En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 502.32 PTS
-0.13 %
5 503.0
-0.09 %
SBF 120 PTS
4 341.21
-0.10 %
DAX PTS
12 328.56
-0.03 %
Dowjones PTS
26 465.54
+1.35 %
7 635.40
+0.00 %
1.120
+0.06 %

Trump traite Biden de "crétin", le ton est donné dans l'Iowa

| AFP | 772 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump et le candidat à la primaire démocrate Joe Biden
Le président américain Donald Trump et le candidat à la primaire démocrate Joe Biden ( Jim WATSON, Dominick Reuter / AFP )

Donald Trump et Joe Biden ne se sont pas croisés mardi dans l'Iowa, Etat agricole du Midwest, mais leur affrontement à distance - tendu, agressif - avait un avant-goût de leur possible duel lors de la présidentielle de 2020.

Si les primaires démocrates sont très ouvertes, Joe Biden reste, pour l'heure, le favori des sondages pour affronter le milliardaire républicain, en quête d'un deuxième mandat de quatre ans.

S'exprimant en même temps, depuis Council Bluffs et Mount Pleasant, deux villes distantes de quelque 400 km, les deux septuagénaires aux parcours radicalement différents se sont tous deux posés en défenseurs infatigables des intérêts des fermiers américains. Mais ont aussi multiplié les piques.

"Il est le plus faible mentalement" des candidats en lice, avait asséné le président américain avant même de s'envoler pour l'Iowa, qualifiant son possible adversaire démocrate de "crétin".

Très remonté, le locataire de la Maison Blanche a semblé mettre en cause la capacité à gouverner de l'ancien vice-président de Barack Obama. "Il a l'air différent, il se comporte différemment, il est même plus lent qu'avant. Je ne sais pas...", a-t-il lâché, dans une formulation pleine de sous-entendus.

L'ancien vice-président démocrate Joe Biden s'exprime depuis Pittsburgh, en Pennsylvanie, lors du lancement de sa campagne
L'ancien vice-président démocrate Joe Biden s'exprime depuis Pittsburgh, en Pennsylvanie, lors du lancement de sa campagne ( SAUL LOEB / AFP/Archives )

"Les autres ont beaucoup plus d'énergie", a-t-il ajouté, dans une référence à la vingtaine d'autres hommes et femmes qui espèrent décrocher l'investiture démocrate.

De son côté, l'ancien sénateur démocrate a attaqué frontalement l'ex-homme d'affaires de New York sur sa politique économique, l'accusant d'avoir oublié les plus défavorisés, qui ont contribué à sa victoire-surprise de 2016, et d'être déconnecté de l'Amérique qui souffre.

"Facile de jouer les durs"

"Il joue à l'homme intraitable", a-t-il dit, évoquant le prix de la guerre commerciale que le président américain a déclarée à Pékin. "Mais c'est facile de jouer les durs quand ce sont d'autres qui payent les pots cassés (...) Trump ne comprend pas les données de base (de l'économie)".

"Je pense que Trump représente une menace existentielle pour l'Amérique", a-t-il lâché dans un discours prononcé sur un ton un peu monocorde.

Le président américain Donald Trump répond aux questions des journalistes avant de s'envoler pour l'Iowa
Le président américain Donald Trump répond aux questions des journalistes avant de s'envoler pour l'Iowa ( Jim WATSON / AFP )

Depuis le lancement de sa campagne, Joe Biden tente de se positionner au-dessus de la mêlée, comme le seul capable d'attirer le vote des cols bleus dans plusieurs Etats-clés remportés par Donald Trump en 2016.

Mais le vieux lion démocrate, omniprésent dans la vie politique américaine depuis près d'un demi-siècle, doit d'abord passer par la case des primaires. Et la route s'annonce difficile, comme l'a prouvé son récent volte-face sur le financement fédéral de l'avortement, qui l'a placé en difficulté face à ses jeunes rivaux.

Signe inquiétant: son avance dans l'Iowa - premier Etat à voter dans le long processus de la primaire démocrate - se réduit sur ses adversaires, selon un sondage Des Moines Register/Mediacom/CNN publié ce week-end.

Dans cette étude, il est crédité de 24% des intentions de vote des électeurs de l'Iowa (contre plus de 30% à l'échelle nationale), tandis que derrière lui trois candidats émergent nettement, au coude-à-coude: Bernie Sanders, Elizabeth Warren et Pete Buttigieg.

L'Iowa oscille depuis un quart de siècle entre démocrates et républicains: il a été remporté par Donald Trump en 2016, par Barack Obama en 2012 et 2008, par George W. Bush en 2004, par Al Gore en 2000...

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2019

Les nouvelles suppressions de postes chez Sanofi se confirment...

Publié le 19/06/2019

Nouveau contrat pour Airbus au Bourget...

Publié le 19/06/2019

Engie a émis vendredi dernier 1,5 milliard d'euros sous format de green bond...

Publié le 19/06/2019

Dans un communiqué publié hier soir, EDF a rappelé qu'un point précis sur le calendrier et le coût de construction de l'EPR de Flamanville sera effectué après la publication de l'avis de…

Publié le 19/06/2019

Indigo Partners rejoint la liste des clients de l' A321XLR...