En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Une centaine de prisonniers en fuite après une mutinerie au Brésil

| AFP | 449 | Aucun vote sur cette news
Cette photo fournie par le journal brésilien O Popular montre des gardes ramenant des prisonniers à la prison de l'Etat de Goias, le 1er janvier 2018
Cette photo fournie par le journal brésilien O Popular montre des gardes ramenant des prisonniers à la prison de l'Etat de Goias, le 1er janvier 2018 ( Claudio REIS / O Popular/AFP )

Une centaine de détenus était toujours en fuite mardi au Brésil, au lendemain d'une violente mutinerie qui a fait neuf morts, pour certains décapités et brûlés vifs, dans une prison de l'Etat de Goias (centre-ouest), ont indiqué les autorités.

Lundi, des affrontements entre bandes rivales du crime organisé ont dégénéré dans l'établissement pénitentiaire d'Aparecida de Goîania, rappelant les émeutes sanglantes qui s'étaient déroulées à la même époque il y a un an et avaient fait des dizaines de morts dans la prison de Manaus, en Amazonie (nord-ouest).

Cette fois-ci, les violences ont eu lieu dans une zone de régime semi-ouvert lorsque les occupants d'un des pavillons "ont envahi les autres pavillons et ont commencé à commettre des actes de barbarie contre leurs rivaux", a expliqué lors d'une conférence de presse le lieutenant-colonel Newton Castilho, responsable de l'administration pénitentiaire de l'Etat de Goias.

"Il y a eu des (hommes) brûlés vifs et deux décapitations", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse, invoquant "des conflits dans le monde du crime du trafic de drogue".

Parmi les 14 blessés, six restaient hospitalisés mardi, dont l'un en soins intensifs.

Les violences entres bandes rivales se sont accompagnées d'une évasion de masse. Au total 242 prisonniers ont réussi à s'échapper après avoir percé un mur, a indiqué le responsable, multipliant par plus de deux le chiffre initialement communiqué de source pénitentiaire.

Si plus de la moitié des fuyards a été rattrapée à l'issue d'une chasse à l'homme, 99 prisonniers étaient toujours dans la nature mardi.

Les prisons brésiliennes sont le théâtre d'une guerre entre les deux principales factions du crime organisé, le Primeiro Comando da Capital (Premier commando de la capitale, PCC) de Sao Paulo (PCC) et le Comando Vermelho (Commando rouge, CV) de Rio de Janeiro et leurs affiliés. Cette guerre sans merci a fait une centaine de morts l'an dernier.

Les pires massacres dans les prisons au Brésil se sont produits en janvier 2017 à Manaus (56 morts) et Roraima (33 morts), deux villes septentrionales, ainsi qu'à Natal (26 morts), dans le nord-est du pays.

Le Brésil abrite la troisième plus grosse population carcérale au monde avec 726.712 prisonniers enregistrés en juin 2016, selon les derniers chiffres officiels, alors que la capacité est inférieure à 368.000 places.

La population carcérale du Brésil a plus que doublé de 2005 à 2016, avec près de deux détenus pour une place, voire jusqu'à quatre dans certains Etats comme l'Amazonie, selon le ministère de la Justice.

La surpopulation carcérale, qui s'accompagne de conditions de détention particulièrement insalubres, favorise la domination des bandes du crime organisé, qui ont leurs centres de commandements installés au coeur même des prisons.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…