En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Bangladesh: naufrage meurtrier de Rohingyas et "cauchemar humanitaire"

| AFP | 557 | Aucun vote sur cette news
Des Rohingyas se recueillent devant les corps de réfugiés morts dans un naufrage, le 29 septembre 2017 près de la plage d'Inani, à Cox's Bazar, au Bangladesh
Des Rohingyas se recueillent devant les corps de réfugiés morts dans un naufrage, le 29 septembre 2017 près de la plage d'Inani, à Cox's Bazar, au Bangladesh ( FRED DUFOUR / AFP )

Au moins 60 Rohingyas de Birmanie tentant de rejoindre le demi-million de réfugiés au Bangladesh voisin sont morts ou disparus en mer, a annoncé vendredi l'ONU, qui dénonce un "cauchemar humanitaire" dans ce qui est devenu un des plus grands camps de réfugiés au monde.

"Ma femme et mes deux fils ont survécu. Mais j'ai perdu mes trois filles", explique entre deux pleurs Shona Miah, Rohingya de 32 ans qui espérait mettre sa famille à l'abri des violences qui ont débuté il y a un mois entre l'armée birmane et des rebelles musulmans rohingyas.

Au fur et à fur qu'ils sont découverts, les corps des naufragés sont rassemblés dans une école non loin de la plage à Cox's Bazar. Ils sont posés à même le sol et recouverts de couvertures de fortune dépareillées, au milieu de leurs proches venus les identifier.

Vingt-trois cadavres ont été découverts et 40 passagers sont portés disparus et "présumés noyés", a annoncé vendredi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) depuis Genève, faisant passer le bilan de 19 à plus de 60.

Selon l'OIM, il y avait 50 enfants à bord.

L'embarcation était partie mercredi soir d'un village côtier de l'Etat Rakhine, région épicentre des violences en Birmanie. Elle a coulé à quelques encablures de la terre ferme, victime de pluies de mousson torrentielles.

Naufrage d'une embarcation de Rohingyas
Naufrage d'une embarcation de Rohingyas ( AFP / AFP )

Ce drame rappelle que les Rohingyas, une minorité apatride d'un million de personnes installée en Birmanie, continuent d'affluer vers le Bangladesh, malgré les assurances de la Birmanie que les violences ont cessé et que de nombreux villages musulmans n'ont pas été incendiés.

D'ici à ce retour qui reste pour l'heure très hypothétique, dans les camps côté Bangladesh, autorités et ONG sont débordées par la marée humaine. La police bangladaise a annoncé vendredi avoir empêché plus de 20.000 Rohingyas de franchir la frontière.

Et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge a dénoncé vendredi des risques sanitaires et d'épidémies, avec déjà des milliers de cas de diarrhées aiguës liées à des conditions d'hygiène désastreuses.

- Milliers de cas de diarrhées -

"Nos cliniques mobiles traitent de plus en plus de gens, surtout des enfants, qui souffrent de diarrhées terribles", a déclaré Mozharul Huq, secrétaire général du Croissant rouge du Bangladesh.

La Croix-Rouge internationale évoque, dans certains camps, la présence d'un seul WC pour plusieurs centaines de personnes, avec pour conséquences des excréments s'accumulant un peu partout.

Un lot de 900.000 doses de vaccin contre le choléra est en cours d'acheminement vers les camps, où les ONG internationales redoutent une épidémie.

La Croix-Rouge estime les besoins en eau pour le demi-million de personnes entassées dans des camps de fortune à 3,6 millions de litres par jour.

S'ajoute à cela le fait que ces réfugiés viennent d'une région parmi les plus pauvres de Birmanie et arrivent dans un état de grande fragilité physique: un sur cinq souffre de malnutrition sévère, a dénoncé vendredi le haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres avait réclamé la veille un "arrêt des opérations militaires" en Birmanie et dénoncé un "cauchemar humanitaire", lors d'une réunion du Conseil de sécurité.

Il a aussi demandé jeudi au gouvernement birman un "accès humanitaire" dans la zone de conflit et "le retour en sécurité, volontaire, digne et durable" dans leurs régions d'origine des réfugiés ayant fui au Bangladesh.

Le Conseil de sécurité est divisé sur le dossier birman, Pékin et Moscou apportant leur appui aux autorités birmanes, qui démentent tout nettoyage ethnique.

Rebelles rohingyas et armée birmane s'accusent mutuellement des atrocités commises depuis fin août en Birmanie, des incendies de villages aux meurtres de civils.

A ce jour, les multiples appels de l'ONU à mettre fin à la répression, à ouvrir un accès humanitaire et à permettre un retour des Rohingyas sont restés lettre morte. Et la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la paix, est très critiquée pour sa gestion de la crise, qui a ravivé de profonds sentiments antimusulmans en Birmanie, pays à plus de 90% bouddhiste.

Un voyage dans l'ouest birman des représentants des agences des Nations unies en Birmanie aura lieu lundi prochain.

Les Rohingyas, plus grande population apatride au monde, n'ont accès ni au marché du travail ni aux services publics comme les écoles et les hôpitaux en Birmanie.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…