En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 313.28 PTS
-1.38 %
5 318.00
-1.25 %
SBF 120 PTS
4 267.16
-1.18 %
DAX PTS
12 346.39
-1.85 %
Dowjones PTS
24 334.35
-1.00 %
7 105.80
-1.27 %
Nikkei PTS
22 338.15
-0.79 %

Une Française sur deux victime d'agression et/ou de harcèlement sexuels

| AFP | 307 | 1 par 1 internautes
Des femmes travaillent au centre d'appel du collectif féministe contre le viol, le 19 octobre 2017 à Paris
Des femmes travaillent au centre d'appel du collectif féministe contre le viol, le 19 octobre 2017 à Paris ( ALAIN JOCARD / AFP/Archives )

Plus d'une Française sur deux (53%) disent avoir été victimes d'agression sexuelle (attouchements sexuels, main aux fesses, baiser forcé...) et/ou de harcèlement sexuel (propos déplacés, dégradants, insultes à connotation sexuelle, propositions sexuelles...), selon un sondage Odoxa-Dentsu pour Le Figaro et Franceinfo, publié vendredi.

Pour 91% des personnes interrogées, la question du harcèlement et des agressions sexuelles est un problème aujourd'hui "important".

Elles sont 36% de femmes à dire avoir "été victime d'agression sexuelle", 38% "de harcèlement sexuel en dehors du lieu de travail" et 17% "au travail".

Au total, 53% des femmes disent avoir été confrontées à l’un, voire à plusieurs de ces trois cas de figure.

Dans ce même sondage, 6% des hommes interrogés disent avoir été victimes d'agression sexuelle, 5% de harcèlement sexuel en dehors de leur lieu de travail et 7% au travail.

Concernant le hashtag "#balancetonporc", 61% des femmes (52% des hommes) pensent que c'est "une bonne chose" car cela "permet de libérer la parole des femmes en montrant que le problème est bien plus large que les affaires médiatisées récemment". En revanche, 38% des femmes (47% des hommes) estiment que c'est une "mauvaise chose" car ces messages "ne sont pas de vrais témoignages mais des dénonciations non vérifiées qui peuvent donner lieu à tous les dérapages".

Enquête réalisée sur internet les 18 et 19 octobre auprès d’un échantillon représentatif de 995 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/06/2018

Une première partie d'année en dents de scie pour le marché parisien

Publié le 25/06/2018

Croissance en question

Publié le 25/06/2018

AT&T, l'opérateur télécom américain qui vient juste de finaliser l'acquisition du géant des médias Time Warner pour 85 milliards de dollars, a par...

Publié le 25/06/2018

Lexibook prend 1,4% à 1,05 euro dans un volume de 1,4% du capital ce lundi...

Publié le 25/06/2018

Prysmian chute de 8,41% à 21,25 euros après avoir abaissé sa prévision d'Ebitda pour cette année. Circonstance aggravante : cet avertissement est survenu deux jours après la mise à jour de ses…