En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Trump reçoit le prince héritier saoudien qui secoue le royaume

| AFP | 384 | Aucun vote sur cette news
Donald Trump et Mohammed ben Salmane dans le Bureau ovale à Washington le 14 mars 2017
Donald Trump et Mohammed ben Salmane dans le Bureau ovale à Washington le 14 mars 2017 ( NICHOLAS KAMM / AFP/Archives )

Le président américain Donald Trump reçoit mardi le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, l'occasion pour lui de dénoncer le grand rival iranien mais aussi de se positionner sur les spectaculaires changements introduits dans le royaume sunnite.

Dix mois après leur dernier face-à-face, à Ryad, le locataire de la Maison Blanche, 71 ans, et le nouvel homme fort du premier exportateur mondial de pétrole, 32 ans, devraient afficher leur bonne entente dans le Bureau ovale.

Mais ils devraient évoquer aussi les transformations profondes intervenues depuis en Arabie saoudite, en interne comme en externe: autorisation de conduire pour les femmes, purges sans précédent menées au nom de la lutte anticorruption, guerre au Yémen, bras de fer avec le Qatar.

"C'est stupéfiant (...) C'est l'équivalent de changements politiques d'une génération entière concentrés sur une période de moins d'un an", souligne Lori Plotkin Boghardt, ancienne analyste de la CIA qui travaille aujourd'hui au Washington Institute for Near East Policy.

Or, ajoute-t-elle, nombre de ces décisions "ont un impact sur les intérêts des Etats-Unis" dans la région.

Le sommet que Washington espère organiser cette année avec les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) pourrait ainsi s'avérer difficile à concrétiser en l'absence de sortie de crise avec le Qatar.

Nommé prince héritier en juin 2017 par son père le roi Salmane, "MBS" a lui d'abord l'intention de vendre sa "vision 2030" consistant à bâtir une économie moins dépendante du pétrole et, pour ce faire, attirer les investissements étrangers.

Ryad affiche en particulier sa volonté d'accélérer son programme nucléaire civil. Objectif: construire 16 réacteurs dans les 20 prochaines années, pour un coût d'environ 80 milliards d'euros, selon des responsables et des analystes.

Déterminés à obtenir des transferts de technologie dans le cadre de la construction, les Saoudiens devraient faire jouer la concurrence à plein et rappeler à leurs interlocuteurs américains que la Chine, la Russie, ou la France sont aussi sur les rangs.

Dans un entretien accordé à CBS diffusé dimanche soir, le prince héritier a longuement défendu la purge anti-corruption dans laquelle plusieurs princes et fortunes du royaume ont été retenus plusieurs semaines dans le luxueux hôtel Ritz-Carlton de Ryad.

"Ce que nous avons fait était absolument nécessaire", a-t-il affirmé sur la chaîne américaine, assurant que tout avait été mené "dans le respect des lois en place".

Selon lui, cette opération, qui aurait notamment été marquée par des abus physiques selon une longue enquête du New York Times, a permis de récupérer "plus de 100 milliards de dollars".

"Mais le réel objectif n'était pas d'atteindre un montant donné (...) mais de punir les corrompus et d'envoyer un signal clair disant que toute personne qui choisit la corruption devra répondre de ses actes devant la justice", a-t-il assuré.

- 'L'Iran, l'Iran, l'Iran' -

Les Etats-Unis et l'Arabie saoudite sont des alliés historiques et, depuis Franklin Delano Roosevelt, tous les présidents américains ont soigné les membres de la famille royale saoudienne. Mais le soutien sans réserves de Trump à Ryad, où il effectué son premier déplacement présidentiel, a fait évoluer la donne.

Là où Barack Obama appelait à ne pas "perpétuer une confrontation sur le long terme avec l'Iran", Donald Trump, qui menace de quitter l'accord conclu en 2015 avec Téhéran pour l'empêcher de se doter de l'arme atomique, a opté pour un autre discours. "Où que l'on aille au Moyen-Orient, c'est l'Iran, l'Iran, l'Iran. Chaque problème n'a qu'un nom, l'Iran", lançait-il il y a quelques jours.

Avant même d’avoir posé le pied sur le sol américain, le jeune prince a lui aussi donné le ton, dressant, sur CBS, un parallèle entre les ambitions territoriales prêtées au numéro un de l'Iran chiite, le guide suprême Ali Khamenei, et celles d'Adolf Hitler au temps du nazisme.

Et a aussi lancé un avertissement: si l'Iran développe une bombe nucléaire, l'Arabie saoudite suivra la même voie, "le plus vite possible".

Mais des voix s'élèvent aussi pour appeler la Maison Blanche à ne pas épouser sans conditions toutes les orientations du trentenaire et à ne pas rester passive face à la sanglante guerre civile au Yémen.

Les combats entre Houthis, soutenus par l'Iran, et forces gouvernementales, appuyées par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, ont fait près de 10.000 morts et mis le pays au bord de la famine.

Dans une lettre ouverte au président Trump publiée début mars dans le New York Times, l'analyste Thomas Friedman suggère à ce dernier de faire preuve de vigilance et d'exigence face au futur roi engagé dans la modernisation de l'économie et des "structures sociales et religieuses" de l'Arabie saoudite.

"Si vous pensez que vous pouvez vous contenter d'applaudir sa posture anti-Iran et ses réformes religieuses et que tout se passera bien, vous avez tort", écrit-il.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…