En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Un mort en marge de heurts nocturnes en Tunisie

| AFP | 262 | Aucun vote sur cette news
Des véhicules de police dans une rue d'Ettadhamen, dans la banlieue de Tunis, après des heurts nocturnes le 8 janvier 2018
Des véhicules de police dans une rue d'Ettadhamen, dans la banlieue de Tunis, après des heurts nocturnes le 8 janvier 2018 ( SOFIENE HAMDAOUI / AFP )

Un homme est décédé dans la nuit de lundi à mardi en marge de heurts nocturnes en Tunisie, alors que le pays est secoué depuis plusieurs jours par de nouveaux troubles sociaux alimentés par des mesures d'austérité, sept ans après sa révolution.

Des dizaines de personnes ont été arrêtées, onze agents de police blessés et plusieurs bâtiments publics endommagés lors de heurts qui ont touché plusieurs villes tunisiennes dans la nuit, selon le ministère de l'Intérieur.

Une autopsie doit avoir avoir lieu mardi pour déterminer la cause du décès d'un homme de 43 ans à Tebourba, au sud de Tunis, où des échauffourées ont eu lieu dans la nuit, selon les porte-paroles des ministères de la Santé et de l'Intérieur.

Le ministère de l'Intérieur a démenti que cet homme a été tué par la police, soulignant qu'il ne portait aucune marque de violence. Selon son porte-parole Khlifa Chibani, il souffrait de "problèmes respiratoires".

"(Lundi) soir, nous n'avons pas vu des protestations mais des gens qui cassent, volent et agressent les Tunisiens", a affirmé le Premier ministre tunisien Youssef Chahed sur les ondes de la radio privée Mosaïque FM.

"Nous disons aux casseurs et à ceux qui les incitent que, pour le gouvernement, la seule solution est d'appliquer la loi. Le gouvernement est prêt à écouter mais chaque personne voulant manifester doit le faire de manière pacifique", a-t-il prévenu.

Ces incidents interviennent au moment où un mouvement de grogne sociale se fait entendre en Tunisie, notamment contre la hausse de la TVA et des contributions sociales entrée en vigueur au 1er janvier et prévue dans un budget 2018 d'austérité.

Un appel à manifester mardi à partir de midi (11H00 GMT) dans le centre de Tunis a été lancé par plusieurs organisations.

- 'Violence et pillage' -

Une rue d'Ettadhamen, dans la banlieue de Tunis, après des heurts nocturnes le 8 janvier 2018
Une rue d'Ettadhamen, dans la banlieue de Tunis, après des heurts nocturnes le 8 janvier 2018 ( SOFIENE HAMDAOUI / AFP )

Les incidents nocturnes ont entraîné l'arrestation d'au moins 44 personnes, dont 16 à Kasserine, ville pauvre du centre du pays, et 18 dans des quartiers populaires près de Tunis, a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur à la radio privée Shems FM.

Des locaux des forces de sécurité et la sous-préfecture de Hamma (sud) ont été endommagés, a ajouté M. Chibani selon lequel ces troubles "n'ont rien à voir avec la démocratie ou les revendications sociales".

D'après le porte-parole de la Sureté nationale, "onze agents ont été blessés par des jets de pierre, des projectiles solides et des cocktails Molotov et quatre véhicules de police endommagés" lors des échauffourées de la nuit.

"Ces mouvements ont lieu pour soi disant protester contre la hausse des prix et la loi de finances 2018 mais, en réalité, (des gens) s'attaquent aux policiers et commettent des actes de violence et de pillage", a indiqué Walid Ben Hkima à l'AFP.

A Kasserine, quelques dizaines de jeunes ont incendié des pneus et jeté des pierres sur des agents de sécurité, qui ont répliqué par des gaz lacrymogènes, a indiqué un correspondant de l'AFP.

A Sidi Bouzid (centre), d'où était partie en décembre 2010 la contestation sociale qui avait marqué le début des printemps arabe, des routes ont été bloquées par des pierres et des pneus, selon un autre correspondant de l'AFP.

Lundi matin, une manifestation pacifique contre la hausse des prix avait eu lieu dans cette ville fortement mobilisée.

Dimanche soir à Tunis, la police avait par ailleurs dispersé des jeunes protestataires membres de la campagne citoyenne "Fech Nestannew" (Qu'est-ce qu'on attend?, en arabe tunisien) qui s'étaient rassemblés près du ministère de l'Intérieur pour exiger l'annulation de l'augmentation des prix.

Ils réclamaient aussi la libération de plusieurs membres de leur mouvement, interpellés selon eux pour avoir distribué des tracts appelant à manifester ou pour des graffitis dénonçant les mesures d'austérité.

Le mois de janvier est traditionnellement marqué par une mobilisation sociale en Tunisie depuis la révolution de 2011, et le contexte est particulièrement tendu cette année à l'approche des premières élections municipales de l'après-révolution, plusieurs fois reportées et prévues en mai.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…