5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Turquie: un journaliste d'opposition libéré, 4 restent détenus

| AFP | 246 | Aucun vote sur cette news
Kadri Gürsel embrasse son épouse à sa sortie de prison, le 26 septembre 2017 à Istanbul
Kadri Gürsel embrasse son épouse à sa sortie de prison, le 26 septembre 2017 à Istanbul ( YASIN AKGUL / AFP )

Un tribunal d'Istanbul a ordonné lundi la remise en liberté du journaliste turc Kadri Gürsel et le maintien en détention de quatre de ses collègues accusés dans le cadre du procès controversé de dix-sept collaborateurs du quotidien d'opposition Cumhuriyet.

Le juge a décidé que le chroniqueur, l'une des figures les plus respectées du journalisme en Turquie, pouvait être libéré après 11 mois de détention, même s'il doit être jugé pour "activités terroristes", a indiqué un correspondant de l'AFP.

Le procès des collaborateurs de Cumhuriyet, un journal très critique envers le président Recep Tayyip Erdogan, a été ajourné au 31 octobre.

Kadri Gursel, journaliste depuis 30 ans, a été libéré lundi soir de la prison de Silivri, en dehors d'Istanbul. Il a été accueilli à sa sortie par ses proches et des collègues.

"Il n'y a rien à célébrer car des journalistes de Cumhuriyet font face à des accusations injustes et sans fondement. Leur liberté leur a été retirée", a-t-il déclaré, visiblement épuisé.

Il a annoncé qu'il continuerait à écrire, malgré un contexte difficile pour les médias. "Tous les journalistes souhaiteraient écrire aussi longtemps que les conditions le permettent. Je continuerai bien sûr à écrire".

"Je ne peux pas dire que justice ait été rendue aujourd'hui", a réagi son épouse, Nazire, en allusion aux journalistes toujours emprisonnés. "Beaucoup comparent cette affaire à une pièce de théâtre, mais (cette comparaison) est une insulte pour le théâtre".

Restent en détention quatre autres membres de Cumhuriyet: le patron du journal, Akin Atalay, et son rédacteur en chef Murat Sabuncu, qui, comme Kadri Gürsel, sont détenus depuis 330 jours ; le journaliste d'investigation Ahmet Sik, arrêté fin décembre et détenu depuis 269 jours ; et Yusuf Emre Iper, un comptable du quotidien détenu depuis 173 jours.

Lors de l'ouverture du procès fin juillet, le tribunal avait décidé de remettre en liberté provisoire sept collaborateurs de Cumhuriyet arrêtés en octobre, dont le caricaturiste Musa Kart, mais il avait exclu de cette mesure les cinq autres, dont le sort a été décidé lundi.

- 43 ans de prison -

Au total, 17 dirigeants, journalistes et autres employés actuels ou passés de Cumhuriyet sont accusés d'avoir aidé trois "organisations terroristes armées": les séparatistes kurdes du PKK, un groupuscule d'extrême gauche appelé DHKP-C et le mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, appelé FETO par les autorités et accusé d'avoir fomenté le coup d'Etat manqué du 15 juillet 2016. Ils risquent jusqu'à 43 ans de prison.

"J'ai travaillé avec eux et je connais leur passé. Ces collègues ne peuvent pas être des terroristes, il ne peuvent pas être des membres de FETO", a déclaré au tribunal lundi un des témoins de la défense, Alev Coskun, écrivain et membre de la fondation de Cumhuriyet.

La rédaction de Cumhuriyet s'était attiré les foudres de M. Erdogan après avoir publié en 2015 un article affirmant qu'Ankara livrait des armes à des islamistes en Syrie. Son directeur d'alors, Can Dündar, exilé en Allemagne, est jugé par contumace.

Quelque 200 manifestants se sont rassemblés lundi devant le palais de justice à Istanbul, où se déroulait l'audience, brandissant des portraits des journalistes jugés et des banderoles avec les inscriptions "la liberté aux journalistes" et "la liberté de la presse ne peut être réduite au silence".

Pour les défenseurs des droits de l'Homme, ce procès traduit le recul des libertés en Turquie depuis le putsch manqué, suivi de purges massives qui ont frappé les milieux critiques: élus prokurdes, médias et ONG.

Selon le site P24, spécialisé dans la liberté de la presse, quelque 170 journalistes sont détenus en Turquie. Celle-ci occupe la 155e place sur 180 au classement 2017 de la liberté de la presse établi par RSF.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS