En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 870.5
+1.26 %
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+1.07 %
1.106
+0. %

Trump tempête contre l'enquête en destitution maintenue malgré sa visite en Europe

| AFP | 285 | Aucun vote sur cette news
Donald et Melania Trump embarquent dans Air Force One le 2 décembre 2019 pour se rendre au Royaume-Uni
Donald et Melania Trump embarquent dans Air Force One le 2 décembre 2019 pour se rendre au Royaume-Uni ( Nicholas Kamm / AFP )

Une "véritable honte": Donald Trump a éreinté lundi les démocrates pour avoir prévu une audition dans l'enquête en destitution qui le vise à Washington tandis qu'il se trouve au Royaume-Uni pour un sommet de l'Otan.

S'il dénonce depuis des semaines une "chasse aux sorcières", voire même une tentative de coup d'Etat, le président républicain s'est particulièrement indigné que les démocrates organisent une audition publique mercredi, alors même qu'il sera au sommet de l'Alliance.

Ce rendez-vous a été "fixé il y a un an", a-t-il lancé avant de quitter la Maison Blanche. "C'est l'un des voyages les plus importants que les présidents fassent".

"C'est une mascarade, une véritable honte ce qu'ils font à notre pays", a-t-il tonné en direction de ses opposants démocrates qui mènent l'enquête contre lui au Congrès.

Le président américain est arrivé à Londres lundi soir, pour participer au sommet marquant le 70e anniversaire de l'Otan organisé mardi et mercredi.

Après deux mois d'enquête, la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, entame justement mercredi le débat juridique pour savoir si les faits reprochés au président sont suffisamment graves pour justifier sa mise en accusation ("impeachment").

Donald Trump est dans la tourmente parce qu'il a demandé à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, un de ses adversaires potentiels à la présidentielle de 2020.

Procédure de destitution américaine
Procédure de destitution américaine ( Gal ROMA / AFP )

Le milliardaire républicain assure avoir été dans son bon droit en soulevant une possible affaire de "corruption" et jure n'avoir exercé aucune pression sur Kiev.

Mais l'opposition démocrate est convaincue qu'il a abusé de ses pouvoirs pour favoriser sa campagne de réélection, notamment en gelant une aide militaire de près de 400 millions de dollars destinée à ce pays en guerre avec la Russie.

Dans un entretien publié lundi par plusieurs titres internationaux, le président ukrainien a de nouveau nié tout accord de "donnant-donnant" avec M. Trump sur cette aide militaire.

Des propos abondamment repris par le milliardaire lundi pour affirmer qu'ils l'innocentent.

Parti "uni" autour de Trump

Pendant deux mois, des parlementaires de la Chambre, sous la houlette de la commission du Renseignement, ont mené l'enquête. Une quinzaine de témoins ont fourni des éléments gênants pour le président lors d'auditions télévisées.

Cette commission devrait approuver son rapport d'enquête lors d'un vote mardi à 18H00 (23H00 GMT).

Donald Trump quitte la Maison Blanche le 2 décembre 2019 pour se rendre à un sommet de l'Otan à Londres
Donald Trump quitte la Maison Blanche le 2 décembre 2019 pour se rendre à un sommet de l'Otan à Londres ( Brendan Smialowski / AFP )

Signe du large soutien dont dispose Donald Trump dans son parti, les membres républicains des commissions d'enquête ont blanchi le président dans leurs propres conclusions, qu'ils faisaient circuler lundi soir.

"Les éléments présentés ne prouvent aucune des accusations des démocrates", ont-ils écrit.

Peu après avoir atterri au Royaume-Uni, Donald Trump a tweeté qu'il avait lu ce rapport. "Bon boulot! La gauche radicale n'a aucun argument", a-t-il réagi.

Contrôlée par les démocrates, la commission judiciaire prendra les rênes de la procédure de destitution mercredi. Avec, en premier acte, l'organisation d'une audition de quatre experts en droit constitutionnel.

Elle avait invité Donald Trump à y "participer", soit en personne soit par l'entremise de ses avocats.

La Maison Blanche a répondu dimanche soir qu'elle n'y serait pas mais n'a pas écarté la possibilité de prendre part à la suite, si la procédure devenait "équitable". Elle a jusqu'à vendredi pour se décider.

S'il n'y a "rien à cacher", alors Donald Trump devrait coopérer, a réagi le chef démocrate de la commission judiciaire, Jerry Nadler.

L'élu démocrate américain Jerry Nadler, qui préside la commission judiciaire de la Chambre des représentants, le 19 novembre 2019 à Washington
L'élu démocrate américain Jerry Nadler, qui préside la commission judiciaire de la Chambre des représentants, le 19 novembre 2019 à Washington ( Olivier Douliery / AFP )

Sa commission devra déterminer si les faits reprochés au président entrent dans le cadre de l'un des possibles motifs de destitution cités dans la Constitution des Etats-Unis: des actes de "trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs".

Ses membres démocrates pourraient envisager au moins quatre chefs d'accusations: abus de pouvoir, corruption, entrave à la bonne marche du Congrès et entrave à la Justice. Des allégations que les républicains devraient, là encore, balayer.

Une fois rédigés, les chefs d'accusation seront soumis à un vote en séance plénière à la Chambre, peut-être avant Noël. Les démocrates ont justement repoussé lundi la date des vacances parlementaires d'une semaine au 20 décembre.

Compte tenu de la majorité démocrate à la chambre basse, Donald Trump devrait entrer dans les livres d'histoire comme le troisième président américain mis en accusation.

Le Sénat sera ensuite chargé de juger le président mais il est peu probable qu'il soit destitué. Les républicains y sont en effet majoritaires et, là aussi, font largement bloc autour de leur président.

"Le parti républicain n'a jamais été aussi uni!" s'est réjoui Donald Trump lundi.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le groupe chinois Dongfgeng pourrait réduire sa part de façon à abaisser sa présence dans la future entité PSA-Fiat Chrysler, selon des sources citées par 'Reuters'.

Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…

Publié le 06/12/2019

"Ces opérations contribueront à renforcer à la fois le potentiel de croissance du résultat par action", assure le management d'Elior...