5 393.26 PTS
+0.26 %
5 388.00
+0.26 %
SBF 120 PTS
4 291.26
+0.22 %
DAX PTS
13 028.11
+0.15 %
Dowjones PTS
23 526.18
-0.27 %
6 386.12
+0.00 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Venezuela: l'ONU souhaite une enquête sur de possibles crimes contre l'humanité

| AFP | 137 | Aucun vote sur cette news
Zeid Ra'ad Al Hussein, Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, le 30 août 2017 à Genève
Zeid Ra'ad Al Hussein, Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, le 30 août 2017 à Genève ( Fabrice COFFRINI / AFP/Archives )

Le Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme a demandé lundi une enquête internationale sur l'usage excessif de la force par les autorités au Venezuela, estimant qu'il pourrait s'agir de crimes contre l'humanité.

"Mon enquête suggère la possibilité que des crimes contre l'humanité aient été commis (...). J'exhorte le Conseil (des droits de l'Homme de l'ONU, ndlr) à lancer une enquête internationale sur les violations des droits de l'homme au Venezuela", a affirmé Zeid Ra'ad Al Hussein, à l'ouverture, à Genève, de la 36e session de cette institution.

Peu après, le chef de la diplomatie du Venezuela, Jorge Arreaza Montserrat, présent dans la salle du Conseil, a balayé ces critiques, accusant le Haut Commissaire de présenter des rapports "sans fondement", qui "visent à perturber la souveraineté, la paix et la stabilité de notre peuple".

M. Zeid a dénoncé de son côté les procédures pénales engagées contre des dirigeants de l'opposition au Venezuela, les détentions arbitraires, l'usage excessif de la force et le mauvais traitement des détenus. "Il y a un risque réel que les tensions augmentent encore, le gouvernement écrasant les institutions démocratiques et les voix critiques", a-t-il asséné.

Il a souligné que le Venezuela est actuellement l'un des 47 Etats membres du Conseil des droits de l'Homme et, à ce titre, a le devoir de défendre et promouvoir les droits de l'homme.

Ce n'est pas la première fois que le Haut Commissaire s'en prend au Venezuela. Fin août, il avait jugé, à l'occasion de la publication à Genève d'un rapport accablant sur la situation des droits de l'homme, que la démocratie était en danger de mort dans ce pays.

Il avait alors reconnu qu'il y avait eu au Venezuela "une érosion de la vie démocratique" qui "doit être à peine vivante, si elle est encore en vie".

Dans le rapport, les experts de l'ONU ont dénoncé "une volonté politique de réprimer des voix critiques et d'instiller la peur parmi la population, afin de mettre un terme aux protestations".

- Dictature, un mot trop 'doux'-

Présente à l'ONU, Julieta Lopez, tante de l'opposant vénézuélien Leopoldo Lopez, qui est en résidence surveillée, a déclaré aux médias que son pays "ne pourra pas s'en sortir sans une aide extérieure, internationale". "La dictature est un mot trop doux" pour décrire le Venezuela, a-t-elle dit, assurant que le Venezuela est "dirigée par des bandes criminelles organisées".

Les autorités vénézuéliennes ayant refusé l'accès au pays aux enquêteurs de l'ONU, M. Zeid avait chargé une équipe de spécialistes des droits de l'homme d'interviewer à distance quelque 135 victimes et leurs familles, ainsi que des témoins, des journalistes, des avocats, des médecins, et des membres du Bureau de la procureure générale.

Le Venezuela, pays producteur de pétrole, en proie à une grave crise économique marquée par des pénuries de produits de première nécessité, est le théâtre de manifestations depuis avril contre le président Maduro qui ont fait près de 130 morts.

Dans un communiqué diffusé par l'ONG Human Rights Watch au nom de 116 organisations, en majorité latino-américaines, les défenseurs des droits de l'homme expliquent que la "crise au Venezuela devrait être une priorité du Conseil". De son côté, l'ONG UN Watch a demandé que le Venezuela soit suspendu du Conseil, une décision que seule l'Assemblée générale de l'ONU peut prendre.

La Commission internationale de juristes, une organisation basée à Genève, a quant à elle indiqué que le Tribunal suprême de justice (TSJ), la Cour suprême du Venezuela, "a cessé d'agir en tant que tribunal indépendant" et "est devenu le bras d'un dirigeant autoritaire".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

Le biais reste haussier

Publié le 24/11/2017

                                                                 Communiqué de presse, le 23 novembre…

Publié le 24/11/2017

Spie, leader européen indépendant des services multi-techniques dans les domaines de l'énergie et des communications, annonce la nomination de Karen Luzignant au poste de directrice des activités…

Publié le 24/11/2017

Le contrat a été obtenu dans la banlieue de Sydney...

Publié le 24/11/2017

Plusieurs sociétés d’Allianz, représentées par Allianz Real Estate, ont œuvré ensemble dans le cadre d’une transaction « club deal » réalisée avec ABN Amro. Le club deal octroie un…

CONTENUS SPONSORISÉS