5 272.20 PTS
+0.58 %
5 257.50
+0.52 %
SBF 120 PTS
4 209.68
+0.42 %
DAX PTS
12 606.23
+0.29 %
Dowjones PTS
22 380.88
-0.14 %
5 933.81
-0.67 %
Nikkei PTS
20 347.48
+0.18 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

| AFP | 372 | 4 par 2 internautes
Vue générale de Shanghai en mai 2015
Vue générale de Shanghai en mai 2015 ( JOHANNES EISELE / AFP/Archives )

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".

Originaire de l'Eure (ouest de la France), Laurent Fortin était parti en décembre 2016 à Shanghaï pour travailler dans un centre de production d'un petit groupe français, Farine Bakery, selon le texte de la pétition postée par ses proches sur le site Change.org.

Interrogé par l'AFP, le Quai d'Orsay a assuré que "les autorités françaises suivent avec la plus grande attention la situation de notre compatriote détenu à Shanghaï depuis mars 2017."

"Les services consulaires français à Shanghaï sont en contact régulier avec les autorités chinoises pour suivre le déroulement de la procédure judiciaire, dans le cadre de l’exercice de la protection consulaire", ajoute le ministère.

"Des agents consulaires ont pu rencontrer notre compatriote à cinq reprises depuis son incarcération, pour la dernière fois le 26 juillet (...) Nos services, à Paris comme à Shanghaï, sont en relation étroite avec sa famille, afin de la tenir régulièrement informée."

M. Fortin, 48 ans, a été interpellé le 23 mars avec sept autres employés de Farine Bakery, après un contrôle des autorités de régulation locales ayant mis à jour des stocks de farine "périmés", selon la presse d’État chinoise.

Le patron et fondateur de Farine Bakery, en revanche, ne se trouvait pas en Chine lors de ces interpellations.

"Nous réclamons la libération immédiate de Laurent ainsi qu'une réelle implication de notre gouvernement", conclut la pétition, assurant que le pâtissier s'était plaint des conditions d'hygiène dans l'entreprise sans être écouté par sa direction.

- Pétition adressée au président Macron -

La pétition a été adressée au président Emmanuel Macron et au ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Les autorités shanghaïennes n'ont pas pu être jointes mercredi par l'AFP.

Le quotidien officiel Shanghai Daily avait rapporté le 28 mars que Laurent Fortin -- qualifié par le journal de "responsable de la production" -- et trois de ses collègues chinois avaient été inculpés par les procureurs du quartier shanghaïen de Minhang, accusés d'avoir "utilisé des farines périmées".

Quatre boulangeries gérées par Farine Bakery ont été fermées suite au contrôle sanitaire, ces établissements ayant "contrevenu aux réglementations chinoises interdisant d'utiliser des produits au-delà de la date d'expiration", selon le responsable d'une autorité sanitaire cité par le quotidien shanghaïen.

Déclenchée par une vidéo tournée par un ex-employé, l'affaire avait causé un vif émoi parmi les internautes chinois, la chaîne de boulangeries vantant précisément la qualité de ses farines pour justifier des prix de vente élevés.

Farine Bakery avait reconnu en mars, dans un communiqué en mandarin, avoir "de toute évidence commis une erreur", expliquant s'être référé aux "dates limites de consommation optimale" mais "sans réaliser que les normes chinoises étaient plus strictes".

Les "dates d'expiration" des farines incriminées allaient de juillet 2016 au 5 mars 2017, rapporte le Shanghai Daily, citant le Bureau de supervision du marché du quartier de Minhang, responsable du contrôle initial.

Cette administration soupçonne l'entreprise d'avoir utilisé des "farines périmées" pour confectionner et distribuer quelque 3.800 pains après le 6 mars.

Depuis son interpellation, le Français est détenu dans des conditions difficiles, et ne disposait au début de sa détention ni d'un lit ni d'une chaise dans sa cellule, a affirmé à l'AFP son frère David Fortin, demeurant à Bourg-Achard (Eure).

"Il risque entre un an et quinze ans de détention, selon le chiffre d’affaires réalisé, alors qu’il n'était que le salarié de l’entreprise", a par ailleurs déclaré au quotidien régional Paris Normandie sa mère Jeannine Fortin, qui a pu échanger des courriers avec le détenu.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2017

Bank of America Corporation a déclaré à l'AMF avoir franchi en hausse, le 15 septembre, indirectement, par l'intermédiaire des sociétés de son groupe...

Publié le 21/09/2017

L’équipe de TradingSat.com, séduite par les qualités graphiques de court terme de ACCOR, entrevoit un potentiel intéressant sur cette action qui constituera le sous-jacent d’un turbo Call…

Publié le 21/09/2017

Anadarko va racheter 2,5 milliards de dollars d'actions d'ici fin 2018. Cette somme représente 10% du capital de la compagnie pétrolière. "Nous pensons qu'il s'agit d'une manière inintéressante…

Publié le 21/09/2017

La banque allemande Commerzbank est l’objet de nombreuses rumeurs d’intérêt depuis ces derniers jours. Alors que le marché via Reuters prêtait hier à Unicredit la volonté de se rapprocher de…

Publié le 21/09/2017

L'allemand pourrait apporter sa division rail au Français en échange d'une part au capital...

CONTENUS SPONSORISÉS