En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 484.03 PTS
+0.09 %
5 475.50
+0.01 %
SBF 120 PTS
4 386.06
-0.01 %
DAX PTS
12 353.92
-0.17 %
Dowjones PTS
26 492.21
-0.26 %
7 563.19
+0.00 %
1.177
+0.03 %

Trump rassure les Alliés: "je crois en l'Otan"

| AFP | 290 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump entouré de son secrétaire d'Etat Mike Pompeo et de son conseiller à la Sécurité nationale John Bolton, lors de sa conférence de presse à l'issue du sommet de l'Otan à Bruxelles le 12 juillet 2018.
Le président américain Donald Trump entouré de son secrétaire d'Etat Mike Pompeo et de son conseiller à la Sécurité nationale John Bolton, lors de sa conférence de presse à l'issue du sommet de l'Otan à Bruxelles le 12 juillet 2018. ( Brendan Smialowski / AFP )

"Je crois en l'Otan", a affirmé jeudi le président américain, Donald Trump, malgré ses critiques répétées sur la faiblesse des dépenses militaires des alliés pendant un sommet de deux jours à Bruxelles, qui a semé le trouble sur l'engagement des Etats-Unis.

Le président américain n'a de cesse de réclamer aux Européens, et à l'Allemagne en particulier, d'accroître leurs dépenses militaires afin de respecter leur engagement de les porter à 2% de leur PIB.

"Je leur ai dit que je serais très malheureux s'ils n'augmentaient pas leurs engagements de façon substantielle parce que les États-Unis payent un montant énorme", a expliqué M. Trump lors d'une conférence de presse.

Pour autant, "il n'est pas nécessaire" de menacer de quitter l'institution pour les convaincre, a-t-il précisé.

Le président américain a plutôt préféré saluer les "immenses progrès" obtenus, selon lui, dans leurs engagements financiers.

"Hier, je leur ai fait savoir que j'étais extrêmement insatisfait de ce qui se passait et ils ont considérablement renforcé leurs engagements", a-t-il développé.

"Quand nous aurons atteint 2%, nous pourrons commencer à parler d'aller plus loin", a-t-il poursuivi, évoquant le chiffre de 4%, qu'il avait déjà suggéré aux Alliés mercredi. "Je pense que 4% est le bon chiffre."

"Maintenant, nous sommes très heureux d'avoir une Otan très puissante, très forte, beaucoup plus forte qu'il y a deux jours", a poursuivi le président américain.

Un avis partagé par le président français, Emmanuel Macron, selon qui l'Otan sortait "beaucoup plus forte" de ce sommet, notamment parce que Donald Trump a "réaffirmé son engagement (...) d'avoir une Otan fort".

Mercredi, au premier jour du sommet, M. Trump s'en était pris en particulier à l'Allemagne, sa cible favorite, accusée d'être "complètement contrôlée par la Russie" à cause de ses approvisionnements en gaz, visant le projet de gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne.

"Je suis très préoccupé par le gazoduc, je n'aime pas le gazoduc", a-t-il insisté jeudi.

"Pour moi, c'était un point de discorde très important, nous en avons longuement discuté", a-t-il poursuivi, ajoutant par ailleurs que l'Allemagne avait accepté "de faire beaucoup mieux" en matière de dépenses militaires "qu'elle ne le faisait et nous en sommes très heureux".

"J'ai expliqué qu'en Allemagne, nous savons que nous devons faire plus et c'est ce que nous faisons depuis un certain temps", a affirmé la chancelière allemande Angela Merkel.

"Mais j'ai aussi clairement indiqué que nous sommes le deuxième plus grand fournisseur de troupes de l'Otan", a-t-elle ajouté.

Le locataire de la Maison Blanche doit se rendre au Royaume-Uni pour une rencontre vendredi avec la Première ministre, Theresa May, avant un sommet bilatéral historique avec le président russe, Vladimir Poutine, lundi.

Il a assuré qu'il évoquerait avec M. Poutine l'interférence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016.

"Nous poserons des questions sur la Syrie, je poserai des questions sur l'ingérence, votre question favorite", a-t-il répondu à un journaliste.

"Tout ce que je peux faire, c'est de dire: +l'avez-vous fait ?+ et +ne recommencez pas+. Il peut nier", a-t-il dit.

Vladimir Poutine "n'est pas mon ennemi (...) En fin de compte, c'est un concurrent, il représente la Russie, je représente les États-Unis", a-t-il souligné.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/09/2018

D'un point de vue graphique, le titre poursuit son rebond et a dépassé le niveau de résistance des 96 euros. Du côté des indicateurs techniques, le RSI journalier a cassé une oblique baissière…

Publié le 26/09/2018

Bpifrance s’associe au développement à long terme du constructeur de bateaux Bénéteau en participant, aux côtés de l’actionnaire familial majoritaire, au rachat des parts d’une des…

Publié le 26/09/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 26/09/2018

Engie est revenu dans un communiqué sur la conférence téléphonique du 24 septembre dernier dans laquelle le groupe a fait un point sur le retard dans la relance des centrales nucléaires belges.…

Publié le 26/09/2018

Eutelsat Communications a annoncé l’émission par Eutelsat S.A. d’obligations senior non assorties de sûretés à 7 ans pour 800 millions d’euros. Elle permettra à Eutelsat S.A. de refinancer…