En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 869.22 PTS
+0.45 %
4 862.50
+0.36 %
SBF 120 PTS
3 878.53
+0.27 %
DAX PTS
11 111.76
+0.20 %
Dowjones PTS
24 404.48
+0.00 %
6 646.81
+0.00 %
1.135
-0.07 %

Venezuela: le Parlement déclare illégitime le nouveau mandat de Maduro

| AFP | 318 | Aucun vote sur cette news
Le nouveau président de l'Assemblée nationale du Venezuela, Juan Guaidó, à Caracas, le 5 janvier 2019
Le nouveau président de l'Assemblée nationale du Venezuela, Juan Guaidó, à Caracas, le 5 janvier 2019 ( Federico Parra / AFP )

Le Parlement vénézuélien, contrôlé par l'opposition, a déclaré samedi illégitime le nouveau mandat du président Nicolas Maduro qui doit débuter le 10 janvier, promettant d'encourager un "gouvernement de transition" et des "élections libres".

Nicolas Maduro, 56 ans, a été réélu le 20 mai pour un nouveau mandat de six ans à l'issue d'une élection contestée. Les principaux partis d'opposition avaient boycotté le scrutin marqué par une forte abstention.

"Nous réaffirmons le caractère illégitime de Nicolas Maduro (...). A partir du 10 janvier il usurpera la Présidence et cette Assemblée nationale est en conséquence la seule représentation légitime du peuple", a déclaré le nouveau président de l'Assemblée, Juan Guaido.

Il s'est également engagé à "mettre en place les conditions nécessaires à un gouvernement de transition et à convoquer des élections libres".

Le responsable parlementaire, qui a estimé par ailleurs que la chaîne de commandement militaire - principal soutien de Maduro - était "rompue ou usurpée", a appelé les forces armées à soutenir les efforts pour "restaurer la démocratie" au Venezuela, en proie à l'une des pires crises économiques de son histoire.

Le vote du Parlement n'a toutefois qu'une portée symbolique car depuis début 2016, la Cour suprême, réputée proche de l'exécutif, a déclaré nulles toutes les décisions adoptées par le Parlement.

"Mains liées"

Le nouveau président de l'Assemblée nationale du Venezuela, Juan Guaido (C), le premier vice-président Edgar Zambrano (G) et le second vice-président Stalin González (D), le 5 janvier 2019 à Caracas
Le nouveau président de l'Assemblée nationale du Venezuela, Juan Guaido (C), le premier vice-président Edgar Zambrano (G) et le second vice-président Stalin González (D), le 5 janvier 2019 à Caracas ( Federico PARRA / AFP )

L'assemblée parlementaire vénézuélienne avait échoué, en janvier 2017, à obtenir le départ anticipé du chef de l'Etat socialiste pour "manquement aux devoirs" de sa fonction.

"Rien ne sortira de l'assemblée qui puisse avoir le moindre impact", a estimé Peter Hakim, du centre d'analyses du Dialogue Interaméricain (IAD), assurant qu'elle avait été "dépouillée de son pouvoir et de son autorité".

"Nos mains sont liées", a reconnu également la députée vénézuélienne d'opposition Delsa Solorzano.

Juan Guaido a néanmoins déclaré que l'opposition prévoyait d'autres actions - qu'il n'a pas détaillées - pour forcer Nicolas Maduro à quitter le pouvoir.

Le Venezuela, qui possède les plus grandes réserves de pétrole du monde, est asphyxié par une profonde crise économique et se trouve sous le coup de sanctions financières des Etats-Unis. Les difficultés économiques ont poussé à l'exil quelque 2,3 millions de personnes depuis 2015 (7,5% d'une population de 30,6 millions).

"Unique institution légitime"

L'Assemblée nationale du Venezuela au premier jour de sa session parlementaire à Caracas le 5 janvier 2019
L'Assemblée nationale du Venezuela au premier jour de sa session parlementaire à Caracas le 5 janvier 2019 ( Federico Parra / AFP )

Le vote du parlement est intervenu au lendemain d'une décision dans le même sens des pays du Groupe de Lima, à l'exception du Mexique, qui avaient indiqué vendredi qu'ils ne reconnaîtraient pas le deuxième mandat du président vénézuélien.

A l'issue d'une réunion, 12 pays d'Amérique latine et le Canada avaient ainsi signé une déclaration destinée à coordonner des mesures à l'encontre du pouvoir de Caracas. Seul le Mexique, dirigé par le président de gauche Andrés Manuel Lopez Obrador, n'a pas signé.

Le porte-parole du département d'Etat américain, Robert Palladino, a exprimé samedi son "soutien" au parlement, le qualifiant de dernière et "unique institution légitime et élue démocratiquement" au Venezuela.

De son côté, Nicolas Maduro, au pouvoir depuis 2013, accuse la Maison Blanche de vouloir le renverser avec l'aide des gouvernements colombien et brésilien.

Le numéro deux du pouvoir chaviste, Diosdado Cabello - président de la puissante Assemblée constituante composée uniquement de partisans du pouvoir - a affirmé samedi que Nicolas Maduro serait assermenté devant la Cour suprême et que le parlement "manque de légitimité".

Nicolas Maduro est accusé par ses détracteurs de mener une gestion économique erratique et d'être un "dictateur" accaparant tous les pouvoirs.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

Les marchés actions européens évoluent proches de l’équilibre à la mi-séance, dans contexte où la morosité l’emporte. Les catalyseurs haussiers font défaut et les investisseurs se…

Publié le 23/01/2019

A l’occasion d’une journée Investiseurs, Neopost a levé le voile sur sa nouvelle stratégie baptisée « Back to Growth » et portant sur la période 2019-2022. Ainsi, le spécialiste du…

Publié le 23/01/2019

WISeKey et la Fondation Race for Water, à l'occasion du Geneva Blockchain Congress, dévoilent une solution d'Identity Blockchain innovante afin de réduire la…

Publié le 23/01/2019

Ingenico chute de 12% à 46,03 euros après avoir atteint 44,41 euros, soit son plus niveau depuis avril 2013. Les investisseurs sanctionnent le quatrième avertissement sur résultats en moins d'un…

Publié le 23/01/2019

Le titre valide une figure de continuation baissière en drapeau après s'être retourné à la baisse sous sa moyenne mobile à 50 séances, négativement orientée. De son côté, le RSI évolue à…