5 270.14 PTS
+0.54 %
5 257.00
+0.51 %
SBF 120 PTS
4 207.63
+0.37 %
DAX PTS
12 606.64
+0.30 %
Dowjones PTS
22 412.59
+0.21 %
5 973.60
+0.00 %
Nikkei PTS
20 347.48
+0.18 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Venezuela: Trump somme Maduro de faire marche arrière, grève générale jeudi

| AFP | 464 | Aucun vote sur cette news
Des participants à la consultation symbolique de l'opposition vénézuélienne le 17 juillet 2017 à Caracas
Des participants à la consultation symbolique de l'opposition vénézuélienne le 17 juillet 2017 à Caracas ( Ronaldo SCHEMIDT / AFP )

Le président américain Donald Trump a sommé lundi son homologue vénézuélien Nicolas Maduro de retirer son projet de Constituante sous peine de "mesure économiques fortes", au lendemain de la consultation symbolique de l'opposition qui a vu 7,6 millions de Vénézuéliens se prononcer pour son retrait.

"Les Etats-Unis ne resteront pas immobiles pendant que le Venezuela s'effondre. Si le régime Maduro impose son Assemblée constituante le 30 juillet, les Etats-Unis adopteront des mesures économiques fortes et rapides", a indiqué Donald Trump dans un communiqué, sans détailler les mesures.

La Maison Blanche avait plus tôt salué la consultation symbolique organisée dimanche par l'opposition vénézuélienne contre ce projet, à laquelle 7,6 millions de ressortissants --selon les chiffres définitifs-- ont pris part sur 19 millions d'électeurs.

Encouragée par cette participation massive, l'opposition vénézuélienne a appelé lundi à une grève générale de 24 heures jeudi pour tenter d'arrêter le projet du président socialiste de modifier la Constitution.

"Nous appelons tout le pays à une grève générale massive et sans violence de 24 heures ce jeudi afin d'exercer une pression (sur le gouvernement) et de se préparer à l'escalade définitive de la semaine prochaine", a déclaré lors d'une conférence de presse l'opposant Freddy Guevara, vice-président du Parlement.

- 'Maduro se rêve en dictateur' -

Qualifiant le président Maduro de "mauvais dirigeant rêvant de devenir dictateur", Donald Trump a appelé "à la tenue d'élections justes et libres" et assuré que les Etats-Unis "se tiennent au côté du peuple vénézuélien dans sa quête pour ramener son pays vers une démocratie totale et prospère".

Le scrutin a été endeuillé par la mort d'une femme, tuée par des hommes armés à moto devant un bureau de vote à Caracas.

Le Parlement est le seul organe du pouvoir vénézuélien contrôlé par les antichavistes, du nom d'Hugo Chavez, président de 1999 à sa mort en 2013, dont M. Maduro est l'héritier. Et dans le cadre de l'"offensive" de l'opposition contre le chef de l'Etat, les élus comptent nommer vendredi de nouveaux magistrats à la Cour suprême (TSJ), accusée de servir le pouvoir.

Les membres de la coalition à l'origine de la consultation de dimanche, la Table de l'Unité démocratique (MUD), vont également signer mercredi un accord en vue de la formation d'un futur "gouvernement d'union nationale".

En outre, Freddy Guevara a redit que l'opposition était prête à dialoguer, à condition toutefois que le gouvernement renonce à l'élection des 545 membres de la Constituante, prévue le 30 juillet.

"Qu'est-ce qui peut lui faire comprendre cela? Une déclaration institutionnelle des Forces armées", a estimé l'analyste Lui Salamanca.

Après plus de trois mois de manifestations violentes qui ont fait 96 morts dans ce pays en crise, la MUD espère provoquer des élections anticipées avant la fin du mandat de M. Maduro en décembre 2018.

Ce dernier assure que la Constituante vise à apporter paix et stabilité économique au pays, mais l'opposition pense qu'elle servira à contourner l'Assemblée nationale et à instaurer une "dictature".

- 'Le peuple attend' -

"L'opposition doit avoir une feuille de route, après avoir suscité tant d'espoir. Sinon, sa légitimité peut en prendre un coup, le peuple attend des actes fermes", a commenté Felix Seijas, directeur de l'institut de sondages Delphos.

Du côté du gouvernement, la consultation est considérée "illégale".

Sollicitant une "opportunité" pour son projet, Maduro a demandé dimanche à ses opposants de "ne pas perdre la tête" au vu des résultats et de "venir s'asseoir pour discuter".

Des vénézueliens votent lors d'une consultation populaire organisée par l'opposition sur le projet de Constituante du président Nicolas Maduro, le 16 juillet 2017 à Caracas
Des vénézueliens votent lors d'une consultation populaire organisée par l'opposition sur le projet de Constituante du président Nicolas Maduro, le 16 juillet 2017 à Caracas ( FEDERICO PARRA / AFP )

Pour le scrutin du 30 juillet, le président peut compter sur le soutien des autorités électorales, judiciaires --sauf la procureure générale, menacée de destitution-- et de l'armée.

Le défi de l'opposition est désormais de se servir des résultats pour "fracturer l'adversaire, ce qui pourrait faire pression en faveur d'une négociation qui déboucherait sur une opportunité pacifique de changement", a estimé Luis Vicente Leon, président de l'institut de sondages Datanalisis.

En face, le gouvernement devra éviter une faible participation le 30 juillet car la Constituante aurait alors une "légitimité" amoindrie. Selon Datanalisis, 70% des Vénézuéliens rejettent le projet.

La consultation symbolique de dimanche a reçu le soutien des Nations unies, des Etats-Unis et de plusieurs gouvernements d'Amérique latine et d'Europe.

- L'UE 'insolente' -

La chef de la diplomatie de l'UE Federica Mogherini a appelé lundi à des "gestes politiques" du gouvernement pour "faire retomber la tension", telle la suspension "du processus d'Assemblée constituante".

En réplique, Nicolas Maduro l'a qualifiée d'"insolente".

L'opposition accuse le gouvernement d'être responsable de la crise économique qui étouffe le Venezuela, frappé de plein fouet par la chute des cours du pétrole alors que 95% des devises proviennent de l'or noir. L'inflation est à trois chiffres et aliments et médicaments sont soumis à des pénuries.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2017

L'analyste a démarré le suivi sur une recommandation négative...

Publié le 21/09/2017

Portzamparc fait entrer le dossier parmi ses convictions...

Publié le 21/09/2017

CRH commence à répondre à la question que se posaient plusieurs analystes ces dernières semaines : comment va se matérialiser la refonte du portefeuille d'actifs promise par le groupe pour créer…

Publié le 21/09/2017

Les analystes n'attendent pas grand chose sur l'évolution de la participation...

Publié le 21/09/2017

Lysogene annonce avoir organisé le premier Conseil consultatif de parents, destiné à la famille et l'entourage des enfants souffrant de...

CONTENUS SPONSORISÉS