parcs à thèmes a publié…