En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 393.74 PTS
+0.56 %
5 400.5
+0.70 %
SBF 120 PTS
4 326.90
+0.39 %
DAX PTS
12 219.02
+0.50 %
Dowjones PTS
26 445.24
+0.76 %
7 472.73
-0.29 %
1.168
+0.11 %

Un panneau de verre pour sécuriser La Tour Eiffel

| AFP | 443 | Aucun vote sur cette news
Le panneau de verre qui doit protéger la Tour Eiffel des attaques, y compris d'impacts de balles, pris en photo le 14 juin 2018
Le panneau de verre qui doit protéger la Tour Eiffel des attaques, y compris d'impacts de balles, pris en photo le 14 juin 2018 ( Philippe LOPEZ / AFP )

Les travaux de sécurisation de la Tour Eiffel entamés en 2017 sont presque terminés: une barrière de verre et des grillages reproduisant la forme de la Dame de Fer protègent désormais le monument parisien du risque terroriste, a constaté jeudi une journaliste de l'AFP.

"Un des deux piliers de la sécurité, c'est la clôture en verre de 6,5 cm d'épaisseur" a indiqué Bernard Gaudillère, président de la Société d'exploitation de la Tour Eiffel (Sete), lors d'une visite du chantier organisée pour la presse.

La paroi de verre "est solide, à toutes épreuves et d'une sécurité absolue" face à d'éventuels tirs de balles, s'est enorgueilli le président de la Sete. Ce dispositif, "étudié avec la préfecture de police" pour trouver "les meilleurs moyens de garantir la sécurité", est complété par des plots anti-voitures-béliers, "particulièrement résistants".

L'enceinte en verre, de 3m de haut, protègera le monument le long du Quai Branly et de l'avenue Gustave Eiffel. Elle "permettra aux visiteurs de retrouver la perspective, classée, qui s’étend depuis le Champ-de-Mars jusqu’au Trocadéro" précise un communiqué de presse.

La nouvelle clôture métallique entourant la Tour Eiffel, dévoilée le 14 juin 2018
La nouvelle clôture métallique entourant la Tour Eiffel, dévoilée le 14 juin 2018 ( Philippe LOPEZ / AFP )

Des grilles métalliques ont été installées sur les deux autres côtés du périmètre, le long des jardins latéraux désormais intégrés à l'enceinte de la Tour Eiffel. C'est là que se trouvent les "alvéoles de sécurité" par où entrent les visiteurs.

"La particularité de cette clôture, c'est qu'elle reprend la forme et les courbes de la Tour Eiffel, selon l’inspiration du dessin initial de Gustave Eiffel" a expliqué Alain Dumas, directeur technique de la Sete.

Le grillage métallique, qui mesure 3,24m de haut - soit "exactement le centième" de la Dame de Fer-, a été dessiné par l'architecte autrichien Dietmar Feichtinger, déjà choisi pour la passerelle Simone de Beauvoir dans l'est parisien et la passerelle d'accès au Mont Saint-Michel.

Une fois passé le grillage, les visiteurs "chemineront à travers les jardins pour accéder au parvis", a expliqué M. Gaudillère. La balade dans les deux hectares de jardin, comprenant deux lacs, rendra "l'expérience (...) infiniment plus agréable et romantique", a-t-il ajouté.

Sécurisation de la Tour Eiffel
Sécurisation de la Tour Eiffel ( Sophie RAMIS / AFP )

Le parvis de la Tour Eiffel avait été fermé à la libre circulation en juin 2016 en raison du risque terroriste. Les barrières de chantier installées par sécurité étaient jugées "peu esthétiques" par le président de la Sete.

Le chantier pour une sécurisation définitive a été lancé à l'automne 2017. "L'essentiel des travaux sera terminé à la mi-juillet", a annoncé Bernard Gaudillère, et les derniers ajustements seront terminés mi-septembre. "L'accès au parvis et aux jardins demeurera gratuit", a-t-il précisé.

"Les travaux n'ont pas fait diminuer le nombre de visiteurs", s'est-il réjoui, espérant entre "6 et 7 millions" d'entrées en 2018.

La sécurisation du périmètre de la Tour Eiffel a coûté près de 35 millions d'euros à la Sete. Ces travaux s'inscrivent dans un plan de réorganisation de 300 millions d'euros, dont la plupart des objectifs doivent être atteints avant les jeux Olympiques de 2024.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/09/2018

Spineway a procédé ce jour au remboursement de 50% des 44 ORNANE restant en la possession du fonds d'investissement YA II PN

Publié le 19/09/2018

Les produits opérationnels de Transgene se sont élevés à 3,6 ME au 30 juin 2018 contre 3,9 ME un an plus tôt...

Publié le 19/09/2018

Le résultat net bondit de 46%

Publié le 19/09/2018

Du 25 septembre au 4 octobre, les actionnaires pourront choisir un paiement de cet acompte sur dividende en actions nouvelles