En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 378.98 PTS
-0.12 %
5 317.0
-0.30 %
SBF 120 PTS
4 247.11
-0.12 %
DAX PTS
12 168.74
+0.21 %
Dowjones PTS
25 776.61
-0.39 %
7 420.66
-0.41 %
1.115
-0.08 %

Venezuela: Guaido appelle à poursuivre les protestations après une tentative de soulèvement

| AFP | 678 | 3.67 par 3 internautes
Affrontements entre manifestants d'opposition et forces de l'ordre, le 30 avril 2019 à Caracas
Affrontements entre manifestants d'opposition et forces de l'ordre, le 30 avril 2019 à Caracas ( Cristian Hernandez / AFP )

L'opposant vénézuélien Juan Guaido a appelé ses partisans à poursuivre les manifestations mercredi, au lendemain de violents heurts à Caracas dénoncés par le président Nicolas Maduro comme une "escarmouche putchiste" ayant échoué.

"J'appelle les Forces armées à continuer d'avancer dans l'+opération liberté+. Demain, 1er mai, nous continuerons (...). Dans tout le Venezuela, nous serons dans la rue", a lancé dans un message vidéo sur les réseaux sociaux Juan Guaido.

Mardi, des manifestants se sont violemment opposés aux forces de l'ordre dans les rues de Caracas en soutien à un groupe de militaires qui avaient rallié M. Guaido. Au moins 69 personnes ont été blessées, dont deux par balle.

Dans une allocution télévisée prononcée dans la soirée, le président socialiste Nicolas Maduro a qualifié ces affrontements d'"escarmouche putchiste" et a promis des poursuites pénales contre les auteurs. Il a affirmé que son gouvernement contrôlait la situation, le haut commandement militaire lui étant resté fidèle.

Tout en reconnaissant son échec à rallier la majorité des militaires, M. Guaido a assuré que la journée de mardi avait mis en lumière des failles dans le soutien de l'armée à M. Maduro. "Il est clair que ce qu'affirmait le régime, qui affirmait contrôler les Forces armées, est une farce", a-t-il lancé.

Un groupe d'insurgés a demandé l'asile à l'ambassade du Brésil. Une des figures de l'opposition, Leopoldo Lopez, qui était assigné à résidence depuis 2017, est apparu aux côtés de M. Guaido et des militaires insurgés avant de se réfugier dans l'ambassade du Chili, puis dans celle d'Espagne.

Les opposants vénézuélien Juan Guaido (g) et Leopoldo Lopez, libéré de sa résidence surveillé par des militaires ralliés à l'opposition, lors d'un rassemblement avec des supporters, le 30 avril 2019 à Caracas
Les opposants vénézuélien Juan Guaido (g) et Leopoldo Lopez, libéré de sa résidence surveillé par des militaires ralliés à l'opposition, lors d'un rassemblement avec des supporters, le 30 avril 2019 à Caracas ( Cristian HERNANDEZ / AFP )

M. Maduro a démenti des affirmations du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, selon lesquelles il avait été sur le point mardi matin de fuir vers Cuba avant d'en être dissuadé par la Russie.

"Monsieur Pompeo, je vous en prie, quel manque de sérieux", a raillé le président vénézuélien.

Les Etats-Unis "se tiennent aux côtés du peuple vénézuélien", avait assuré peu avant le président américain Donald Trump. Son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, a lui lancé un ultimatum aux dirigeants militaires vénézuéliens. "Votre heure a sonné. C'est votre dernière chance", a-t-il tweeté à l'adresse du ministre de la Défense Vladimir Padrino, du chef de la garde présidentielle Ivan Hernandez et du président de la Cour suprême Maikel Moreno.

"Mettre fin à l'usurpation"

Mardi matin, aux abords de la base militaire de La Carlota, de violents affrontements avaient éclaté entre les forces de l'ordre loyalistes et des milliers de manifestants pro-Guaido.

Un véhicule blindé a foncé sur un groupe de manifestants de l'opposition, laissant plusieurs personnes au sol, selon les images de la télévision locale.

