En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 408.60 PTS
+0.54 %
5 407.5
+0.57 %
SBF 120 PTS
4 340.39
+0.51 %
DAX PTS
12 384.49
+0.43 %
Dowjones PTS
25 822.29
+0.25 %
7 397.23
+0.35 %
1.157
+0.71 %

Présidentielle anticipée au Venezuela, Maduro cherche sa réélection

| AFP | 419 | Aucun vote sur cette news
Le président vénézuélien Nicolas lors d'un rassemblement, le 23 janvier 2018 à Caracas
Le président vénézuélien Nicolas lors d'un rassemblement, le 23 janvier 2018 à Caracas ( Juan BARRETO / AFP )

Le pouvoir vénézuélien, englué dans une grave crise économique, a convoqué mardi une élection présidentielle anticipée à laquelle le chef de l'Etat socialiste Nicolas Maduro va se représenter afin de profiter d'une dynamique électorale favorable et des divisions de l'opposition.

"Avant le 30 avril, doit se dérouler une élection présidentielle au Venezuela", annonce le décret proposé par le numéro deux du régime Diosdado Cabello et adopté à l'unanimité par l'Assemblée constituante, acquise à Nicolas Maduro.

Jusqu'à présent, la présidentielle était officiellement prévue pour fin 2018 mais certains experts estimaient déjà que sa date pourrait être avancée par le camp présidentiel.

"Pour le gouvernement, c'est tout à fait logique d'avancer le scrutin, d'abord parce qu'il fait face à un début d'année très compliqué économiquement, ensuite car il profite de ce moment de grande désorganisation de l'opposition", juge l'analyste Benigno Alarcon.

Dans la foulée, le président vénézuélien s'est dit prêt à se lancer dans la course à la présidentielle.

"Je suis un humble travailleur, un humble homme du peuple. Si le Parti socialiste uni du Venezuela (...) croit que je doive être le candidat à la présidentielle du camp révolutionnaire (...) je suis à disposition", a déclaré M. Maduro à la presse avant de participer à un rassemblement public à Caracas.

Le président vénézuélien devant ses partisans lors d'un rassemblement, le 23 janvier 2018 à Caracas
Le président vénézuélien devant ses partisans lors d'un rassemblement, le 23 janvier 2018 à Caracas ( JUAN BARRETO / AFP )

Les douze pays latino-américains du Groupe de Lima ont condamné l'organisation anticipée de ce scrutin, estimant par la voix du chef de la diplomatie chilienne Heraldo Muñoz que "cette décision empêche le déroulement d'élections présidentielles démocratiques, transparentes et crédibles".

Son homologue mexicain Luis Videgaray a annoncé que son pays se retirait des discussions entre le gouvernement et l'opposition vénézuéliens qui tentent à Saint-Domingue de trouver une sortie de crise, et où les modalités et la date du prochain scrutin présidentiel font justement partie des principaux points débattus.

Ces discussions reprendront néanmoins les 28 et 29 janvier prochains, a annoncé mardi le président Maduro, qui a réaffirmé être "prêt à signer" un éventuel accord afin de résoudre la crise politico-économique au Venezuela, secoué d'avril à juillet par une vague de manifestations antigouvernementales au cours desquelles 125 personnes ont été tuées.

En annonçant que l'élection présidentielle serait anticipée, Diosdado Cabello a expliqué que cette décision était une manière pour Caracas de répondre aux sanctions imposées mardi par l'Union européenne contre de hauts dirigeants vénézuéliens, dont lui-même.

- 'Campagne de haine' -

"Si le monde veut nous infliger des sanctions, nous allons organiser des élections (...) Des pouvoirs impériaux et sans légitimité ont déclenché une campagne systématique de haine contre le Venezuela", a dit M. Cabello à la tribune de la Constituante, tandis que des centaines d'élus de cette assemblée scandaient "Nicolas !", "Nicolas !".

Cette instance aux prérogatives élargies est chargée de rédiger une nouvelle Constitution. Elle s'est attribuée la plupart des compétences du Parlement.

"Nous allons vaincre unis", a ajouté M. Cabello, faisant allusion à la coalition de l'opposition de la Table de l'unité démocratique (MUD), plus divisée que jamais sur la stratégie a adopter face au gouvernement, entre négociations et manifestations.

La MUD, qui a essuyé défaite sur défaite aux régionales et aux municipales, s'est engagée fin décembre à également présenter un candidat unique. Il pourrait être choisi "via des primaires en quatre à cinq semaines", a précisé mardi l'un des dirigeants du mouvement, Henry Ramos Allup.

Affrontements entre manifestants opposés au gouvernement vénézuélien et forces de l'ordre, le 22 janvier 2018 à Caracas
Affrontements entre manifestants opposés au gouvernement vénézuélien et forces de l'ordre, le 22 janvier 2018 à Caracas ( Juan BARRETO / AFP )

Autre décision prise par la Constituante toute puissante : les trois principales formations de la coalition opposée à M. Maduro devront, pour participer à la présidentielle, se réinscrire auprès des autorités électorales pour avoir boycotté les municipales du 10 décembre.

C'est ce même Conseil national électoral (CNE) -accusé par l'opposition de servir le gouvernement- qui doit fixer la date de la présidentielle, a expliqué M. Cabello.

Avec une pénurie généralisée, allant des aliments aux médicaments, en passant par les matières premières, et une hausse des prix attendue à 2.350% en 2018, selon le FMI, le Venezuela est secoué par une crise économique hors de contrôle.

Dans un pays dont les revenus sont assurés à hauteur de 96% par le seul pétrole et très dépendant des importations, la baisse des cours et de la production a conduit le gouvernement, qui attribue l'hyperinflation à une "guerre économique" livrée par la droite et les Etats-Unis pour faire chuter le président, à fortement limiter les achats à l'extérieur.

Le Venezuela éprouve en outre de graves difficultés à rembourser dans les temps sa dette souveraine évaluée à 150 milliards de dollars.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

   Bollène (France) - Le 21 août 2018 - 20:00 (CET)     EGIDE RENFORCE SON ORGANISATION COMMERCIALE AUX ETATS-UNIS   Le groupe Egide (ISIN: FR0000072373 - Reuters:…

Publié le 21/08/2018

Le montant du transfert s'élève à 6,5 ME auxquels pourront s'ajouter des incentives pour un maximum de 3,5 ME...

Publié le 21/08/2018

L'installation reflète l'adoption croissante de la technologie EOS en tant que standard de soin dans les centres orthopédiques...

Publié le 21/08/2018

Nacon officialise sa collaboration avec Marie-Laure 'Kayane' Norindr, joueuse professionnelle de eSport...

Publié le 21/08/2018

Entre le 13 et le 17 août, Bic a racheté pour près de 3,06 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 39 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré…