En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-
4 836.00
-
SBF 120 PTS
3 859.34
-
DAX PTS
11 071.54
-0.17 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.18 %
1.138
+0.05 %

Trump dit que sa langue a fourché face à Poutine

| AFP | 626 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 17 juillet 2018
Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 17 juillet 2018 ( NICHOLAS KAMM / AFP )

Le président américain Donald Trump a tenté mardi de limiter les dégâts causés par sa rencontre avec Vladimir Poutine, en revenant totalement sur ses propos jugés trop conciliants à l'égard du maître du Kremlin.

Dans un moment pour le moins étonnant, le locataire de la Maison Blanche a expliqué s'être mal exprimé à Helsinki quand il a dit n'avoir aucune raison de ne pas croire les dénégations du président russe sur une interférence de Moscou dans la campagne présidentielle américaine en 2016.

M. Trump a plaidé de façon laborieuse le lapsus, adoptant un profil bas, alors qu'il s'est retrouvé mardi isolé jusque dans son propre camp. Ceci après une tournée européenne jugée désastreuse qui l'a vu tourner le dos aux alliés des Etats-Unis.

Le président américain a affirmé avoir prononcé une phrase clé de sa conférence de presse commune avec M. Poutine en oubliant d'y mettre une particule négative, infirmant son message.

Précisément, il a expliqué avoir dit lundi à Helsinki: "Je ne vois aucune raison pour laquelle cela serait la Russie (qui se serait ingérée dans l'élection)", alors qu'il souhaitait en fait dire: "Je ne vois aucune raison pour laquelle cela NE serait PAS la Russie".

M. Trump a effectué un autre virage, après avoir mis en doute les services de renseignement américains qui ont conclu à la réalité de cette interférence russe.

Cette attitude avait consterné jusqu'à des républicains du Congrès qui, d'ordinaire, ne se sentent pas autorisés à critiquer publiquement le président.

Poignée de main entre Donald Trump et Vladimir Poutine le 16 juillet 2018 à Helsinki
Poignée de main entre Donald Trump et Vladimir Poutine le 16 juillet 2018 à Helsinki ( Aleksey Nikolskyi / SPUTNIK/AFP )

"J'accepte les conclusions de nos services de renseignement selon lesquels la Russie a interféré dans l'élection de 2016", a finalement déclaré M. Trump, en insistant sur son "respect" pour ces agences fédérales.

Cette ingérence de Moscou "n'a eu aucun impact" sur le résultat du scrutin qu'il a remporté, a toutefois ajouté le milliardaire républicain.

Enjoint de reconnaître ses torts par des voix émanant de tout l'échiquier politique, Donald Trump avait jusque-là semblé imperméable au déluge de critiques.

Après ce revirement au lendemain du sommet d'Helsinki, le président américain a toutefois tenu à qualifier mardi soir, sur Twitter, l'entrevue avec son homologue russe de "grand succès". "Sauf dans les médias Fake News", a ajouté Donald Trump.

- Avalanche de critiques -

A part le sénateur Rand Paul, rares sont les républicains à avoir ouvertement défendu la prestation du président au sommet d'Helsinki, première rencontre bilatérale entre le 45e président américain et le président russe.

Dans les jours précédant Helsinki, à Bruxelles ou Londres, M. Trump a de l'avis général distendu les liens transatlantiques, avec ses charges contre l'Allemagne, l'Union européenne ou le Royaume-Uni.

Sa tournée a déclenché une avalanche de commentaires négatifs émanant de multiples élus et experts géopolitiques, allant de "surréaliste" à "traître" en passant par "embarrassant", "indéfendable", "irréfléchi", "antipatriotique" ou encore "honteux".

Vladimir Poutine offre un ballon de foot à Donald Trump lors d'un sommet à Helsinki, le 16 juillet 2018
Vladimir Poutine offre un ballon de foot à Donald Trump lors d'un sommet à Helsinki, le 16 juillet 2018 ( Yuri KADOBNOV / AFP )

Signe de l'ampleur du malaise, la télévision préférée des conservateurs, Fox News, a laissé une place inédite aux détracteurs de la tournée présidentielle. Une demi-douzaine de journalistes vedettes de la chaîne ont critiqué le président dans leurs commentaires.

M. Trump "doit immédiatement renverser la vapeur", a de son côté estimé Anthony Scaramucci, un éphémère ancien directeur de la communication de la Maison Blanche.

Un message également adressé par Newt Gingrich, un ancien président du Congrès, selon qui M. Trump a commis "la pire erreur de sa présidence".

- L'avis d'Obama -

Dans une conférence de presse mardi sur la colline du Capitole, le président républicain de la Chambre des représentants a enfoncé le clou.

"Vladimir Poutine ne partage pas nos valeurs", a martelé Paul Ryan. "Nous venons de conclure une enquête d'un an sur l'interférence de la Russie dans notre élection. Ils ont bien interféré. C'est clair comme de l'eau de roche. Aucun doute n'est permis".

Depuis l'Afrique du Sud où il est en voyage, l'ex-président démocrate Barack Obama a lui regretté une "époque incertaine", dans laquelle "chaque nouveau cycle d'actualité apporte son lot de titres préoccupants et donnant le tournis".

Signe peut-être d'une nouvelle approche concernant la Russie, la Maison Blanche a diffusé mardi un communiqué au ton inhabituellement dur avec Moscou, intitulé comme suit: "Le président Donald Trump protège nos élections et tient tête aux activités néfastes de la Russie".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/01/2019

L'attaquant du Paris SG Neymar sort sur blessure lors du 16e de finale de Coupe de France face à Strasbourg au Parc des Princes le 23 janvier 2018 ( FRANCK FIFE / AFP )Neymar est sorti sur…

Publié le 23/01/2019

L'attaquant argentin Gonzalo Higuain sous le maillot de l'AC Milan lors d'un match de Serie A face à la Spal à San Siro le 29 décembre 2018 ( Marco BERTORELLO / AFP/Archives )L'Argentin Gonzalo…

Publié le 23/01/2019

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Davos le 23 janvier 2019 ( Fabrice COFFRINI / AFP )Angela Merkel, Shinzo Abe, Wang Qishan: les leaders se sont livré mercredi à Davos à une défense…

Publié le 23/01/2019

L'acteur Alec Baldwin, le 23 janvier 2019 à Manhattan ( POOL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP )L'acteur Alec Baldwin a plaidé coupable mercredi de harcèlement et a accepté de suivre une…

Publié le 23/01/2019

Le maire de Bordeaux Alain Juppé lors d'une conférence de presse sur les conséquences économiques du mouvement des "gilets jaunes", le 23 janvier 2019 à Bordeaux ( MEHDI FEDOUACH / AFP )Le…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…