En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.67 PTS
+0.09 %
5 379.00
+0.13 %
SBF 120 PTS
4 265.13
+0.10 %
DAX PTS
11 570.74
-0.29 %
Dowjones PTS
25 940.92
+0.76 %
7 451.70
+0.96 %
1.135
-0.64 %

Un ex-proche de Tapie raconte un acte de corruption avant un PSG-OM

| AFP | 273 | Aucun vote sur cette news
Marc Fratani alors collaborateur de Bernard Tapie à Marseille le 20 novembre 2012
Marc Fratani alors collaborateur de Bernard Tapie à Marseille le 20 novembre 2012 ( BORIS HORVAT / AFP/Archives )

Marc Fratani, ex-collaborateur de Bernard Tapie avec qui il est désormais en froid, raconte avoir "participé une fois à un achat d'arbitre" avant un match PSG-OM, dans un entretien au journal Le Monde où il évoque d'autres mauvaises pratiques.

"J'ai participé une fois à un achat d'arbitre. C'était pour un match contre le Paris Saint-Germain, à Paris. Le lendemain de la rencontre, je suis allé lui remettre dans un endroit discret ce qui était convenu", explique celui qui a été successivement chauffeur, attaché parlementaire puis assistant personnel de Bernard Tapie, ancien président de l'Olympique de Marseille (1986-1994).

"La corruption n'était pas intensive, il ne s'agissait pas d'acheter tous les matches", affirme Fratani, lequel dénonce les pratiques de son ancien patron et de Jean-Pierre Bernès, ex-directeur sportif du club.

Bernard Tapie lors d'une conférence à la Chambre de Commerce de Liège le 27 septembre 2018
Bernard Tapie lors d'une conférence à la Chambre de Commerce de Liège le 27 septembre 2018 ( Emmanuel DUNAND / AFP/Archives )

"À partir de 1988-1989, il (Bernès) se lance avec Tapie dans une entreprise de corruption qui va durer quatre saisons", dit-il au Monde, affirmant avoir été "au courant de toutes les activités" de Bernès: "Je les ai couvertes et il m'est arrivé d'y participer".

"On est chez les fous", s'est exclamé Tapie sur RTL en précisant vouloir "demander aux tribunaux de se saisir de ses déclarations pour connaître le nom de l'arbitre". L'ancien président de l'OM a ajouté que les actes de corruption présumée d'arbitre lorsqu'il dirigeait Marseille ne le "concernent plus".

Les années Tapie sont celles du succès pour l'OM qui remporte notamment, sous sa présidence, plusieurs fois consécutivement le championnat de France jusqu'à l'apothéose de 1993 et le sacre en Ligue des champions.

Mais son mandat est terni par des soupçons de corruption, rendus plus crédibles après l'éclatement de l'affaire "VA-OM". Valenciennes avait alors rendu public la tentative de corruption d'un dirigeant marseillais envers plusieurs de ses joueurs en mai 1993, six jours avant la finale de la prestigieuse Coupe d'Europe.

Le titre de champion de France 1993 sera retiré par la suite à l'OM, par ailleurs interdit de compétitions européennes l'année suivante.

"Dans l'affaire VA-OM, Tapie a toujours déclaré qu'il avait été +condamné à tort+. Mais j'étais là, et je n'étais pas seul, le jour où il a demandé que 250.000 francs soient versés à Bernès avant qu'il s'en aille à Valenciennes. Tapie a bien été le commanditaire de l'acte de corruption", affirme Fratani.

Fratani décrit aussi les méthodes utilisées à l'époque selon lui pour affaiblir les équipes adverses. "On déstabilisait aussi l'adversaire en utilisant des psychotropes: du Haldol, un anesthésiant. À l'aide de seringues à aiguilles ultra fines, le produit était injecté à l'intérieur de bouteilles en plastique."

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/03/2019

Repli limité pour Voluntis qui cède 0,5% à 5,7 euros en fin de séance malgré des annonces peu porteuses...

Publié le 21/03/2019

Par courrier reçu ce jour par l'AMF, la société Wendel SE (contrôlée par Wendel-Participations SE) a déclaré à l'Autorité des marchés financiers avoir...

Publié le 21/03/2019

Par courrier reçu ce jour par l'AMF, la société Allianz Global Investors GmbH (Francfort sur le Main, Allemagne), agissant pour le compte de fonds et...

Publié le 21/03/2019

Communiqué du 21 mars 2019- 16h45   Conformément au Code de gouvernement d'entreprise AFEP / MEDEF révisé en juin 2018 (art 25.1) HERMES INTERNATIONAL rend…

Publié le 21/03/2019

Grosse spéculation sur Ymagis...