5 453.58 PTS
+0.00 %
5 413.50
+0.13 %
SBF 120 PTS
4 351.13
+0.00 %
DAX PTS
12 500.47
-
Dowjones PTS
24 322.34
+0.99 %
6 649.65
+0.00 %
Nikkei PTS
22 467.87
+0.66 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Un an après la chute d'Alep, des réfugiés en France hantés par la douleur du départ

| AFP | 737 | Aucun vote sur cette news
Destruction à Alep, en Syrie, le 22 juillet 2017
Destruction à Alep, en Syrie, le 22 juillet 2017 ( George OURFALIAN / AFP/Archives )

"C'est comme un poisson hors de l'eau, j'ai perdu une part de moi-même": comme d'autres réfugiés syriens en France, Salah al Ashkar vit dans le souvenir douloureux du départ d'Alep, reprise voici un an par le régime en place.

En décembre 2016, Salah se filmait dans sa ville: "Je suis un fils d'Alep… je ne veux pas partir", disait-il la voix brisée dans une vidéo visible sur son compte Twitter. "Personne ne voulait partir, mais nous n'avions pas le choix", explique aujourd'hui ce diplômé en finance de 29 ans qui, comme d'autres, a témoigné sur les réseaux sociaux durant le siège des quartiers d'Alep tenus par les groupes rebelles.

Un constat partagé par Rami Zayat: "On aurait été arrêté ou tué. Pour survivre, il fallait partir". Le jeune homme de 26 ans vit désormais à Oléron (ouest) avec sa femme et leur fils âgé de quelques mois. Ils sont arrivés en France début novembre avec des visas de demandeurs d'asile.

Les minutes après son départ, Rami raconte s'être senti soulagé. Un sentiment qui n'a pas duré quand il a réalisé qu'il avait "tout perdu: ma ville, ma maison, ma vie. Je suis devenu très triste".

Ameer Alhalbi, 22 ans, considère, lui, que la guerre a pris ses "meilleures années". Ce jeune photographe est en France depuis sept mois. Il peine à trouver le sommeil, hanté par les tragédies dont il a été témoin.

"Je rêve de mes photos, des bombardements" explique-t-il. Depuis trois mois, il suit une formation en photographie à Paris (cofinancée par plusieurs médias dont l'AFP): "Parfois quand le professeur parle, mon esprit est ailleurs". "Je suis venu pour avoir une vie normale, mais c’est dur", ajoute-t-il.

Défilé de soldats syriens à Alep, en SyYrie, le 21 décembre 2017, un an après la reprise de la ville par le régime syrien
Défilé de soldats syriens à Alep, en SyYrie, le 21 décembre 2017, un an après la reprise de la ville par le régime syrien ( George OURFALIAN / AFP/Archives )

Le 22 décembre 2016 a marqué un tournant dans le sanglant conflit syrien: après quatre ans de combats sans merci qui ont tué des milliers de civils, le régime de Bachar al-Assad reprenait Alep, la métropole du nord syrien et poumon économique du pays.

Les rebelles ont par la suite subi revers sur revers face à la puissante machine de guerre du régime soutenu par son allié russe, dont l'implication militaire à partir de 2015 a largement aidé à changer la donne, à Alep notamment.

- 'Rien prévoir' -

Si Rami se dit aujourd'hui "soulagé d’être dans un pays stable", il a encore du mal à imaginer l'avenir pour lui et sa famille après avoir vécu six ans de conflit: "J'ai perdu trop de choses. Je ne veux rien prévoir avant de savoir si cela marchera".

"J'ai encore plein de photos et de vidéos avec moi, mais je n'ai pas le courage de les regarder, ça pourrait me faire encore plus de mal", ajoute-t-il. Il se souvient de "la peur et la pression extrême" qu’il a vécues durant les derniers jours du siège.

Mahmoud al Haji Othman, photographe et réalisateur de 29 ans, porte toujours à son poignet un bracelet avec le drapeau de la révolution syrienne. En France depuis quelques mois, il vit à Orléans (centre) avec sa femme et leurs deux fils.

Il se rend chaque semaine à Paris pour des cours dans une école de journalisme, "un bon moyen d'apprendre le français" selon lui. Lui avait réussi à quitter Alep dès le début du siège en juillet 2016.

Pendant toute la durée du siège, ces jeunes hommes ont documenté le conflit pour témoigner de ses atrocités. La plupart n'avait jamais quitté leur ville d’origine.

"Ce qui me manque le plus, ce sont les matinées où je me rendais en courant à l'université car j'étais en retard, et où une fois arrivé, je buvais un +sahlab+ (boisson au lait chaud sucrée et épicée)", confie Mahmoud.

Parfois, certains d’entre eux tombent sur des photos récentes de leur ville, qu'ils s'échangent par messageries instantanées. Une ville qu’ils disent ne plus reconnaître.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/04/2018

Ipsos a enregistré une baisse de son chiffre d’affaires de 5,9% au premier trimestre, à 367 millions d’euros. En l'absence d'effet de périmètre, ce sont les effets de change qui conduisent à…

Publié le 27/04/2018

  Assemblée Générale Mixte du 18 mai 2018 Modalité de mise à disposition des documents préparatoires à l'Assemblée Les actionnaires de la Société sont…

Publié le 27/04/2018

Airbus a enregistré au premier trimestre un bénéfice net de 283 millions d'euros, en recul de 31%, et un résultat opérationnel (Ebit) ajusté de 14 millions d'euros contre -19 millions d'euros,…

Publié le 27/04/2018

Rexel a dévoilé un bénéfice net récurrent (résultat net ajusté de l'effet non récurrent du cuivre, des autres produits et autres charges, des charges financières non récurrentes) de 68,2…

Publié le 27/04/2018

Renault dévoile une hausse limitée de son chiffre d'affaires au premier trimestre, victime d'effets de change adverses...