"C'est le moment! Les 24 Etats du pays se sont engagés sur le même chemin: il n'y a plus de retour en arrière. L'avenir nous appartient: le peuple et l'armée unis pour mettre fin à l’usurpation", avait lancé Guaido sur Twitter.

Un militaire soutenant l'opposant vénézuélien Juan Guaido, devant la base militaire de La Carlota à Caracas, au Venezuela le 30 avril 2019
Un militaire soutenant l'opposant vénézuélien Juan Guaido, devant la base militaire de La Carlota à Caracas, au Venezuela le 30 avril 2019 ( Federico PARRA / AFP )

Depuis le 23 janvier, le Venezuela, confronté à la plus grave crise de son histoire avec une économie au ralenti, une monnaie naufragée et des pénuries, compte de fait deux "présidents". D'un côté le député de centre droit Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays dont les Etats-Unis, et de l'autre le chef de l'Etat en exercice, Nicolas Maduro, soutenu par la Chine et la Russie.

Des soldats arborant un ruban bleu, signe de ralliement à Juan Guaido, étaient positionnés, armes à la main, dans cette zone de l'est de la capitale, a constaté l'AFP. "Le ruban bleu identifie les Vénézuéliens en uniforme ou non qui se mobilisent pour mettre fin à l'usurpation", a expliqué sur Twitter Carlos Vecchio.

"Nous aussi nous faisons partie du peuple et nous sommes fatigués de cette dictature", a déclaré à l'AFP un des militaires insurgés, sous couvert d'anonymat. Leur nombre n'était pas connu pour l'heure.

Des manifestations ont également eu lieu à Maracaibo, San Cristobal, Barquisimeto (ouest) et Valencia (nord), selon des témoignages d'habitants.

"Opération Liberté"

Affrontemements entre la Garde nationale et des manifestants pro-Guaido à Caracas, le 30 avril 2019
Affrontemements entre la Garde nationale et des manifestants pro-Guaido à Caracas, le 30 avril 2019 ( Yuri CORTEZ / AFP )

A l'aube, dans une vidéo tournée depuis la base militaire de La Carlota, Guaido avait annoncé sur les réseaux sociaux avoir le soutien d'un groupe de "soldats courageux". Il était entouré d'un petit groupe d'hommes en uniforme.

Face à l'accélération des événements au Venezuela, les réactions se sont multipliées.

"L'opposition radicale au Venezuela a une fois de plus recours à une confrontation par la force", a accusé Moscou, appelant à des pourparlers pour éviter l'effusion de sang.

L'Union européenne a de son côté appelé à la "plus grande retenue", soulignant "qu'il ne peut y avoir qu'une solution politique, pacifique et démocratique", dans un communiqué de la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté "toutes les parties à éviter de recourir à la violence".

Le Groupe de Lima, composé de 13 pays latino-américains et du Canada, a annoncé qu'il se réunira vendredi en urgence.

De leur côté, des alliés de Caracas comme Cuba, la Bolivie ou la Turquie, ont rejeté le "mouvement putschiste" et condamné "la tentative de coup d'Etat".

Nicolas Maduro a été réélu en juillet 2017 au cours d'un scrutin qui n'a été reconnu ni par l'Union européenne, ni par les Etats-Unis.

Quelque 2,7 millions de Vénézuéliens ont fui le pays depuis 2015, face aux pénuries de biens de première nécessité et de médicaments, selon les chiffres de l'ONU.

Le Trésor américain a infligé une série de sévères sanctions financières au régime de Nicolas Maduro, qualifié d'"illégitime". Dernières en date: l'embargo américain sur le pétrole vénézuélien entré en vigueur dimanche.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 3.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/05/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 22/05/2019

Information aux ationnaires...

Publié le 22/05/2019

La cotation de la société de biotechnologie spécialisée dans le développement de nouveaux traitements pour les maladies liées à l'âge, reprendra le 23 mai...

Publié le 22/05/2019

Ce partenariat vise à publier sur PagesJaunes (site & mobile) un parcours de prise de rendez-vous en ligne pour les établissements et professionnels de santé...

Publié le 22/05/2019

Situé à proximité du centre-ville de Champigny-sur-Marne, cet ensemble immobilier est composé de 2 bâtiments en R+6...