En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Tunisie: nouveaux heurts après la mort d'un homme lors de troubles sociaux

| AFP | 696 | Aucun vote sur cette news
Heurts entre manifestants et la police dans la ville de Tebourba, le 9 janvier 2018
Heurts entre manifestants et la police dans la ville de Tebourba, le 9 janvier 2018 ( Fethi Belaid / AFP )

Des échauffourées ont eu lieu en Tunisie mardi soir entre manifestants et forces de l'ordre, au lendemain de la mort d'un homme dans des troubles sociaux alimentés par des mesures d'austérité, sept ans après la révolution.

Des jeunes sont descendus dans la rue par centaines à Tebourba, à 30 km à l'ouest de Tunis, où a été enterré mardi dans l'après-midi l'homme décédé lors de heurts dans la nuit précédente. Des policiers et des militaires déployés en force ont répliqué à des jets de pierre à coups de gaz lacrymogènes, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des scènes similaires ont notamment eu lieu dans le centre défavorisé du pays, à Kasserine et à Jelma, localité proche de Sidi Bouzid, d'où était partie en décembre 2010 la contestation sociale marquant le début des Printemps arabes. Des heurts ont également eu lieu à Gafsa (sud), selon les corresponsants de l'AFP.

La polémique perdurait sur les causes de la mort de l'homme, âgé de 45 ans, présenté par des manifestants comme un martyr, alors que les résultats de l'autopsie organisée mardi n'ont pas été rendus publics.

Des véhicules de police dans une rue d'Ettadhamen, dans la banlieue de Tunis, 
après des heurts nocturnes le 8 janvier 2018
Des véhicules de police dans une rue d'Ettadhamen, dans la banlieue de Tunis, après des heurts nocturnes le 8 janvier 2018 ( SOFIENE HAMDAOUI / AFP )

Le ministère de l'Intérieur a démenti que cet homme ait été tué par la police, assurant qu'il ne portait aucune marque de violence.

Lundi soir, "nous n'avons pas vu des protestations mais des gens qui cassent, volent et agressent les Tunisiens", a affirmé le Premier ministre Youssef Chahed sur les ondes de la radio privée Mosaïque FM.

"Nous disons aux casseurs et à ceux qui les incitent que, pour le gouvernement, la seule solution est d'appliquer la loi. (Nous sommes) prêts à écouter mais chaque personne voulant manifester doit le faire de manière pacifique", a-t-il prévenu.

- 'Citoyen opprimé' -

Manifestation à Tunis contre le gouvernement et la hausse des prix, le 9 janvier 2018
Manifestation à Tunis contre le gouvernement et la hausse des prix, le 9 janvier 2018 ( FETHI BELAID / AFP )

Ces incidents interviennent au moment où la grogne sociale monte en Tunisie, notamment contre la hausse de la TVA entrée en vigueur au 1er janvier dans le cadre d'un budget d'austérité.

Une manifestation à l'appel de plusieurs organisations de la société civile a rassemblé sans incident une centaine de personnes mardi dans le centre de la capitale Tunis.

"La pauvreté et la faim ont augmenté, oh citoyen opprimé !", scandaient les manifestants, en majorité des jeunes.

"Nos revendications sont les suivantes: suspendre la loi de finances 2018, revenir aux prix initiaux des denrées et embaucher une personne de chaque famille pauvre", a assuré Hamza Nasri, membre de la campagne "Fech Nestannew" (Qu'est-ce qu'on attend, ndlr) lancée en début d'année pour protester contre les hausses de prix.

La police tunisienne encadre une manifestation à Tunis contre le gouvernement et la hausse des prix, le 9 janvier 2018
La police tunisienne encadre une manifestation à Tunis contre le gouvernement et la hausse des prix, le 9 janvier 2018 ( FETHI BELAID / AFP )

Plusieurs centaines d'autres personnes, pour beaucoup très jeunes, ont également manifesté à Regueb, dans le centre du pays, a constaté un correspondant de l'AFP.

Le ministre des Finances, Ridha Chalghoum, a assuré que le gouvernement garderait le cap des augmentations d'impôts.

"Le chef du gouvernement s'est engagé à ne pas augmenter les produits de première nécessité", a-t-il assuré à l'AFP. "Parmi les acquis de la démocratie il y a la possibilité de manifester, mais on a aussi l'obligation de travailler pour une économie tunisienne saine".

- 'Violation de la loi' -

Jeunes tunisiens lançant des slogans contre le gouvernement et la hausse des prix lors d'une manifestation à Tunis le 9 janvier 2018
Jeunes tunisiens lançant des slogans contre le gouvernement et la hausse des prix lors d'une manifestation à Tunis le 9 janvier 2018 ( FETHI BELAID / AFP )

Lors des incidents qui ont éclaté dans plusieurs villes dans la nuit de lundi à mardi, onze agents de police ont été blessés et au moins 44 personnes arrêtées, dont 16 à Kasserine, et 18 dans des quartiers populaires près de Tunis, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

Des bâtiments publics ont été endommagés et des routes coupées.

"Ce qui s'est passé hier constitue une violation de la loi puisque l'état d'urgence est déclaré en Tunisie", a affirmé Khlifa Chibani, porte-parole du ministère de l'Intérieur. Le pays a instauré l'état d'urgence il y a plus de deux ans après une série d'attentats jihadistes sanglants.

Le mois de janvier est traditionnellement marqué par une mobilisation sociale en Tunisie depuis la révolution de 2011, et le contexte est particulièrement tendu cette année à l'approche des premières élections municipales de l'après-révolution, plusieurs fois reportées et prévues en mai.

En janvier 2016, lors de la dernière importante vague de contestation sociale en date, la colère déclenchée par le décès d'un chômeur protestant à Kasserine s'était propagée à travers le pays, qui avait du décréter un couvre-feu des jours durant.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…