En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 754.08 PTS
-0.95 %
4 765.0
-0.57 %
SBF 120 PTS
3 776.40
-0.94 %
DAX PTS
10 740.89
-0.29 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.67 %
1.136
+0.16 %

Une partie de l'Amérique captivée par l'audition Kavanaugh

| AFP | 224 | Aucun vote sur cette news
Des gens regardent l'audition Kavanaugh dans un bar de Los Angeles le 27 septembre 2018
Des gens regardent l'audition Kavanaugh dans un bar de Los Angeles le 27 septembre 2018 ( MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP )

Ils ont regardé dans les bars, les bus, en voiture et même dans Air Force One: les Américains étaient captivés jeudi par les auditions au Sénat de Brett Kavanaugh, candidat à la Cour suprême américaine, et de la femme qui l'accuse d'agression sexuelle dans les années 1980.

Il y a deux semaines, le destin de ce magistrat de 53 ans, conservateur et catholique pratiquant, était tout tracé. Jeudi, c'était un juge en colère qui s'est défendu bec et ongles face aux accusations d'agressions sexuelles, de l'exhibitionnisme à la tentative de viol.

Près de 60% des Américains ont dit vouloir suivre de près ou de loin ces auditions, selon un sondage de l'institut Marist.

A Los Angeles, des étudiants en journalisme de l'université de Californie du Sud étaient réunis pour regarder les débats, diffusés en direct toute la journée par les grandes chaînes d'info. Et la sentence est irrévocable.

"Il devrait être derrière les barreaux", juge Cameron Keel, une étudiante en journalisme de 19 ans qui a pris le parti de Christine Blasey Ford. "Quatre femmes différentes se sont exprimées et ce n'est pas un accident", explique-t-elle.

L'enseignante en psychologie de Palo Alto, près de San Francisco, a confirmé ses déclarations parues dans la presse. Alors qu'elle avait 15 ans, le jeune Brett Kavanaugh a tenté selon elle de la violer lors d'une soirée entre lycéens à l'été 1982, sous les yeux d'un complice.

Tout en retenue et parfois submergée par l'émotion, elle a expliqué être sortie de l'ombre pas "devoir civique".

Dynasty Raines, une autre étudiante du même âge, est pleinement d'accord. "Il devrait être jeté de la Cour (suprême), il ne devrait pas participer à cette audition ou être élu, nommé, car il doit y avoir une tolérance zéro concernant les agressions sexuelles", dit-elle.

- Soap opera -

Pour elle, l'affaire Kavanaugh n'aurait jamais vu le jour sans le mouvement #MeToo, né en octobre 2017 du scandale entourant le producteur Harvey Weinstein, qui a libéré la parole de milliers de victimes d'abus sexuels.

"Tout ce qui concerne les agressions sexuelles est montré à la lumière, auparavant c'était secret", affirme-t-elle.

Au bar Shaw's Tavern de Washington, les téléviseurs sont branchés sur CNN. Parmi la trentaine de clients, certains tentent de suivre les débats.

Anthea Francis, une pharmacienne quinquagénaire, a trouvé le témoignage de l'accusatrice "extraordinairement crédible". Mais elle renvoie dos à dos les deux camps politiques. "Les républicains n'ont pas la volonté réelle de chercher la vérité (et) les démocrates jouent le jeu politicien", dit-elle.

Le président américain Donald Trump a visionné le témoignage de Mme Blasey Ford dans l'avion Air Force One qui le ramenait de New York, où il assisté à l'Assemblée générale de l'ONU. Il a suivi dans l'après-midi depuis la Maison Blanche l'audition de M. Kavanaugh, avant de confirmer son plein soutien au juge dans un tweet diffusé quelques minutes après la fin des débats.

En marge de l’Assemblée générale de l’ONU, les journalistes accrédités auprès du département d’Etat américain étaient rivés sur un écran retransmettant l'audition de Mme Blasey Ford en attendant le briefing d’un haut responsable dans un hôtel de la ville.

L'audition de l’accusatrice était programmée en pleine réunion du Conseil de sécurité sur la Corée du Nord, présidée par Mike Pompeo. "J'ai zappé entre le Conseil et l’audition", avoue une journaliste.

A l'un des nombreux portiques de sécurité du bâtiment, des policiers comparaient l'affaire à un soap opéra, pariant sur l'issue de l'audition.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Après prise en compte du résultat semestriel, les capitaux propres part du Groupe au 30 septembre 2018 sont positifs et s'élèvent à 1 ME...

Publié le 18/12/2018

Le paiement en numéraire et/ou la livraison des actions seront effectués à compter du 15 février 2019...

Publié le 18/12/2018

Claude Tempé quitte ses fonctions. Sylvestre Blavet lui succède...

Publié le 18/12/2018

Cet ensemble de sociétés vend aux grandes surfaces de bricolage et grandes surfaces alimentaires en France et en Espagne une gamme très complète de robinetterie pour les salles de bain et les…

Publié le 18/12/2018

 Conformément à la réglementation applicable, DERICHEBOURG déclare avoir effectué les opérations d'achat d'actions suivantes dans les conditions de l'article 5 §2…