En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.01 PTS
-1.05 %
5 317.50
-0.89 %
SBF 120 PTS
4 269.71
-0.93 %
DAX PTS
12 511.91
-1.44 %
Dowjones PTS
24 507.80
-0.61 %
7 252.00
-0.39 %
Nikkei PTS
22 693.04
+0.61 %

Trump ordonne au Pentagone de ne plus recruter de personnes transgenres

| AFP | 273 | Aucun vote sur cette news
Des manifestants opposés à la décision du président Trump d'interdire le recrutement de personnes transgenres dans les forces armées américaines, le 26 juillet 2017 à Times Square, New York.
Des manifestants opposés à la décision du président Trump d'interdire le recrutement de personnes transgenres dans les forces armées américaines, le 26 juillet 2017 à Times Square, New York. ( Jewel SAMAD / AFP/Archives )

Le président américain Donald Trump a signé vendredi un document ordonnant au Pentagone de ne plus recruter de personnes transgenres mais laisse au département de la Défense le soin de trancher les cas de ceux qui sont déjà enrôlés.

Dans ce texte transmis au ministre de la Défense, Jim Mattis, M. Trump souligne également que le Pentagone ne prendra plus en charge les traitements médicaux des militaires transgenres travaillant déjà au sein de l'armée.

Concrètement, Donald Trump a demandé au Pentagone "de revenir à la politique et aux pratiques appliquées de longue date dans les forces armées au sujet des personnes transgenres", et ce à compter du 23 mars 2018.

Jim Mattis et les services de sécurité intérieure américains devront soumettre à la Maison Blanche d'ici la mi-février un plan de mise en oeuvre de cette nouvelle politique.

Donald Trump avait annoncé ce revirement dans une salve de tweets fin juillet. Il avait alors déclaré qu'il comptait interdire aux personnes transgenres de servir dans l'armée, mettant en avant "le fardeau des coûts médicaux énormes" et des "perturbations".

Il revenait ainsi sur une annonce emblématique de son prédécesseur démocrate Barack Obama, qui avait décidé que l'armée devrait commencer à accueillir des recrues transgenres au 1er juillet 2017.

Mais les tweets du président républicain avaient été envoyés sans coordination avec le Pentagone et pendant les vacances de M. Mattis qui avait dit attendre les directives détaillées de la Maison Blanche sur ce sujet "évidemment très compliqué".

Il y a deux semaines, Donald Trump assurait avoir rendu "un grand service" à l'armée américaine en interdisant aux personnes transgenres de servir. "Vous savez, c'est un sujet très compliqué pour l'armée. C'est un sujet très perturbant pour l'armée", avait-il lancé.

D'après les estimations, de 1.320 à 15.000 personnes transgenres servent dans l'armée américaine sur 1,3 million de militaires en service actif.

Leur démobilisation peut avoir un impact sur certaines unités, mais les observateurs s'inquiètent surtout des répercussions négatives sur l'image de l'armée, en particulier parmi les jeunes américains qui pourraient hésiter à s'engager dans une institution pratiquant des politiques discriminatoires.

Cinq soldats transgenres ont porté plainte contre Donald Trump et le Pentagone début août. Les cinq femmes dénoncent notamment l'incertitude qui entoure leur avenir, expliquant notamment qu'elles ne savent pas si elles conserveront leur poste.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Au terme de l'exercice 2017-2018, Avenir Telecom a réalisé un chiffre d'affaires de 56,2 ME, en hausse de 1,2% sur un an...

Publié le 21/06/2018

Vinci annonce le succès du placement par ASF (Autoroutes du Sud de la France) d'une émission obligataire de 700 millions d'euros, à échéance juin 2028, assortie d'un coupon de 1,375 % l'an.«…

Publié le 21/06/2018

700 millions d'euros, à échéance juin 2028

Publié le 21/06/2018

Compte rendu de l'Assemblée Générale Mixte du 21 juin 2018   Bezons, le 21 juin 2018 - 18h00 - RIBER, un leader mondial d'équipement pour l'industrie des…

Publié le 21/06/2018

  Amundi : Lancement de l'augmentation de capital réservée aux salariés Paris, le 21 juin 2018   Amundi lance l'augmentation de capital réservée aux salariés (Offre…