En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

Un "musée du vagin" ouvre à Londres pour briser quelques tabous

| AFP | 848 | 5 par 1 internautes
L'entrée du Musée du Vagin à Camden, dans le nord de Londres
L'entrée du Musée du Vagin à Camden, dans le nord de Londres ( Isabel INFANTES / AFP )

Reykjavik avait son musée du pénis. Londres a désormais son musée du vagin, avec l'ambition de briser quelques tabous, en s'inscrivant dans le "grand changement de société" lié au mouvement #metoo.

Au coeur du quartier touristique de Camden, dans le nord de la capitale britannique, un panneau "Vagina museum", surmontant la porte d'une ancienne étable, suscite la curiosité des passants.

Niché entre des magasins de vêtements vintage et de souvenirs, ce lieu qui ouvre samedi est le premier musée permanent entièrement consacré à cette partie de l'anatomie féminine.

"J'ai découvert qu'il y avait un musée du pénis et pas d'équivalent pour le vagin donc je l'ai créé", explique simplement Florence Schechter.

Cette vulgarisatrice scientifique avait déjà organisé trois expositions temporaires autour de ce thème depuis deux ans.

Une visiteuse du Musée du Vagin à Londres
Une visiteuse du Musée du Vagin à Londres ( Isabel INFANTES / AFP )

Loin d'être un cabinet de curiosités, le petit musée gratuit qu'elle a monté se veut plutôt un lieu didactique à l'usage de tous. Sa première exposition temporaire s'attaque aux "mythes autour du vagin".

"Si vous utilisez un tampon, vous perdez votre virginité", "les règles sont sales": des panneaux détricotent ces affirmations, avec force schémas et arguments.

Honte de consulter

Pour Florence Schechter, l'enjeu n'est pas seulement d'éduquer et d'améliorer l'image de soi mais c'est aussi une question de santé publique.

"Certaines personnes ont trop honte de consulter un médecin lorsqu'elles ressentent des symptômes et meurent littéralement de cette honte parce que des choses comme le cancer du col de l'utérus ne sont pas dépistées assez tôt", s'indigne-t-elle.

Marque-pages en vente dans la boutique du Musée du Vagin à Londres
Marque-pages en vente dans la boutique du Musée du Vagin à Londres ( Isabel INFANTES / AFP )

Une étude réalisée par une association britannique spécialisée dans la prévention de cette maladie avait révélé l'an dernier qu'une femme sur quatre évitait de subir un frottis, la gêne dissuadant entre un tiers et la moitié des femmes.

Une autre étude, réalisée par l'institut YouGov en mars dernier indiquait que la moitié des Britanniques étaient incapables de situer le vagin sur un schéma.

L'étude montrait aussi que les femmes connaissent mal leur anatomie, près de la moitié des sondées ignorant par exemple qu'il n'est pas nécessaire de laver leur vagin.

Un questionnaire à l'entrée du musée invite les visiteurs à tester leurs connaissances.

"Désolé maman"

Une partie de l'exposition est consacrée à l'hygiène, montrant des produits vendus dans le commerce et parés de mille vertus comme les "savons de virginité" ou des crèmes censées raffermir le vagin.

Florence Schechter, directrice du Musée du Vagin à Londres
Florence Schechter, directrice du Musée du Vagin à Londres ( Isabel INFANTES / AFP )

"Ces produits perpétuent l'idée dans l'esprit des femmes que leur vagin n'est pas assez bien" souligne Sarah Creed, commissaire de l'exposition.

Les règles sont normalisées voire mises en beauté à travers une sculpture d'un tampon sur lequel le sang est remplacé par des sequins flamboyants.

Moins glamour, des culottes tâchées de pertes vaginales sont aussi exposées, histoire de rappeler que ces sécrétions sont naturelles.

"Ce sont mes sous-vêtements tachés!" confie la commissaire de l'exposition. "Je les ai mis dans un cadre pour vous dire qu'il n'y a pas de problème... Désolé maman!" plaisante-t-elle.

Si le musée n'est pas encore ouvert au public, des événements y ont déjà été organisés, attirant un public de "2 à 98 ans", assure la directrice.

Avec la nouvelle vague féministe, "nous aurons certainement plus de visiteurs que nous en aurions eu il y a quelques années. Je crois que nous sommes en train de vivre un grand changement de société et nous ne sommes qu'une partie de cela".

Certains habitants du quartier se sont eux inquiétés de l'autorisation accordée au musée de vendre de l'alcool, craignant de voir débouler des groupes de jeunes éméchés célébrant des enterrements de vie de jeune fille ou de garçon. Les visiteurs en quête de frissons érotiques risquent cependant d'être déçus, l'exposition étant plus pédagogique que grivoise.

Ils pourront cependant se consoler en s'offrant un petit cadeau à la boutique du musée comme des pendentifs ou des boucles d'oreilles en formes de vulves ou des cartes postales proclamant "Viva la Vulva".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

La société anglaise Clugston, associée au Groupe CNIM en tant que génie civiliste pour plusieurs contrats de réalisation d'usines de valorisation de...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…