En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 394.50
-0.38 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 102.76
+0.15 %
7 377.48
+0.34 %
1.171
+0.53 %

Un opéra oublié de Dvorak remis au goût du jour près de New York

| AFP | 334 | Aucun vote sur cette news
Le chef d'orchestre et président du Bard College Leon Botstein lors d'une répétition de l'un des rares opéras du compositeur Antonin Dvorak, à New York le 17 juillet 2017
Le chef d'orchestre et président du Bard College Leon Botstein lors d'une répétition de l'un des rares opéras du compositeur Antonin Dvorak, à New York le 17 juillet 2017 ( Bryan R. Smith / AFP/Archives )

C'était une période de chaos et d'intrigues dans une Russie marquée par un pouvoir vacillant. Ainsi va l'intrigue de l'un des rares opéras du compositeur Antonin Dvorak, remis au goût du jour et adapté à l'époque contemporaine.

Lors de sa première à Prague, en 1882, le succès de "Dimitrij" avait consacré Dvorak. Mais le compositeur l'avait ensuite drastiquement modifié et, plus d'un siècle plus tard, cet opéra n'est presque jamais joué en dehors de sa République tchèque natale.

L'opéra devait être joué pour la première fois aux Etats-Unis à partir de vendredi, au Bard College, au nord de New York, dont le président Leon Botstein est un éminent chef d'orchestre qui défend les oeuvres méconnues.

"Dimitrij" se déroule au début du 17e siècle, une période troublée de guerres et de famines, alors que la Russie traverse un vide du pouvoir, avant l'arrivée des Romanov, qui deviendront la dernière dynastie monarchique du pays.

Dans la scène d'ouverture, le personnage principal marche sur Moscou avec son armée polonaise et déclenche une bataille pour le contrôle de la Russie.

Avec ses intrigues russes et son questionnement sur la légitimité du pouvoir, "Dimitrij" offre un parallèle évident avec les Etats-Unis de 2017, où la présidence de Donald Trump est secouée par les accusations de liens avec la Russie et les questions sur la crédibilité politique du milliardaire.

En réalité, l'opéra en dit sans doute davantage sur la Russie elle-même. La mise en scène du Bard College a partiellement situé "Dimitrij" à la fin des années 1980 et au début des années 1990, une autre période de troubles, entre la chute de l'Union soviétique et l'ascension de Vladimir Poutine.

- Chef-d'oeuvres oubliés -

Leon Botstein a été séduit par les thèmes de "Dimitrij" mais aussi été intrigué par la musique, faite d'harmonies finement développées, caractéristiques de Dvorak, avec une forte influence de l'opéra italien.

"Le tout forme un travail étonnant, captivant. On pourrait même dire pertinent. Pourquoi donc cette (oeuvre) est-elle restée dans l'obscurité?", s'interroge Leon Botstein, dans un entretien à l'AFP.

Le chef d'orchestre et président du Bard College Leon Botstein et son orchestre lors d'une répétition de l'un des rares opéras du compositeur Antonin Dvorak, à New York le 17 juillet 2017
Le chef d'orchestre et président du Bard College Leon Botstein et son orchestre lors d'une répétition de l'un des rares opéras du compositeur Antonin Dvorak, à New York le 17 juillet 2017 ( Bryan R. Smith / AFP/Archives )

Le musicologue de 70 ans --qui dirige le Bard College depuis 1975 et a fait de l'établissement sur les rives de la rivière Hudson un carrefour intellectuel-- se consacre à ressusciter les opéras oubliés.

"Dimitrij" fait partie de la saison "SummerScape" qui mettra l'accent cette année sur Frédéric Chopin.

M. Botstein, qui a également dirigé l'American Symphony Orchestra de New York, est volontiers critique des salles d'opéras, en particulier aux Etats-Unis, qu'il considère trop attachées à des oeuvres déjà très connues et trop soucieuses d'avoir des chanteurs de renom.

"C'est une chasse à ce qu'elles pensent être la nouvelle star, le Enrico Caruso de notre époque", regrette-t-il, en référence au célèbre ténor italien du début du siècle dernier.

"Ce qui est bien sûr ridicule parce que l'opéra n'occupe plus la même place dans la culture que celle qui avait catapulté Enrico Caruso aux sommets de la renommée mondiale", dit-il, faisant une exception notable pour Placido Domingo.

Seul un opéra d'Antonin Dvorak est encore régulièrement joué: "Rusalka", un conte de fées avec son célèbre "Chant à la Lune".

Tout en soutenant les nouvelles créations, Leon Botstein est frappé par le nombre de pièces moins connues, par des compositeurs anciens, qui tombent dans l'oubli.

La musique, dit-il, est devenue "une sorte de sport olympique passif" où "les seules personnes dont nous nous souvenons sont les médaillés d'or et les médaillés d'or se souviennent seulement d'une victoire".

"C'est ridicule et extrêmement triste", ajoute M. Botstein. "C'est une tragédie culturelle."

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…

Publié le 20/07/2018

20/07/2018 - PRESS RELEASE - REGULATED INFORMATION - INSIDE INFORMATION Not for release, publication or distribution, directly or indirectly, in the United States, Canada, Australia,…

Publié le 20/07/2018

      Issy-les-Moulineaux, le 20 juillet 2018         BILAN SEMESTRIEL DU CONTRAT DE LIQUIDITE DE LA SOCIETE TECHNICOLOR         Au titre du contrat de liquidité confié à…

Publié le 20/07/2018

Les produits de cession relatifs à cette opération pourraient représenter environ 435 millions d'euros pour Eurazeo