En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 847.53 PTS
-0.42 %
4 837.00
-0.57 %
SBF 120 PTS
3 863.24
-0.51 %
DAX PTS
11 079.98
-0.50 %
Dowjones PTS
24 512.19
-0.79 %
6 706.65
-1.15 %
1.136
-0.11 %

Tuerie du Musée juif de Bruxelles: Nemmouche impatient de dire "sa vérité"

| AFP | 595 | 5 par 1 internautes
Croquis daté du 26 juin 2014 de Mehdi Nemmouche
Croquis daté du 26 juin 2014 de Mehdi Nemmouche ( BENOIT PEYRUCQ / AFP/Archives )

Huit hommes et quatre femmes ont été désignés lundi à Bruxelles pour juger le jihadiste français Mehdi Nemmouche, accusé de quatre assassinats commis en 2014 au Musée juif de la capitale belge, et impatient de dire "sa vérité", selon sa défense.

"Nemmouche, Mehdi, 33 ans, sans profession": le principal accusé, jugé avec un complice, a décliné son identité en se présentant dans le box en pull bleu marine vers 10H30 (09H30 GMT), à l'ouverture de cette audience préparatoire. Le procès en lui-même s'ouvrira jeudi matin.

Ces jurés décideront avec des magistrats du sort de l'accusé au terme du procès qui devrait durer jusqu'à fin février. Douze jurés suppléants ont également été tirés au sort lundi.

Les deux accusés, Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer, un Marseillais de 30 ans qui doit aussi répondre d'"assassinat terroriste", encourent la réclusion à perpétuité. Ils doivent être entendus à partir de mardi prochain.

L'attentat avait ému la communauté internationale il y a quatre ans et demi. Si la cour d'assises soutient la thèse de l'accusation, cette tuerie restera comme la première attaque commise en Europe par un combattant jihadiste de retour de Syrie, dix-huit mois avant le sanglant 13 novembre 2015 (130 morts à Paris).

Pour sa part, Nemmouche, délinquant multirécidiviste qui s'est radicalisé en prison, nie les faits.

Selon son avocat Sébastien Courtoy, il aurait été victime d'"un piège" pour commettre ce "pseudo-attentat". Cet avocat a déjà évoqué à demi-mot l'hypothèse de la responsabilité d'agents israéliens.

"C'est une épreuve pour lui évidemment d'être présent ici mais aussi une chance (...), ça fait maintenant quelques années qu'il brûle de pouvoir dire sa vérité", a affirmé Me Courtoy devant des journalistes à la sortie de l'audience.

"Il est très heureux de le faire face à un jury (...) Un juge citoyen ça se place au-dessus de la raison d'Etat", a ajouté l'avocat.

Preuves "accablantes"

Sur les bancs des parties civiles, familles et associations juives estiment à l'inverse que les preuves rassemblées contre lui sont "accablantes".

L'avocate de l'accusation dans le procès contre Mehdi Nemmouche, Michèle Hirsch, le 20 décembre 2018 a la sortie du tribunal de Bruxelles après une audience préliminaire
L'avocate de l'accusation dans le procès contre Mehdi Nemmouche, Michèle Hirsch, le 20 décembre 2018 a la sortie du tribunal de Bruxelles après une audience préliminaire ( JOHN THYS / AFP/Archives )

Selon l'accusation, Nemmouche est l'homme qui, le 24 mai 2014, a ouvert le feu dans le hall d'entrée du Musée juif, tuant un couple de touristes israéliens, une bénévole française et un jeune employé belge du site. Un quadruple assassinat exécuté en 82 secondes, comme s'il était l'oeuvre d'un tueur professionnel.

A l'époque, le natif de Roubaix (nord de la France) était revenu depuis peu de Syrie où il avait combattu dans les rangs jihadistes. Soupçonné d'y avoir été l'un des geôliers de quatre journalistes français (appelés à témoigner le 7 février aux assises de Bruxelles), il a été inculpé fin 2017 à Paris et un autre procès se profile pour lui en France.

Les avocats de Mehdi Nemmouche, Henri Laquay (g) et Sebastien Courtoy sortent du tribunal de Bruxelles après une audience préliminaire, le 20 décembre 2018
Les avocats de Mehdi Nemmouche, Henri Laquay (g) et Sebastien Courtoy sortent du tribunal de Bruxelles après une audience préliminaire, le 20 décembre 2018 ( JOHN THYS / AFP )

Dans l'enquête française sur cette séquestration, Nemmouche a été dépeint en gardien "violent", tortionnaire de prisonniers syriens et admirateur de Mohamed Merah, l'homme qui avait tué trois enfants et un père juifs en 2012 à Toulouse (sud de la France).

"Prosélytisme" auprès des détenus musulmans

Pour Yohan Benizri, président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB), partie civile au procès, le caractère antisémite des assassinats reprochés à l'accusé ne fait aucun doute.

"Les auteurs n'ont pas choisi leurs victimes au hasard, mais ils ont clairement ciblé les Juifs", a renchéri lundi Patrick Charlier, directeur d’Unia, agence publique de lutte contre les discriminations qui est également partie civile.

Six jours après la tuerie, Nemmouche avait été arrêté le 30 mai 2014 en possession d'un revolver et d'un fusil d'assaut à la gare routière de Marseille où s'est ensuite concentrée une partie de l'enquête.

C'est là que son co-accusé Nacer Bendrer a été arrêté en décembre 2014, soupçonné de l'avoir aidé à se fournir en armes. En 2009-2010, les deux délinquants avaient fait connaissance à la prison de Salon-de-Provence (sud de la France). Incarcérés dans le même bâtiment, ils étaient décrits comme radicalisés, faisant du "prosélytisme" auprès des autres détenus musulmans.

Leur proximité est attestée dans l'enquête par 46 contacts téléphoniques en l'espace de quinze jours en avril 2014, époque à laquelle Nemmouche est soupçonné d'être en pleins préparatifs. Durant ces quelques semaines avant la tuerie, ils se seraient vus plusieurs fois à Bruxelles et Marseille.

Bendrer, 30 ans, clame aussi son innocence. En France, dans un autre dossier, il a été condamné en septembre à cinq ans de prison pour une tentative d'extorsion de fonds dans le milieu marseillais du narcobanditisme.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Une offre de services Cloud Hybride...

Publié le 22/01/2019

Communiqué de Presse Paris, 22 janvier 2019 17:40 CEST     Artefact confirme son éligibilité au PEA-PME   Artefact (FR0000079683 - ALATF - éligible PEA-PME)…

Publié le 22/01/2019

La sanction est tombée pour Mastercard ( -0,73% à 200,58 dollars). La Commission européenne a infligé au système de paiement par carte une amende d'environ 570 millions d'euros pour avoir…

Publié le 22/01/2019

Soitec bondit de 11,33% à 66,80 euros sur la place de Paris, dans le sillage d’une solide publication trimestrielle. Cela a conduit le spécialiste des matériaux semi-conducteurs a relevé ses…

Publié le 22/01/2019

Par courrier reçu le 21 janvier 2019 par l'AMF, la société new-yorkaise BlackRock Inc...