5 259.83 PTS
-0.14 %
5 254.50
-0.17 %
SBF 120 PTS
4 205.90
-0.14 %
DAX PTS
12 567.77
-0.21 %
Dowjones PTS
22 296.09
-0.24 %
5 867.35
+0.00 %
Nikkei PTS
20 330.19
-0.33 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Donald Trump de plus en plus isolé après Charlottesville

| AFP | 804 | 3 par 2 internautes
Le président américain Donald Trump à la Trump Tower à New York, le 15 août 2017
Le président américain Donald Trump à la Trump Tower à New York, le 15 août 2017 ( JIM WATSON / AFP )

Le président américain Donald Trump est dans une position difficile après sa virulente sortie sur Charlottesville, qui suscite un profond malaise dans son camp politique et aussi dans les milieux d'affaires.

Fait rarissime, ses deux prédécesseurs républicains encore en vie, George H.W. Bush et son fils George W. Bush, ont diffusé un communiqué commun appelant l'Amérique à "toujours rejeter le racisme, l'antisémitisme et la haine sous toutes ses formes".

Sans citer le 45e président, les 41e et 43e ont rappelé les mots de Thomas Jefferson, principal auteur de la Déclaration d'indépendance: "Tous les hommes sont créés égaux".

En renvoyant dos à dos les groupuscules suprémacistes blancs - dont un sympathisant a tué une jeune femme samedi à Charlottesville - et les contre-manifestants anti-racistes, M. Trump a franchi un cap.

Les propos qu'il a tenus dans le hall de la Trump Tower, salués par l'ex-leader du Ku Klux Klan David Duke, ont laissé nombre d'élus sans voix.

- "Profond désaccord" -

Confronté à une vague de démissions de chefs d'entreprise en désaccord avec ses propos, M. Trump a annoncé la dissolution de deux des instances l'entourant pour le conseiller en matière de politique économique.

Le président américain Donald Trump donne une conférence de presse depuis la Trump Tower à New York, le 15 août 2017
Le président américain Donald Trump donne une conférence de presse depuis la Trump Tower à New York, le 15 août 2017 ( JIM WATSON / AFP )

Dans un communiqué, les membres du Forum de stratégie et de politique ont expliqué que "le débat autour de la participation" à ce cénacle risquait de brouiller leur travail, précisant avoir pris la décision de le dissoudre de concert avec le président.

Le PDG de JPMorgan Chase, Jamie Dimon, qui y participait, a indiqué dans un message à ses employés que les membres s'étaient "entendus pour se dissoudre". "Je suis en profond désaccord avec la réaction du président Trump face aux événements des derniers jours à Charlottesville", a-t-il déclaré.

Signe d'embarras dans son camp politique, les républicains ne se bousculaient pas pour défendre l'ancien magnat de l'immobilier.

Le ministre de la Justice Jeff Sessions et le secrétaire d'Etat Rex Tillerson ont l'un et l'autre condamné en termes généraux le racisme et la haine.

"Nous ne pouvons en aucun cas accepter ou excuser le racisme, l'intolérance, la haine, la violence et ce genre de choses qui se manifestent trop souvent dans notre pays", a déclaré M. Sessions.

M. Tillerson a lui aussi évoqué "les récentes événements de Virginie et notre condamnation de ce genre de haine et de violence". "Il n'y a pas de place pour cela dans notre discours public", a-t-il dit.

Ronna Romney McDaniel, présidente du RNC, le Comité national du parti républicain, s'est démarquée des dernières déclarations de M. Trump. "A Charlottesville, les torts sont clairement du côté du KKK et des suprémacistes blancs", a-t-elle dit sur ABC.

Et le sénateur Lindsey Graham s'est inquiété que "le parti de Lincoln offre un siège accueillant aux David Duke de ce monde".

Lors d'une conférence de presse improvisée à la Trump Tower, M. Trump a une nouvelle fois condamné le racisme et l'intolérance. Mais il a choqué en déclarant qu'il y avait eu des gens "très bien" des deux côtés à Charlottesville et que la responsabilité des violences survenues dans cette ville était à rechercher non seulement chez les militants d'extrême droite mais aussi chez les contre-manifestants.

- Tweet d'Obama plébiscité -

Rentré dans son golf de Bedminster mercredi après-midi, M. Trump doit se rendre vendredi à Camp David, où il réunira son équipe de sécurité nationale, au moment où l'exécutif s'apprête à trancher sur le niveau des troupes américaines en Afghanistan.

Samedi, peu après les violences, il avait provoqué une première vague d'indignation en refusant de condamner explicitement les groupuscules dont est issu le militant néofasciste ayant projeté sa voiture contre des manifestants.

Barack Obama avait réagi dès dimanche en tweetant une phrase de Nelson Mandela: "Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau ou de ses origines, ou de sa religion", tweet devenu le plus aimé de l'histoire du réseau social.

Dans son éditorial, le New York Times déplorait le comportement de M. Trump.

Soulignant les espoirs qui avaient été placés par nombre d'élus dans la nomination récente de John Kelly, un ancien général des Marines, au poste de secrétaire général de la Maison Blanche, le quotidien ajoutait: "Le coeur du problème n'est pas lié à la composition de l'équipe présentielle: il est lié l'homme qui est au sommet".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 12/06/2017

L'appréciation que les investisseurs font de la présidence Trump est de plus en plus négative. C'est le principal enseignement du baromètre Sentix qui mesure l'impact des thèmes politiques…

Publié le 01/03/2017

Le président américain a réaffirmé cette nuit ses grandes priorités, sans entrer dans les détails. Les premières réactions de marché sont plutôt positives mercredi matin en Asie.

Publié le 14/11/2016

Le dollar a atteint aujourd'hui son niveau le plus élevé depuis début janvier à 1,0709 dollar pour un euro. Le billet vert continue d'être soutenu par l'élection inattendue de Donald Trump à la…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/09/2017

Reworld Media est bien orienté dès l'ouverture de la séance, s'appréciant de 4,37% à 2,15 euros, après avoir renoué avec les bénéfices au premier semestre. Le résultat net du groupe a ainsi…

Publié le 26/09/2017

Dans un marché baissier à l'ouverture, Amundi avance de 0,3% à 69,8 euros...

Publié le 26/09/2017

De la croissance rentable au menu

Publié le 26/09/2017

Nexans va fabriquer et livrer 250 kilomètres de câble sous-marin à fibre optique destiné à Huawei Marine, maître d‘œuvre du projet de construction et de déploiement de la liaison SEAX-1. Le…

Publié le 26/09/2017

Le groupe a laissé entendre qu'il travaille sur un appareil de 220 à 240 sièges...

CONTENUS SPONSORISÉS