En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 020.0
+0.06 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 386.29
+0.38 %
6 855.19
-0.51 %
1.141
+0.75 %

Un Américain exécuté sur la chaise électrique

| AFP | 480 | Aucun vote sur cette news
Edmund Zagorski, 63 ans, a été exécuté le 1er novembre 2018 par électrocution dans le Tennessee
Edmund Zagorski, 63 ans, a été exécuté le 1er novembre 2018 par électrocution dans le Tennessee ( Jose ROMERO / Tennessee Department of Corrections/AFP/Archives )

Un Américain, qui préférait mourir par électrocution que par injection létale, a été exécuté sur la chaise électrique jeudi soir dans le Tennessee.

La mort d'Edmund Zagorski, 63 ans, a été prononcée à 7H26 locales (00H26 GMT vendredi) dans le pénitencier de haute sécurité de Nashville, selon un communiqué des services correctionnels de cet Etat du sud.

La chaise électrique, qui n'est plus autorisée que dans neuf Etats, n'avait pas servi depuis 2013 aux Etats-Unis.

Ses derniers mots furent: "C'est parti", a déclaré son avocate Kelley Henry lors d'une conférence de presse, en décrivant comment son corps avait été sanglé pour éviter qu'il ne se dresse pendant l'électrocution.

"Il a reçu un choc violent avec le courant électrique", a-t-elle ajouté, en précisant que des éponges imbibées d'eau salée avaient été placées sur ses chevilles pour faciliter le passage du courant.

Zagorski avait été condamné à la peine capitale en 1984 dans le Tennessee, pour avoir tué et égorgé deux hommes qu'il avait attirés en promettant de leur vendre de la drogue.

Après 34 ans dans le couloir de la mort, il devait être exécuté en octobre par injection létale mais, à la dernière minute, il avait demandé à passer plutôt sur la chaise électrique.

Les exécutions capitales aux Etats-Unis
Les exécutions capitales aux Etats-Unis ( Laurence CHU / AFP )

En cas d'injection, "les 10 à 18 dernières minutes de sa vie seront une horreur absolue" alors que s'il est électrocuté, il ressentira "une douleur insoutenable, probablement pendant 15 à 30 secondes", avaient écrit ses avocats dans leur requête.

Le Tennessee autorisant les personnes condamnées avant 1999 à choisir entre ces deux modes d'exécution, le gouverneur de l'Etat Bill Haslam lui avait accordé un répit pour laisser aux services pénitenciers le temps de préparer la chaise électrique.

L'appareil, qui n'avait alors pas servi depuis 2007 dans cet Etat, "a été testé le 12 octobre", avait précisé jeudi à l'AFP une porte-parole des services pénitenciers du Tennessee, Neysa Taylor.

Pour son dernier repas, Zagorski avait commandé des pieds et de la queue de cochon, selon les services pénitenciers.

- "L'échec des injections" -

Un condamné à mort a été exécuté le 1er novembre 2018 dans le Tennessee sur une chaise électrique, comme celle photographiée ici en 2001 dans l'Ohio
Un condamné à mort a été exécuté le 1er novembre 2018 dans le Tennessee sur une chaise électrique, comme celle photographiée ici en 2001 dans l'Ohio ( MIKE SIMONS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Selon un sondage réalisé en 2015, 54% des Américains jugent que la chaise électrique est une méthode d'exécution "cruelle et inhabituelle".

Elle a été progressivement abandonnée après que des exécutions eurent mal tourné, la tête d'un détenu s'étant notamment enflammée en Floride en 1997.

Avant l'exécution de jeudi soir, elle n'avait été utilisée que pour quatorze exécutions sur près de 900 dans tout le pays depuis 2000.

Dans ce contexte, le "choix" d'Edmund Zagorski "en dit long sur l'échec des injections létales", a commenté pour l'AFP le directeur du Centre d'information sur la peine de mort (DPIC), Robert Dunham, avant la mise à mort.

Les injections létales sont la méthode d'exécution la plus fréquente aux Etats-Unis. Mais elles sont vivement contestées en raison de défaillances possibles de la drogue utilisée pour anesthésier les condamnés.

Le "choix" d'Edmund Zagorski n'en était pas vraiment un, avait relevé M. Dunham. Pour lui, c'était "une conséquence directe de l'exigence macabre de la Cour suprême qui impose aux condamnés à mort de proposer une alternative avant d'évaluer si une méthode d'exécution est cruelle au regard de la Constitution."

En optant pour la chaise électrique, Edmund Zagorski avait en effet précisé ne pas être favorable pour autant à l'électrocution. "Je ne veux pas être soumis à la torture de l'injection", avait-il écrit aux autorités, mais "je considère que l'injection létale et l'électrocution violent toutes les deux mes droits".

Jeudi il avait tenté un dernier recours devant la plus haute juridiction du pays, mais les juges ont rejeté sa demande.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

  Raison sociale de l'émetteur : Société Générale S.A. - SA au capital de 1 009 897 173,75…

Publié le 16/11/2018

TIVOLY Société Anonyme au capital de 11 079 900 euros Siège Social : 266 route Portes de Tarentaise - 73790 Tours-en-Savoie R.C.S. Chambéry : 076 120 021   Communiqué de…