En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 380.06 PTS
-0.34 %
5 367.50
-0.53 %
SBF 120 PTS
4 297.47
-0.53 %
DAX PTS
12 535.61
-0.21 %
Dowjones PTS
25 025.89
-0.13 %
7 311.69
-0.52 %
1.170
-0.16 %

Trump rassure les Alliés: "Je crois en l'Otan"

| AFP | 172 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump entouré de son secrétaire d'Etat Mike Pompeo et de son conseiller à la Sécurité nationale John Bolton, lors de sa conférence de presse à l'issue du sommet de l'Otan à Bruxelles le 12 juillet 2018.
Le président américain Donald Trump entouré de son secrétaire d'Etat Mike Pompeo et de son conseiller à la Sécurité nationale John Bolton, lors de sa conférence de presse à l'issue du sommet de l'Otan à Bruxelles le 12 juillet 2018. ( Brendan Smialowski / AFP )

"Je crois en l'Otan", a affirmé jeudi le président américain Donald Trump, malgré ses critiques répétées sur le financement de l'Alliance pendant un sommet de deux jours à Bruxelles, qui semé le trouble sur l'engagement des Etats-Unis.

Le président américain n'a de cesse de réclamer aux Européens, et à l'Allemagne en particulier, d'accroître leurs dépenses militaires afin de respecter leur engagement de les porter à 2% de leur PIB.

"Je leur ai dit que je serais très malheureux s'ils n'augmentaient pas leurs engagements de façon substantielle, parce que les États-Unis payent un montant énorme", a expliqué M. Trump lors d'une conférence de presse.

Pour autant, "il n'est pas nécessaire" de menacer de quitter l'institution pour les convaincre, a-t-il précisé.

Le président américain a plutôt préféré saluer les "immenses progrès" obtenus selon lui dans leurs engagements financiers.

"Hier, je leur ai fait savoir que j'étais extrêmement insatisfait de ce qui se passait et ils ont considérablement renforcé leurs engagements", a-t-il développé.

"Maintenant, nous sommes très heureux d'avoir une Otan très puissante, très forte, beaucoup plus forte qu'il y a deux jours", a poursuivi le président américain.

Un avis partagé par le président français Emmanuel Macron, selon qui l'Otan sortait "beaucoup plus fort" de ce sommet , notamment parce que Donald Trump a "réaffirmé son engagement (...) d'avoir un Otan fort".

Mercredi, au premier jour du sommet, M. Trump s'en était pris en particulier à l'Allemagne, sa cible favorite, accusée d'être "complètement contrôlée par la Russie" à cause de ses approvisionnements en gaz, visant le projet de gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne.

"Je suis très préoccupé par la gazoduc, je n'aime pas le gazoduc", a-t-il insisté jeudi.

Le locataire de la Maison Blanche doit se rendre au Royaume-Uni pour une rencontre vendredi avec la Première ministre Theresa May, avant un sommet bilatéral historique avec le président russe Vladimir Poutine lundi.

Il a assuré qu'il évoquerait avec M. Poutine l'interférence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016.

"Nous poserons des questions sur la Syrie, je poserai des questions sur l'ingérence, votre question favorite", a-t-il répondu à un journaliste.

Vladimir Poutine "n'est pas mon ennemi (...) En fin de compte, c'est un concurrent, il représente la Russie, je représente les États-Unis", a-t-il souligné.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2018

Remboursement anticipé d'une partie des OCA en circulation, avec Yorkville qui accepte de convertir le solde de ses OCA en actions (,5 E/action) et TxCell qui pourra acheter l'ensemble des bons et…

Publié le 23/07/2018

Dans des volumes limités, Vente-unique...

Publié le 23/07/2018

C’est désormais officiel. Alfredo Altavilla, le patron de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) pour les régions Europe, Proche-Orient, Afrique va quitter le groupe fin août afin de « poursuivre…

Publié le 23/07/2018

Atos a dévoilé son projet d'acquisition de Syntel pour 3,4 milliards de dollars, soit 41 dollars par action, entièrement payables en numéraire. Ce prix représente une prime d'environ 14% sur…

Publié le 23/07/2018

Lundi 23 juillet 2018APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du…